Le jeu suit le cours du temps IRL. Nous sommes actuellement en Juillet 1981.

Partagez | .
 

 Un verre, un sourire, une menace. [PV Rosario]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MANGEMORT (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 473
Célébrité : Ian Somerhalder


MessageSujet: Un verre, un sourire, une menace. [PV Rosario]   Ven 9 Mai 2014 - 15:02

La soirée n’allait pas tarder à arriver. Le soleil se couchait gentiment et il ne restait plus qu’une heure ou deux avant le début du couvre-feu instauré par l’ordre du centaure. Le simple fait de penser à cet ordre énervait Rodolphus. C’était l’ordre du centaure qui avait fait enfermer leur maître. Et ça il ne l’acceptait pas, pas plus qu’il n’acceptait l’idée de ne pas avoir pu le sauver de cette attaque à Ste Mangouste. Maintenant, il était prêt à tout pour le retrouver. Il s’était même rendu à l’île Artoris dans l’espoir d’avoir plus de chance. Enfin cette escapade avait pris une tournure inattendue… Inutile d’y repenser maintenant.

Rodolphus poussa la porte du chaudron baveur. L’endroit était loin d’être vide. L’établissement était prisé, on y trouvait absolument de tout. Généralement, Rodolphus ne venait pas souvent ici, il préférait l’ambiance de l’auberge Obscurus de l’allée des embrumes. Puis le chaudron baveur, c’était le passage vers le monde moldu… Mais en ce moment, trop traîner dans l’allée des embrumes pouvait causer du tort en attirant l’attention des sbires de l’ordre du centaure. Alors quand Rodolphus s’était dit qu’il avait besoin d’un verre, il avait finalement opté pour le chaudron baveur.

Ce soir il avait repas de famille, enfin de belle-famille plutôt. Se retrouver coincé à table avec son futur beau-frère Lucius l’agaçait profondément, surtout en sachant qu’il devrait prendre sur lui pour ne pas se laisser aller et déraper en présence de ses beaux-parents Cygnus et Druella Black. Non vraiment, cette soirée ne s’annonçait pas facile. Seule point positif, Bellatrix qui serait à ne pas en douter magnifique.

Au bar, Rodolphus commanda un Whyski pur feu, histoire de se détendre de sa journée de travail et de se préparer mentalement à sa soirée à venir. Il s’apprêtait à le boire seul et rapidement, quand après avoir jeté un regard à la salle, il aperçut un visage familier. Ce n’était pas celui d’un ami, même si cette personne lui devait un sacré service. Cependant, cette vision eut le mérite d’attirer toute l’attention de Rodolphus. L’occasion était trop belle pour qu’il la laisse passer. Il se dirigea aussitôt avec son verre, vers le jeune homme assis seul à une table. Sans prévenir, ni ménagement, il s’installa en face du brun. Il posa son verre sur la table, sans pour autant le lâcher et offrit un large sourire à son vis-à-vis. Un sourire très expressif, celui du chasseur qui vient de mettre la main sur sa proie.

« Bonsoir Rosario, cela fait un bail qu’on ne s’est pas vu. Comment tu vas ? Tu ne t’es pas attiré trop d’ennuis récemment ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un verre, un sourire, une menace. [PV Rosario]   Dim 11 Mai 2014 - 22:06

Rodolphus ∞ Rosario
Un verre, un sourire, une menace.
Rosario se cachait. Le Chaudron Baveur était l'endroit idéal pour cela, surtout quand des dizaines de personnes s'y entassaient comme ce soir. Le petit voleur avait fui une vieille connaissance et il ne se souvenait même plus pourquoi elle le haïssait. Oh, il l'avait probablement trompé, ou alors il lui avait dérobé quelque chose... Bref, elle s'était fait embobiner et elle en avait garder un mauvais souvenir. Rosario aurait parfois aimé que les gens n'aient pas autant de mémoire, ça lui aurait bien facilité la vie. Accoudé contre le comptoir, Rosario avait passé commande d'une biéraubeurre et sirotait sa boisson en essayant de ne pas céder à la tentation de se retourner. Il priait pour que son poursuivant ne soit pas entré dans le Chaudron Baveur mais on ne savait jamais. et puis franchement, les règlements de comptes il préférait les esquiver ou se aire tabasser dans des lieux un peu moins... Fréquentés. Les rumeurs étaient longues à disparaître après. La biéraubeurre répandait une chaleur bien agréable en lui mais il se doutait qu'il ne trouverait pas de logement pour cette nuit. Il était un peu tard pour aller frapper chez ses diverses connaissances, en sachant qu'il n'y avait qu'une chance sur trois pour qu'elles acceptent de le recevoir, et une chance sur six pour qu'elles acceptent aussi de recevoir Erwan - son oncle. Bref, encore un peu de froid de prévu.

