Le jeu suit le cours du temps IRL. Nous sommes actuellement en Juillet 1981.

Partagez | .
 

 Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Mar 5 Aoû 2014 - 16:22



« Tu es sérieuse là ? Je dois rentrer dans une cheminée avec un feu allumé ? »

Lily, quatorze ans


Il y a plusieurs choses que je n'aime pas dans la vie. Les paquets de chocogrenouilles vides, quand je m'énerve contre James, être prise pour un elfe de maison ou bien chercher un stage. Prendre le réseau de cheminette fait partie des choses que je déteste dans la vie, je ressors avec le tournis, couverte de poussière et j'ai toujours peur de me perdre. Donc quand je vois le hiboux qui me donne un numéro de cheminette pour le rendez-vous pour mon stage et bien... j'ai envie de pleurer, de me rouler en boule dans ma couverture et hurler de toute mes forces. J'aimerai pouvoir faire ça. Cependant je joue les sorcières sérieuses et fait défiler de la baguette les vêtements de mon armoire pour voir quelle tenue me conviendrait. Jupe tailleur et chemisier ? Robe classique de sorcière ? Pantalon et t-shirt ? Ce n'est pas n'importe quel entretient, un stage pour étudier sur les traces de Merlin et plus particulièrement l'époque où il a travaillé avec le roi Arthur. Je dois avoir l'air de quelqu'un sérieux, mais pas trop coquette.
— Marlyyyy tu es où ?
A son boulot. Quand on travaille dans le commerce, on n'a guère de week end. Je finis par arrêter mon choix sur une tenue simple, aux allures moldues, mais confortables et surtout qui me permet de travailler directement.

Non. Ce n'est pas possible, a peine enfilée, j'ai l'impression qu'elle est la pire tenue qui soit et l'heure tourne. Bon d'accord j'ai pris une petite heure d'avance pour être sûre d'être à l'heure au rendez-vous, c'est juste le stage de mes rêves. Stage qui pourrait se conclure sur un boulot si tout se passe bien... D'un geste de baguette j'ensorcelle brosse et maquillage qui s'occupe de ma personne quand je cours à droite et à gauche dans l'appartement. Une drôle de scène que voilà, moi en train de me préparer ici et là et je suis poursuivit par mes accessoires qui me coiffent et maquille sans pitié. Oh non, non, non, non ! Je ressemble à un clown. J'attrape un mouchoir que j'humidifie avec de la salive pour enlever la moitié, attrape mon sac et go, je prend la cheminée. Je déteste ça.

Je jette le petit tas de poussière, prononce haut et fort en articulant ma destination, chose pas aisée avec la cendre et l'idée que je suis dans les flammes et ne brûle pas... Et hop. Tournicoti tournicota, je me retrouve emportée par une sorte de tornarde et tourne dans tous les sens. Je ferme les yeux, serre les poigts et serre les dents. Je déteste ça, je déteste ça, je déteste ça. Et BOUM, me voilà rejetée brutalement par la cheminée qui me vomit littéralement quelque part qui ne ressemble en rien à un bureau... On dirait plutôt un salon d'un sorcier. Ledit sorcier est d'ailleurs assis dans son fauteuil, sa femme derrière lui apporte le thé et son enfant est nez à nez avec moi.
vJe crois que j'ai tâché ton dessin.
Le gamin me regarde avec de grands yeux ronds. De toute évidence je ne suis pas sensée être ici. Je me relève lentement, inquiète sous le regard paniqué de la famille. Est-ce que j'ai l'air d'une tueuse en série ou quelque chose du genre ? Je ne comprend pas ce regard effaré qu'ils me jettent. Je grimace un sourire maladroit en époussetant la cendre de mes vêtements, en mettant partout de la cendre au passage sur leur beau tapis.
Heu...
Qu'est-ce que vous faites là ? Ne touchez pas à ma femme et mes enfants.
Je cligne des yeux surprise, faire du mal à sa femme et ses enfants ? D'abord je ne vois qu'un enfant, mais pas deux et ensuite... Ce n'est pas la première fois qu'un sorcier doit débarquer chez lui par surprise, ce sont les inconvénients du réseau de cheminette. Le type maintenant menaçant sort sa baguette, ce que je fais de même, geste stupide, mais la seule réaction qui me traverse l'esprit. On sort une baguette, je fais de même. C'est tout à fait logique, mais pas pour eux. Ils paniquent.
Vous êtes une mangemorte c'est ça ?

Comment dire... Ces gens veulent que je meurs. Non ? Non. Je ne suis pas une mangemorte, mais je n'ai pas le temps de protester qu'une deuxième personne arrive derrière moi. Les forces de l'ordre ?


Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT
avatar
Hiboux envoyés : 68
Célébrité : Colton Haynes
Crédits : à voir.


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Mar 5 Aoû 2014 - 21:51

Soucis de cheminette. Lily & Nathan
Mon réveil avait bien sonné il y a une heure de cela, mais j'étais toujours assis dans ma cuisine, regardant ma tasse de thé à moitié vide. Le matin c'est dur, surtout quand on ne doit pas aller travailler, je baille comme quelqu'un n'ayant pas dormi de la nuit. Cela fait bien une demi-heure que je devrais être dans ma salle de bain pour me préparer. Je cherche au plus profond de moi la motivation pour finir ma tasse et je la trouve après un petit moment. Je sais très bien pourquoi je suis si peu enclin à partir ce matin, je n'ai pas réellement de choses de prévues. Pour me donner un but, je décide d'aller déranger un ancien camarade d'école, mon petit serviteur à moi, pour me rappeler à son bon souvenir. C'est ainsi qu'avec une toute nouvelle motivation que je me rend dans ma salle de bain, je me prépare rapidement, choisissant une tenue au hasard dans mon armoire. Étant un tantinet maniaque, je retourne dans ma cuisine et je lance un sort qui nettoie la table de mon petit déjeuner et ma tasse de thé. Satisfait d'avoir une maison bien rangée, je cherche ma cape que j'attache puis je me rends devant ma cheminée. J'ouvre le petit pot en métal qui est posé sur le manteau, je prends une poignée de poudre et je la lance dans la cheminée, entrant à la suite en donnant ma destination.

La cheminée n'est pas le moyen de transport que je préfère, mais c'est le seul moyen que j'ai d'arriver directement dans l'appartement de la personne que je désire voir. Je vois quelques détails de plusieurs cheminées, mon voyage semble vraiment très long, habituellement c'est assez court. Je n'aime pas trop ce petit manège, quand soudain, je suis expulsé hors de la cheminée. Je me rattrape avec toute la grâce que m'a enseigné mon père, un sang pur ne s'étale pas devant une cheminée comme un vulgaire sang-de-bourbe. Je lance un sort pour me débarrasser de la poussière qui a atterrit sur ma cape, ma robe mais également mes cheveux. C'est seulement après m'être assuré d'être propre sur moi, que je remarque que mon soit-disant ami n'a pas de tapis devant sa cheminée. Je lève les yeux pour ne voir d'abord qu'une crinière rousse, puis je vois le petit garçon auquel je ne fais pas très attention quand je vois que le sorcier devant être le propriétaire des lieux a sorti sa baguette, ma propre baguette arrive dans ma main alors que je la tire avec rapidité, une déformation professionnel et me venant aussi de mes expériences de combat en tant que mangemort. J'examine toutes les personnes présentes, ma baguette pointant un peu la sorcier et la sorcière les ayant sortit, je ne sais pas vraiment qui choisir entre les deux. Je me déplace lentement pour les avoir tous les deux bien dans mon champ de vision mais aussi pour avoir la possibilité de lancer rapidement un sort à chacun d'eux.

« Bonjour. Puis je savoir où le réseau de cheminette m'a envoyé ? »

Mon ton était poli mais sans aucune sympathie, les problèmes avec le réseau de cheminée étant fréquents et l'utilisant depuis l'enfance, l'idée d'arrivée chez un inconnu m'était devenue presque habituelle. C'était une chose qui m'était déjà arriver durant mes années à Poudlard, avant que je ne passe mon permis de transplanage, me forçant à utiliser la cheminée pour aller rejoindre des camarades de maisons pendant les vacances d'étés ou simplement pour me rendre sur le chemin de traverse. Tous les sorciers savent que la cheminette n'est pas le moyen le plus sûr de se déplacer, mais quand il le faut, tous le monde l'utilise tout de même.

« Et puis vous voulez quoi encore que je vous donne l'adresse comme ça d'autres mangemorts pourront venir vous aider? »

Je regarde l'homme qui m'attaque verbalement, il a pointé sa baguette sur moi, je garde mon visage impassible en le fixant même si je laisse mes yeux passer sur la rousse à intervalle régulier, je laisse un ricanement passer mes lèvres. Quel mangemort serait assez idiot pour se montrer à visage découvert. Il me regarde avec insistance et ça commence à m'énerver.