Il était presque de bonne humeur quand un gros point noir débarqua. Il en semait un pour en retrouver un autre. Si c'était pas un manque de chance évident, ça ! A vrai dire, Rosario mit bien trois secondes à reconnaître le type puis la lumière se fit. Rodolphus Lestrange. Le petit voleur ne savait pas trop s'il devait se sentir désespéré ou quoi, aussi opta-t-il pour un sourire léger. « Ah... Bonsoir Rodolphus. » Ton un peu fatigué, ça n'allait pas. « Les affaires sont plutôt bonnes en fait. Et toi, ça va ? » Les affaires étaient bonnes, quelle blague. Elles n'avaient jamais été aussi mauvaises puisqu'il passait sa vie à se faire courser par diverses personnes ou par retomber pile-poil sur ceux qu'il espérait ne pas croiser. « Qu'est-ce qui t'amène par ici ? » Rosario ne le savait que trop bien et, s'il feignait l'amabilité, il avait plutôt envie de décamper. Les gens à lui avoir un jour fait une faveur se comptaient sur les doigts d'une seule main mais ils avaient la fâcheuse habitude de venir réclamer quelque chose en échange. Et ces choses en échange, Rosario était généralement peu enclin à les donner.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 473
Célébrité : Ian Somerhalder


MessageSujet: Re: Un verre, un sourire, une menace. [PV Rosario]   Mer 14 Mai 2014 - 23:05

Trois secondes, c’est à la fois très court et très long. C’est le temps que mit Rosario à répondre à l’arrivée inopinée de Rodolphus. Durant ce même laps de temps, Rodolphus s’était furtivement demandé si l’autre brun comptait faire comme s’il ne le reconnaissait pas. Ça n’aurait pas été très malin et surtout très peu réaliste.

« Crois le ou non, c’est le hasard. Comme quoi, il fait bien les choses, tu ne trouves pas ? »

Dans les faits, c’était une question qui ne méritait pas de réponses, par contre Rodolphus attendait avec impatience les réactions de son vis-à-vis. Il était en effet très peu probable que Rosario soit ravit de tomber sur Rodolphus. Si au cours de leur dernière rencontre, le Lestrange n’avait pas précisé quelles raisons l’avaient poussé à intervenir en sa faveur, Rosario devait parfaitement se douter que ce n’était pas par pur charité.

« Sinon je vais bien, très bien même, merci de t’en inquiéter. » En fait ça allait tellement mieux depuis qu’il s’était assit en face de Rosario que cela pourrait faire passer Rodolphus pour lunatique. « Il faut dire que je suis content de te revoir. » Plus d’une personne s’inquièterait d’une telle remarque. Il fit une légère pause, ne cessant jamais de fixer, le sourire aux lèvres, son interlocuteur. « Toi par contre, contrairement à ce que tu dis, tu ne m’as pas l’air en forme. » Le ton fatigué utilisé un peu plus tôt par jeune homme n’avait pas échappé à Rodolphus. « Que t’arrives-t-il donc ? Une petite amie trop collante ? Un patron trop exigeant peut-être ? » Le tout dit sur le ton de la plaisanterie. Oui c’était une sorte d’humour. A voir comment Rosario comptait le prendre.

Rodolphus lui était de très bonne humeur maintenant, parfaitement à l’aise. Il débordait de confiance en soi, même s’il se demandait encore comment il allait mener la conversation à venir. Avisant la bière au beurre de son vis-à-vis, il ajouta : « Tu veux peut-être quelques chose d’un peu plus fort ? Commande, c’est moi qui invite. » Finit-il d’un ton très naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un verre, un sourire, une menace. [PV Rosario]   Ven 11 Juil 2014 - 20:21

Rodolphus ∞ Rosario
Un verre, un sourire, une menace.
Oui, le hasard faisait terriblement bien les choses. Un peu trop, même. Rosario se serait largement passé de cet énième coup du destin qui le forçait à recroiser une vieille connaissance. C'était de plus en plus le cas ces derniers temps, et le petit voleur commençait à se demander si ce n'était pas tous ses pêchés qui lui retombaient enfin dessus. Il avait toujours su qu'il le paierait un jour. Et voilà, c'était en train de se produire. Content de le revoir ? Le petit sorcier n'en doutait pas une seule seconde. Qui n'était pas heureux de retrouver quelqu'un de qui on pouvait exiger quelque chose ? Gêné, Rosario adressa un pâle sourire à son voisin tout en cherchant comment se dérober l'air de rien. « Non non, tout va bien, vraiment. Juste une... Longue journée. » On allait dire ça comme ça. Plus Rodolphus semblait de bonne humeur, et plus lui-même se sentait mal à l'aise. Un Lestrange heureux de le revoir, c'était des ennuis en perspective. Comme quoi, il avait un don pour se trouver une bonne raison de fuir les membres de cette famille. « Hum non, je m'apprêtais à partir. » Et à fuir comme un lamentable lâche. « Enfin, personne ne m'attend, hein ? »

Maîtrisant au mieux le tremblement nerveux de ses doigts, Rosario adressa un petit signe à l'un des gérants ; puis il se décida à entrer directement dans le vif du sujet. « Bon sinon, à partir me dire bonjour, qu'est-ce que tu veux ? Tu as des ennuis ? » Il termina sa biéraubeurre et se pencha vers son voisin. Il ne voyait pas trop ce qu'il pourrait faire pour un type comme Rodolphus - Rosario n'était pas exactement le gars idéal pour résoudre des trucs - mais il était vrai qu'il avait certaines compétences plutôt inhabituelles. « Ou plutôt, qu'est-ce que je peux faire pour toi ? » Cambrioler quelqu'un, enquêter, arnaquer... Ça, il savait faire. Le reste, c'était probablement trop lui demander - surtout si ça incluait d'utiliser la magie. « Non parce que tu sais, je ne vois vraiment pas comment un gars comme moi... » Rosario se désigna avec un grand sourire. « ... pourrait aider un gars comme toi. » Il désigna Rodolphus.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 473
Célébrité : Ian Somerhalder


MessageSujet: Re: Un verre, un sourire, une menace. [PV Rosario]   Sam 23 Aoû 2014 - 18:03

Il était évident que la conversation n’allait pas rester anodine très longtemps. De plus les taquineries de Rodolphus sonnaient tellement faux qu’il était évident qu’au fond le Lestrange ne s’intéressait guère aux ennuis que Rosario pouvait s’attirer. Enfin du moins pas plus que nécessaire. Au vu des projets qu’il avait en tête, il préfèrerait que l’arnaqueur réussisse encore à slalomer entre ses ennemis, quelles que soient leur nature. Pas qu’il s’inquiétât pour lui, bien au contraire même, mais Rosario lui devait un service. Alors autant qu’il reste entier le temps qu’il puisse s’en acquitter. Finalement Rosario lui demanda ce qu’il lui voulait, s’il avait des ennuis. Rodolphus lui adressa un sourire entendu.

« Oh non rasures toi, pas d’ennuis. »

De toute façon, quand bien même ce serait le cas, il y avait peu de chances que Rosario puisse l’aider. Puis soyons franc, l’argent évite bien des tracas et Rodolphus avait beaucoup d’argent. Rosario continua, demandant ce que Rodolphus attendait de lui.