« Si j'étais mangemort, je passerais pas par la cheminée, je ne montrerais pas mon visage et j'aurais déjà usé de ma baguette, vous n'auriez même pas pu poser votre question. »

Mon ton laissait entendre mon agacement d'être face à un tel idiot et j'avais oublié mon éducation. Je considère que ça n'a rien de grave puisque ce sorcier ne doit pas être pur puisque je ne le connais pas. Je n'aime pas vraiment parler de mon camp comme si je n'en faisais pas parti, mais je le devais, puisque je ne peux pas me compromettre, surtout pas avec mon poste à Gringotts, je ne veux pas être mis à la porte, me retrouver sans emploi et en prison.


Dernière édition par Nathan Dolohov le Ven 8 Aoû 2014 - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Jeu 7 Aoû 2014 - 14:22



« Tu es sérieuse là ? Je dois rentrer dans une cheminée avec un feu allumé ? »

Lily, quatorze ans


Je suis face à un type qui me prend pour une mangemorte et... Et je risque de rater l'entretient de ma vie. Celui avec lequel je pourrais valider mes études et avec un peu d'espoir trouver un boulot par la suite. Je lève les mains en signe de paix, voulant les rassurer, mais ils ne voient que ma baguette brandit dans leur direction. Immédiatement ils se figent tous. L'enfant pousse un gémissement et s'en va en courant vers les bras de sa mère. Tout ce que je veux, c'est partir d'ici, que ce soit part la cheminée ou par la porte, même la fenêtre s'il le faut ! Je dois juste... partir. Ma première pensée est de ne pas me laisser envahir par la panique qui est en train de me prendre. Ce type serait bien capable de me faire rater le reste de ma vie. Ma deuxième pensée va tout naturellement vers le type qui débarque. Je le regarde, surprise. A croire que le réseau de cheminette compte rameuter tout le monde magique dans ce salon.
Bonjour. Puis je savoir où le réseau de cheminette m'a envoyé ?
Cette voix, elle me dit quelque chose. Ce visage aussi à dire vrai. Quelque chose chez lui me fait peur, un malaise, un doute. Ce type n'est pas un charmant vendeur de glace... Je ne sais plus vraiment où j'ai pu le rencontrer la première fois, mais ce n'était probablement pas dans un événement festif. Je me met en retrait, comme pour me cacher de lui.
—  Et puis vous voulez quoi encore que je vous donne l'adresse comme ça d'autres mangemorts pourront venir vous aider? 
Si j'étais mangemort, je passerais pas par la cheminée, je ne montrerais pas mon visage et j'aurais déjà usé de ma baguette, vous n'auriez même pas pu poser votre question. 

Oh papa noël, pourquoi est-ce que cela m'arrive à moi ce genre de chose ? Je le remplace maintenant dans le contexte, tout était confus, les sortilèges fusaient et lui, il a sans aucun doute essayer de me tuer. Il semble ne pas se souvenir de moi à cet instant, mais moi je revois très bien son visage. Quant la faucheuse a un visage, on se souvient parfaitement de ce dernier. Je déglutis avec difficulté. Qu'elle est la meilleure chose à faire ? M'enfuir et laisser ces pauvres personnes avec un mangemort qui pourrait tuer à tout moment ? Ce n'est pas très louable, il faut le dire. J'abaisse ma baguette en preuve de bonnes fois et balbutie maladroitement.
Je... je cr.. .crois qui qu'il y a un, un sou... soucis avec le ré...réseau de che...cheminettes.
Je sens leurs regards se posaient sur moi. J'ai au moins leur attention. Je reprend d'un ton plus ferme.
On ne vous veut pas de mal, laissez juste nous sortir pour qu'on puisse appeler le magicobus.
Du moins pour ma part je ne leur veut pas le moindre mal. Pour ce type je ne sais pas, mais s'il prend le magicobus avec moi, je sais qu'il ne le fera pas mal. Le père de famille les deux serrés nous fixe toujours de son regard sombre. Ne savant pas vraiment de qui il doit surtout se méfier. La femme semble soudain vouloir prendre les devants, car elle s'avance vers nous ignorant le regard noir que lui jette son mari.
Si vous dites vrai et bien... sortez.
Elle nous désigne la porte grande ouverte. C'est la seule chose que j’attends, je fais un pas vers l'entrée, mais le mari pointe sa baguette dans ma direction. Okay, le monsieur ne semble pas être de cet avis.