« Ne te sous estimes pas, je suis sûre que tu peux m’aider, puis c’est pile dans tes compétences. »

Rodolphus fit signe au serveur pour qu’il remplisse le verre de son camarade. Qu’il verse ce qu’il veut, ça n’avait pas vraiment d’importance. Une fois à peu près sûr qu’aucunes oreilles indiscrètes n’écoutaient, Rodolphus reprit.

« Je voudrais que tu te renseignes sur une personne. De préférence sans qu’elle ne le sache, non en fait, c’est même une exigence. Ne te fais pas prendre, pas comme la fois où on s’est rencontré… » Il fit une pause le temps de terminer son verre d’une seule traite. « Il va de soi que si tu venais à être repéré, on ne se connaît pas. Et il est bien entendu évident, que tu seras ravi de me rendre ce service et que par conséquent je n’ai pas la moindre raison de penser que tu puisses faire une erreur qui pourrait m’être préjudiciable. N’est-ce pas ? »

Rodolphus posa un regard appuyé sur son camarade de boisson. Il voulait être sûr que le message soit clair. Que le Sinon, non-dit avait été bien saisi.

« L’objet de ta mission est une femme. » Rodolphus ne cacha pas son dédain. La seule allusion à cette femme avait pour habitude de l’agacer au plus haut point. « Enfin bref, une blonde du nom de Gaia Cheshire. Environ 30 ans et anciennement à Serdaigle. Pour le reste, et bien c’est justement ton boulot…Je veux savoir absolument tout ce qu’il y a à savoir sur elle ! Des questions ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un verre, un sourire, une menace. [PV Rosario]   Mar 16 Sep 2014 - 19:25

Rodolphus ∞ Rosario
Un verre, un sourire, une menace.
Rosario cachait du mieux qu’il pouvait la nervosité qui l’avait envahi dès l’instant où il avait reconnu Rodolphus. Au fond, il ne craignait pas d’être blessé, ou pire assassiné, tant qu’il n’aurait pas remboursé la dette qu’il avait envers cet homme, mais cela ne l’empêchait pas de le voir comme une menace. Mais de toute façon, il lui faudrait bien s’en acquitter un jour, le jeune voleur en avait conscience. Une brève lueur de déception brilla dans ses yeux quand Rodolphus lui annonça que non, il n’avait pas d’ennuis. Dommage, il aurait pu saisir l’opportunité pour envenimer discrètement lesdits ennuis, juste histoire de se débarrasser d’au moins un problème. Il y en avait tellement qui s’accumulaient dans sa vie en ce moment que cela n’aurait pas pu lui faire de mal. Quoi qu’il en soit, Rodolphus était bien venu requérir ses talents pour payer sa dette. Pile-poils dans ses compétences… Voilà qui avait de quoi effrayer le petit détective : il ne manquait effectivement pas de talents mais généralement, ça tournait dans des domaines pas souvent très légaux, et comme dit, il avait déjà bien assez de soucis en ce moment pour en plus aller en chercher davantage. « Oh, si tu es sûr que je puisse m’en acquitter alors… » Voilà qui résolvait tout, n’est-ce pas ? Il y avait une pointe d’insolence dans les mots du voleur, qui eut toutefois la prudence de détourner le regard. Assez d’ennuis, assez d’ennuis. Ne pas en rajouter. Difficile quand on s’appelait Rosario Daugherty et que se mettre dans le pétrin était son principal talent.

Se renseigner sur une personne… Oui, voilà qui était dans ses cordes. Et qui ne dépassait pas trop la ligne séparant la légalité de son inverse tentante. Quant à faire une erreur qui s’avérerait fort dommage pour Rodolphus… Eh bien Rosario verrait cela sur le moment présent. Mais il n’allait pas contrarier son interlocuteur, bien évidemment. « Mais non, voyons. Mon travail est sérieux, et tu le sais. Quant à me faire repérer, même si j’engageais la conversation avec cette personne, celle-ci ne saurait jamais que j’enquêtais sur elle. Détective privé n’est pas non plus écrit sur mon front. » Enfin, quand même ! « Et puis… J’ai quand même un certain instinct de survie, tu sais ? » Sinon Rosario ne serait clairement plus de ce monde pour en parler. Un léger agacement avait remplacé sa crainte à présent, lui déliant quelque peu la langue. « D’accord, une nana s’appelant Gaïa Cheshire. Je devrais pouvoir trouver ça. Ou du moins la trouver elle, déjà. Pas de panique, elle ne saura jamais que j’enquête. » Je tiens à ma peau, quand même. « Et sinon, j’ai combien de temps ? » C’était un détail important quand même.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 473
Célébrité : Ian Somerhalder