Je suis sûre qu'ils ont été envoyé par le gang Lannister. Hors de question qu'ils s'en aillent.
Quoi ? Qu'est-ce qu'il vient de dire là ? Le gang Lannister ? C'est une blague là ? Est-ce que j'ai une tête d'appartenir à un gang ? Et qu'est-ce des gens lambdas ont avoir affaire avec un gang. La femme nous jette un regard méfiant et envoie son enfant ailleurs. Ce dernier ferme la porte au passage et j'entend la clef tourner dans la serrure. Je veux juste sortir moi. Juste... sortir. Pas tomber sur une bande de psychopathes. Je pensais qu'ils étaient tout ce qu'il y a de plus innocents, des pauvres gens terrifaient par les mangemorts c'est normal, des gens qui déclarent qu'on fait partie d'un gang c'est... C'est tout autre chose. J'ouvre la bouche pour protester, mais finit la refermer. Franchement, qu'est-ce que je peux dire face à ça ? On ne peut pas être juste des inconnus tombés là par hasard. Je jette un petit regard inquiet en direction du type qui avait tenté de me tuer. Père noël, fait en sorte qu'il ne décide pas de tuer tout le monde....

H.J. • Peux-tu éviter l'écriture noire ? C'est difficilement lisible  :lily: Et attention, azkaban n'existe pas sur M.C. ! Ce sont diverses prisons
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT
avatar
Hiboux envoyés : 68
Célébrité : Colton Haynes
Crédits : à voir.


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Ven 8 Aoû 2014 - 21:16

Soucis de cheminette. Lily & Nathan
Je fixe avec plus d'attention le père de famille, une simple femme a très peu de chance de me surprendre, même si je reste sur mes gardes, avec les sorciers de nos jours, on voit des femmes venir demander des métiers d'hommes. Cependant, quand elle abaisse sa baguette, elle devient déjà moins intéressante à mes yeux, mais je trouve que pour une femme qui devrait se méfier de moi, elle s'est un peu trop caché à ma vue, quelques choses ne colle pas. Je ne sais pas encore quoi, mais je l'apprendrais.

« Je... je cr.. .crois qui qu'il y a un, un sou... soucis avec le ré...réseau de che...cheminettes.  »

Cette voix ! J'ai déjà entendu cette voix, mais où... J'écoute vaguement ce qu'elle est en train de dire, j'entends juste quelques brides « juste nous sortir  » et « magicobus.  ». Je suis préoccupé par le fait que je connais cette voix, même si je me sens dégoûté d'entendre qu'elle veut prendre le magicobus, quelqu'un comme moi ne prend pas le magicobus. Le magicobus est fait pour les sorciers qui ne savent pas transplaner, sinon il ne sert à rien, ce n'est même pas un transport complètement magique puisque ce sont ces saletés de moldus qui les ont inventés les bus. C'est aussi que je me souviens très bien de mon unique voyage en magicobus, j'ai été malade pendant tout le trajet, ce qui m'a complètement convaincu de ne jamais plus le reprendre. Je suis coupé dans mes pensées sur ce transport comme dit le ministère par le déplacement de la mère de famille, je fais pivoter un peu ma baguette vers elle, un bon sort bien douloureux au bord des lèvres.

« Si vous dites vrai et bien... sortez.  »

Je ne bouge pas d'un millimètre, je sais que son mari ne nous accordera pas la sortie, il semble tout à fait contre l'idée, je ferais exactement pareil à sa place, je ne laisserais personne voir devant chez moi, cette personne pourrait revenir. Je vois le mouvement de la femme, un seul et unique pas avant la menace de la baguette du patriarche de la famille. Seulement, ce mouvement fait remonter en moi celui d'un combat, du combat qui m'obsèdes. Le souvenir revient, je n'ai pas fait très attention ce jour là, le combat faisait rage, je lançais des sorts à tort et à travers, j'esquivais au mieux ceux qui arrivaient vers moi. J'avais envoyé le sort de mort, ce sort que j'envoie assez peu hors des combats. Ma victime choisie avait fait un pas sur le côté et avait parlé, je me souviens plus exactement de la manière dont elle a évité mon sort, mais sa voix, je ne l'ai pas oublié. Je me tourne vers elle, maintenant, c'est une affaire personnelle entre cette femme et moi.

« Je suis sûre qu'ils ont été envoyé par le gang Lannister. Hors de question qu'ils s'en aillent.  »

Je le regarde assez étrangement, c'est quoi cette histoire de gang, qui est ce gang là, Lannister, j'en sais rien, je vais devoir me renseigner, ça semble être un gang sorcier et pourtant je n'ai jamais entendu un mot sur eux. Je me demande bien ce qu'il a fait pour avoir un gang à ses trousses, parce qu'il faut y aller. L'ambiance est d'un coup un peu plus tendue si c'est possible, le petit garçon part, je le suis avec ma baguette, il aurait fait une bonne garantie pour partir sans être attaqué. Je vois la femme que je veux tuer depuis un moment maintenant ouvrir la bouche de façon incertaine avant de la refermer lentement.