MessageSujet: Re: Un verre, un sourire, une menace. [PV Rosario]   Jeu 2 Oct 2014 - 19:57

Rodolphus observait fixement Rosario, son éternel sourire en coin disparu. La mission en soi n’était pas très compliquée, bien en dessous même du service que lui devait le voleur. Mais dans l’esprit de Rodolphus ce n’était qu’un début, un acompte sur la créance qu’il détenait. Sans doute faudrait-il qu’il le précise à Rosario à un moment ou un autre. Mais pas maintenant. Rodolphus préférait que son vis-à-vis en sache le moins possible sur ses projets, après tout il ne savait pas où se situait le niveau de morale du voleur et dans leur cas parler de loyauté serait faire complètement fausse route. Rosario avait une dette dont il semblait prêt à s’acquitter, mais rien dans son attitude ne laissait penser que ce serait à n’importe quel prix. De plus au vu des conditions dans lesquelles ils s’étaient rencontrés, Rodolphus ne pouvait guère se faire passer pour quelqu’un de totalement intègre. Le respect et la sympathie risquaient donc fort d’être absents de leur relation.

« Je ne doute pas que ton travail soit sérieux, je veux juste être sûr qu’il sera concluant. »

Rodolphus tenait surtout à savoir où il pouvait placer Rosario sur l’échelle des gens utiles, voir même s’il ne pourrait pas le transférer après dans le cercle des gens à potentiel intéressant. Pas pour lui évidemment, mais pour les mangemorts. Gaïa ce n’était que le début. Rodolphus mêlait l’utile à l’agréable. Il lui fallait des informations sur Gaïa et il avait Rosario sous la main de façon gratuite. Les hommes de Karl lui auraient coûté plus cher. Là pas d’argent, pas de traces officielles. Personnes ne se souviendraient de leur rencontre au chaudron baveur. Puis de toute façon il n’y avait rien d’illégal dans la mission confiée, pour le moment du moins. Même si Gaïa venait à découvrir la filature et le commanditaire, elle ne serait surement pas surprise, suspicieuse peut-être, mais surprise non.

« Par contre il y a juste un point sur lequel je tiens à insister. » Rodolphus se pencha en avant pour se rapprocher de Rosario et il ajouta : « Si je suis content de ton travail, dès lors que tu auras fini de rembourser ta dette, toi et moi ne nous recroiseront pas de sitôt. » C’était un mensonge. Au vu des projets que Rodolphus était en train d’échafauder pour Rosario, ce dernier n’était pas prêt de se débarrasser de Rodolphus. Mais bon tout ceci n’était qu’un détail. De plus Rodolphus laissait à Rosario le choix ou non de pinailler sur les termes utilisés. Il reprit « Par contre si je devais avoir des réclamations à faire, sache bien que je les ferais auprès de toutes les personnes possibles et imaginables qui pourraient d’une façon ou d’une autre te les communiquer. » Oui, c’était une menace. Il finit : « De plus au-delà d’un certain seuil, je fais payer des intérêts élevés à mes débiteurs et à leurs garants. »

C’était tout à fait le genre de Rodolphus. Faire payer l’entourage proche de la personne à qui il en voulait. Bien sûr Rodolphus ne savait rien de la famille et des amis de Rosario, il ne savait même pas s’il était du genre à avoir beaucoup d’amis ou non, mais ce genre de petite chose ça s’apprends vite. Grâce à un détective privé par exemple. Pour le travail plus poussé, un homme de main, un chasseur de prime ou un tueur à gage peuvent très bien faire l’affaire aussi. Et dans les rues de Londres ce n’est pas ce qu’il manque. Une fois qu’il fut sûr que le message était bien passé, il se repositionna dans sa chaise et fit diminuer la quantité d’alcool de son verre avant d’en revenir aux détails pratiques de la mission.

« Prends le temps qu’il te faut. Pas trop non plus évidement, ma patience à des limites…Disons deux semaines ? Ca te convient ? Juste pour l’essentiel : adresse, boulot, amis, famille, habitudes, etc… Et je préfèrerai que tu n’engages pas la conversation avec elle. C’est une fille étrange qui pourrait bien te prendre par surprise.»

Ces derniers mots n'avaient évidemment rien d'un compliment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un verre, un sourire, une menace. [PV Rosario]   Sam 8 Nov 2014 - 22:54

Rodolphus ∞ Rosario
Un verre, un sourire, une menace.
Dire qu’il arrivait parfois à Rosario de se faire menacer n’était pas vrai. En vérité, il passait sa vie à se faire menacer, à tomber sur les mauvaises personnes ou à croiser ceux qu’il aurait préféré oublier. Enfin, quand ces personnes-là en question vous promettaient de ne plus faire irruption dans votre vie au pire moment, il y avait de quoi être tenté et de quoi accepter n’importe quelle mission. Surtout quand celle-ci s’annonçait relativement simple. Demander à un détective privé d’enquêter sur quelqu’un, ce n’était pas lui demander la Lune, juste de faire son boulot. « Ne t’en fais pas, tu n’auras aucune réclamation à me faire. Mon travail sera bien fait, bien rendu. » Les paroles du voleur témoignaient de davantage d’assurance qu’il n’en ressentait en réalité. D’un autre côté, à moins que l’homme soit au courant pour son amitié avec Sorcha, personne ne risquait grand-chose dans son entourage qui était, il faut bien le dire, assez peu vaste. Mais il pouvait toujours parler, cela ne s’empêchait pas de s’accrocher à son verre comme un noyé à une bouée de sauvetage.

« Pas de soucis, je ne lui adresserai pas la parole. De toute façon, les gens laissent traîner toutes les informations autour d’eux… quand on sait où chercher. » Traduction : bien évidemment qu’il irait lui parler. Premièrement parce qu’elle ne soupçonnerait rien du tout si un guignol venait lui taper la causette, et ensuite parce qu’elle pouvait très bien avoir des choses fort intéressantes à dire, et qu’il parlait toujours à ceux sur qui il enquêtait. Question de méthode. Les secrets n’étaient que très rarement semés dans le sillage des gens, quand même. Autant les informations classiques se baladaient à droite à gauche, lâchées sans que personne n’y fasse attention, autant les secrets avaient tendance à se terrer dans l’esprit de leur détenteur. Et puis s’acquitter d’une dette, certes, mais s’en acquitter comme lui l’entendait. « Une personne étrange, dis-tu ? Comment cel… » Le regard du détective s’égara à son poignet. « Oh, va falloir que j’y aille peut-être. » Il n’avait nul endroit précis où se rendre en urgence, mais il commençait à lui tarder de s’éloigner de Rodolphus et de la frayeur qu’il lui inspirait. « Non laisse tomber, je n’ai pas à lui parler de toute façon, ce n’est pas important. » Oh, il aurait peut-être dû s’attarder quelques instants de plus, la bizarrerie des gens était toujours bonne à savoir. Lâchant à regret son verre, il quitta le comptoir. « Ne t’inquiète pas, je te ramène tout ça assez rapidement, sans problèmes, sans m’être trahi ni rien. » Dans sa précipitation, Rosario se laissa même aller à un geste familier en tapotant l’épaule de Rodolphus.


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: Un verre, un sourire, une menace. [PV Rosario]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un verre, un sourire, une menace. [PV Rosario]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soeur Sourire
» Un sourire démoniaque pour une lumière divine : Lakusas Dreyar
» Nouveau lac formé par le séisme en Haïti menace d'inonder Grand-Goâve
» MICHEL MARTELLY MENACE DE GAGNER LES RUES
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARAUDERS' CALLING. :: Londres :: Le Chaudron Baveur.-