« Celle qui est là, elle est du gang Lannister, je l'ai déjà vu, j'ai moi-même eu des affaires à voir avec eux. »

J'envoie un petit sourire en coin à la rousse, le jeu ne fait que commencer, il me suffit de faire croire à ces idiots que c'est la vérité et pour mettre toutes les chances de mon côté. Je n'ai que peu de chance de me faire avoir par mes paroles, je suis un bon manipulateur. Je tourne ma baguette vers la rousse, gardant toujours mon regard un peu tourné de façon à voir aussi le couple de propriétaire, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Ma posture est devenue un peu moins sang pur pour passer dans quelques choses entre mon éducation et le combat sans que ce ne soit non plus trop voyant, du moins je l'espère. Je fixe le père de famille en murmurant dans ma barbe legimens. J'apprends donc qu'il a un problème avec le gang Lannister parce qu'il doit beaucoup d'argent à ce gang et qu'ils ont déjà envoyés plusieurs fois des gros bras pour lui réclamer l'argent et menacer sa famille. Je quitte son esprit détournant les yeux en un quart de secondes, je n'use pas très souvent de la légimencie, mais là, je veux avoir un allié pour m'en prendre à cette femme, qu'ils me fassent confiance et j'inventerais une excuse en partant pour l'emporter avec moi.

« Elle voudra vous convaincre que ce n'est pas le cas, ne l'écoutez pas! »


H.J:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Lun 11 Aoû 2014 - 13:21



« Tu es sérieuse là ? Je dois rentrer dans une cheminée avec un feu allumé ? »

Lily, quatorze ans


Je ne sais pas ce qui est le plus comique dans l'histoire, si c'est que ce type qui est un assassin de sang froid et qui a essayé de me tuer m'accuse de faire partie d'un gang ou tout simplement l'idée que moi je puisse faire partie d'un gang. Je suis plus du genre à collectionner les cartes de chocogrenouilles que de dealer de la drogue. Je ne sais même pas qu'est-ce qu'on peut trafiquer dans le monde des sorciers ! Je suis tellement innocente que cela en devient inquiétant. Et cet imbécile qui me jette un petit sourire en coin. Il est fier de sa petite blague. Oui, que c'est amusant. Le père me jette un regard sombre. Il m'en veut, il a peur aussi. Il n'y a rien de pire qu'un homme qui a peur. Elle vous fait faire des choses atroces. Tuer, torturer, laisser un mangemort prendre une innocente victime...
Elle voudra vous convaincre que ce n'est pas le cas, ne l'écoutez pas !
Bien évidement que je compte les convaincre de mon innocence. Il pense que je vais me mettre à faire un numéro de claquettes avec des chouettes ? Non. Ce n'est pas la bonne idée. Ce n'est pas la meilleure chose à faire. J'ai déjà dû faire face à pire, je peux m'en sortir. Je croise les doigts, baissant par la même occasion ma baguette, la mettant loin d'eux et plaque sur mes lèvres un sourire froid. Ils ont peur de moi, je ne sais pas pourquoi, mais il faut que j'utilise cela.
Je le reconnais, je fais partie de ce gang.
L'homme pousse un hoquet de pure terreur, la femme recule dans un coin dans un acte de bravoure sans égale. Je les fixe l'un après l'autre du regard, toujours ce sourire froid sur les lèvres et surtout mon regard que Marly nomme le regard de la psychopathe prête à tuer que je destinais à James.
Et je comprends parfaitement que vous avez peur de moi, mais voyez-vous, je suis venue avec cet homme pour vous proposez un marché. Si vous arrivez à l'immobiliser et bien, il est fort possible que vous et moi devenions de très, très bons amis. J'insiste tout particulièrement le très. Une lueur intéressée brille dans les yeux de l'homme. Il vous l'a dit, il a fait des affaires avec nous. Pourquoi pensez-vous qu'il m'aurait suivi autrement ?

Je nage dans du pur délire. Je n'arrive pas à croire que je viens de reconnaître que j'appartiens à un gang que je ne connais pas. Je jette un petit coup d'œil mesquin au mangemort. L'homme pourrait essayer de m'arrêter avec son aide, mais quelque chose brille dans son regard. Il se retourne, toujours la baguette fixée sur nous. Sa femme lui murmure quelque chose. J'ai beau tendre l'oreille je ne saisis que quelques mots, tel que d'autres et venir. Père Noël, fait qu'elle supplie son mari d'accepter le marché que je leur propose par crainte que d'autres membres du gang ne vienne après moi. Avec précaution je recule d'un pas, l'air de rien, puis d'un second. Le pot de poudre de cheminette est posée sur la cheminée. Le réseau a des soucis, c'est évidant, mais où que je me retrouve, ça sera toujours mieux qu'ici. Ils discutent maintenant entre eux à voix basse. De temps en temps ils jettent des petits coups d'œil dans notre direction. C'est comme un, deux, trois, soleil. Je dois reculer, m'approcher de la cheminée sans qu'ils s'en rendent compte.

Je me fige, ils ont fini de discuter, ils ont pris leur décision. La femme retourne à sa place fort courageuse près de la porte. L'homme nous pointe toujours de sa baguette et moi, moi je me suis bien trop rapprochée du mangemort qui peut désormais m'attraper comme bon lui semble pour me poignarder ou même m'étrangler. O joie. Ils auront la preuve que ce n'est pas un enfant de cœur, mais à quel prix ? Je ne tiens pas à que ce soit celui de ma vie. L'homme s'humecte les lèvres dans un bruit dégoûtant, mon cœur bat vite, trop vite. J'ai peur, je voulais juste aller à un rendez-vous, pas prendre le thé avec la mort !
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT
avatar
Hiboux envoyés : 68
Célébrité : Colton Haynes
Crédits : à voir.


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Jeu 14 Aoû 2014 - 17:04

Soucis de cheminette. Lily & Nathan
Je vois la peur dans le regard de l'homme, j'ai l'impression que mon idée va fonctionner. Je suis presque certains que la rousse réfléchit à la meilleure chose à faire ou dire. Je la vois baisser sa baguette, comme en signe de défaite, je pense que c'est plutôt une bonne action de sa part, j'aurais moins de mal à les convaincre, si elle semble se rendre. Je me rends compte que c'était peut-être une mauvaise idée quand je remarque le sourire froid qu'elle plaque sur ses lèvres alors que le couple a toujours l'air aussi terrorisé.

« Je le reconnais, je fais partie de ce gang. »

Voilà qui est vraiment mauvais pour mes plans, je m'attendais à ce qu'elle se défende avec fougue de cette affirmation, pas qu'elle prenne l'option de dire que oui, elle en était. Je ne fais plus vraiment attention au couple, j'ai entendu le hoquet de terreur de l'homme et ça me suffit pour savoir qu'il est devenu un homme qu'il m'est inutile d'utiliser pour aller dans mon sang. Ce que je ne comprends pas, c'est la réaction de cette femme, pourquoi dire qu'elle fait partie du gang alors que sa seule envie était de partir. Je ne comprends pas sa logique en faite, je me tiens toujours prêt à agir, baguette à la main et pointé dans la direction de l'homme, la rousse n'étant qu'une cible secondaire à l'instant présent, elle a baissé sa baguette, ce qui me laisse une bonne chance d'achever ce que je n'ai réussi à faire à notre première rencontre, la tuer.

« Et je comprends parfaitement que vous avez peur de moi, mais voyez-vous, je suis venue avec cet homme pour vous proposez un marché. Si vous arrivez à l'immobiliser et bien, il est fort possible que vous et moi devenions de très, très bons amis. Il vous l'a dit, il a fait des affaires avec nous. Pourquoi pensez-vous qu'il m'aurait suivi autrement ?  »

Je ricane doucement, elle veut la jouer ainsi, me faire immobiliser par un homme que je suis certains de pouvoir mettre au tapis très rapidement, du moins, c'est l'impression qu'il me donne. Il est si terrorisé que je m'étonne qu'il n'aie toujours pas mouillé son pantalon et que lui et sa femme ne soient pas partis en courant. Pourtant, la proposition semble intéresser le couple vu qu'ils se mettent à discuter à voix basse, je n'essaye pas d'entendre la conversation quoi qu'ils se disent, j'aurais toujours l'occasion de tourner les choses en ma faveur, je sais parler, je saurai m'en sortir. Et voilà, un premier regard rapide vers nous, je ne bouge pas, mais j'en profite pour regarder par la fenêtre. Elle donne sur un petit jardin avec une barrière blanche, de là, je vois qu'il y a une rue, on doit être dans une ville ou dans un village. Si on m'attaque, je pourrais toujours m'échapper par là, mon coup d’œil n'a pas pris plus de deux seconds. Je fixe le couple toujours en pleines conversations à voix basse, la porte derrière eux reste également une sortie facile à atteindre, un petit alohomora l'ouvrira facilement.

Je resserre la prise sur ma baguette lorsque je vois la femme retourner dans son coin, je ne sais toujours pas quel décision ils ont pris, mais je remarque la proximité de la rousse, je ne l'aie plus autant dans mon champ de vision qu'avant, je fais un pas sur le côté, me rapprochant d'elle, comme ça, si on m'attaque, elle pourra toujours servir de bouclier, je n'aurais ensuite qu'à me défendre en disant que je ne vois pas l'intérêt d'un duel alors que je ne suis qu'un pauvre innocent arrivé au mauvais endroit au mauvais moment. Comme la pièce est silencieuse, le bruit de mon pas a été bien clair, je me racle la gorge et l'homme se lève, sa baguette toujours à la main, il a les genoux tremblant, autre preuve de sa peur. La peur que j'ai bien identifié dans ses yeux depuis longtemps.

« Je ne suis pas venu avec elle, elle vous ment, je me trouvais dans la même position que vous lors de mes affaires avec le gang. Je leur devais une grande somme d'argent, j'avais demandé un délais pour mon remboursement. Ils m'ont fait envoyer trois gros bras du gang qui m'ont ramené au chef. J'ai remboursé tout mon dû et ensuite je ne les ai jamais revu. »

Tout en parlant, j'ai pointé ma baguette plus vers lui, il a levé la sienne un peu plus haut, il a la bouche un peu ouverte, il ne semble pas être sûr lui-même de savoir ce qu'il va faire alors qu'il en a parlé avec sa femme. Je souris, un sourire qui n'a rien de sympathique, il est plutôt froid, je glisse ma main autour de la taille de la rousse, attrapant son poignet, celui au bout duquel se trouve sa main qui tient sa baguette, je serre bien fort pour qu'elle ne puisse se défaire de ma poigne et je me penche à son oreille.

« Fallait pas répondre ça ! Tu vas finir par te faire tuer. »

Et ça, c'est pas ce que je désire pour elle, puisque sa mort doit me revenir à moi et à moi seul. Je lance un regard froid à l'homme, j'espère qu'il ne fera rien, j'ai les sorts interdits faciles et c'est pas une bonne chose devant la rousse, puisque je ne suis pas tout à fait certains de ce qu'elle sait ou pas, si elle se souvient ou non que j'ai essayé de la tuer.

« Le plus simple pour nous deux est de nous allier jusqu'à ce que nous soyons partis d'ici. »

Je murmure froidement à l'oreille de la rousse, même si je ne vais pas la laisser partir sans rien dire, je vais bien évidemment tenter de la tuer dès que j'en aurais l'occasion et que je serais loin de témoin potentiel. Pourtant tuer toute cette famille ne me fait pas peur, c'est juste l'idée que les aurors remontent les arrivées du réseau de cheminette et qu'ils découvrent que nous n'étions que deux à être arrivé. Ce qui ferait immédiatement le coupable de ces quatre meurtres. Malgré mon caractère, il me reste une chose vitale, l'instinct de survit.

« Qu'en dis tu ? »

Je dis finalement dans un murmure. Si déjà le fait de nous montrer divisé n'a pas fonctionner, peut-être qu'air comme deux personnes alliés va nous aider à sortir de là plus rapidement et me donner la possibilité de la tuer par la même occasion, se serait une bonne action d'accomplie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Dim 17 Aoû 2014 - 21:17





« TU ES SÉRIEUSE LÀ ? JE DOIS RENTRER DANS UNE CHEMINÉE AVEC UN FEU ALLUMÉ ? »

Lily, quatorze an.


Le jeu est lancé, ça sera à celui qui arrivera à faire croire au couple qu'il détient la vérité. Je jette un nouveau coup d’œil à la cheminée, encore un pas, deux peut-être et alors je pourrais fuir. Un pas et... Je suis attirée brusquement contre le mangemort. Son bras enroulé autours de ma taille, sa main tenant fermement mon poignet, m'empêchant le moindre mouvement de ma baguette. « Fallait pas répondre ça ! Tu vas finir par te faire tuer. » Depuis quand un mangemort tient à la vie d'une née-moldue ? Au pardon, je devrai dire une sang-de-bourbe. « Le plus simple pour nous deux est de nous allier jusqu'à ce que nous soyons partis d'ici. » Évidemment. Il tient à sa petite vie, tout comme à la mienne. Mais s'allier à un mangemort ? Est-ce que je suis prête à cela ? Non la question est surtout : est-ce que je peux lui faire confiance ? Non. La réponse est évidemment non. Est-ce que j'ai le choix ? Je baisse mon regard sur sa main serrant mon poignet, il a une telle force que je ne peux le bouger. Non. Je n'ai pas le choix. « Qu'en dis tu ? » « D'accord. » Travaillons ensemble pour échapper à ce couple de sorciers désespérés, mais il est hors de questions que je lui fasse confiance.

Notre nouvelle posture n'échappe bien entendu en aucun cas au couple qui nous jette maintenant un regard horrifié. Il est vrai que présentement nous avons tout l'air... d'un couple. Papa noël, faites que personne ne soit au courant de cette aventure. « Que... Qu'est-ce que vous... » L'homme cherche ses mots. Il ne sait pas quoi dire, il est horrifié. Le cœur battant, l'esprit qui tourne à cent à l'heure, je ne sais pas quoi faire, ni même quoi dire. Je tremble, j'ai peur, maintenant que j'ai dû entrer dans son jeu je suis perdue. « Lâchez mon poignet. Rendez-moi ma liberté. » C'est un ordre, pas une demande. Je tente de me dégager, mais je dois reconnaître que je suis faible. « Vous vous connaissez, n'est-ce pas ? » La voix tremblante de l'homme révèle sa peur. Il est terrifié. Quand nous étions opposés, il pensait pouvoir travailler sur une failles, alliés nous devenons un danger... « Laissez nous partir, c'est la seule chose que nous désirons. Laissez nous et vous serez libre, nous ne reviendrons plus, je vous le promet. » La colère brille dans les yeux de l'homme et de sa femme. Le couple en a assez de nos manigances.

Moi aussi, j'en est assez. J'aimerai bien qu'ils nous laissent libres. Ne peuvent-il pas nous laisser libre ? J'ai un rendez-vous qui pourrait changer ma vie et par leur faute je risque de le rater. Je devrais rester calme, moi aussi je paniquerai si des inconnus débarquait soudainement dans mon appartement. Cependant s'ils n'avaient qu'un désir : s'en aller, je n'essaierai pas de les arrêter. Au contraire, je leur ouvrirai grand la porte pour qu'ils s'en vont. « Vous tenez à rester en vie ? Bien, laissez nous partir, sinon, on vous tue, maintenant. » Voilà quoi je suis réduite, menacer quelqu'un de le tuer. Le couple se fige. « Et ne pensez pas que nous sommes ennemis, vous avez vu de quelle manière il me tient ? Un homme ne tiendrai jamais une inconnue de cette façon. » Cela me répugne, rien que l'idée que j'ai pu prononcer ces mots me fais frissonner de dégoût. Il est toutefois hors de question que je le laisse tourner la situation à son avantage et manque de tuer. Ils ont peur. Je n'ai pas voulu les terrifier, mais ils ne me laissent pas le choix. Je leur adresse un petit sourire sec. « Nous pouvons vous laissez partir à condition que vous jurez de ne jamais revenir. Une promesse faites à partir d'un serment inviolable. » Elle est plus intelligente que son mari. Lui a peur et se laisse dominer par ses émotions, mais pas elle. Elle, elle sait très bien comme jouer son jeu. Faire la promesse de ne jamais revenir ici. Quelle difficulté à cela ? Je veux partir et ne plus jamais revenir...
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT
avatar
Hiboux envoyés : 68
Célébrité : Colton Haynes
Crédits : à voir.


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Lun 18 Aoû 2014 - 17:35

Soucis de cheminette. Lily & Nathan
Quand je l'entendis donner son accord, un sourire cruel et pleins d'attentes se forma sur mes lèvres, elle venait de dire qu'elle s'alliait à moi, ce qui signifiait que nous pourrions sortir ensemble de cette maison, me donnant une occasion parfaite de la tuer. Lorsque mon regard glisse sur le couple l'air épouvanté, mon sourire n'en devient que plus grand, jusqu'à ce que je comprenne ce qu'ils doivent penser. La position que j'ai prise fait presque penser à un couple, je n'avais pas prévu ce fait en faisant ce geste, mon impulsivité me conduit à l'instant à passer pour petit-ami de ce qui doit être une sang-de-bourbe. Par Merlin que personne ne me voit ainsi, je serais la honte des sangs-purs et des mangemorts. Soudain, le visage d'Amber m'apparaît comme un flash devant les yeux, il est si rapide que je me demande si oui ou non cette image a traversé mon esprit et puis pourquoi je pense à ma fiancée dans une telle situation. La référence au couple peut-être, je me détourne de ce genre de pensée, je dois me concentrer sur le momnet présent, sauver ma peau et tuer cette sale rouquine.

« Que... Qu'est-ce que vous...  »

Je me demande bien pourquoi il cherche ses mots, les mots devraient être simples, sortez de chez moi, partez le plus loin possible. Pourtant, il est là, il veut nous défier et ne sait même plus trouver des mots, alors un sort, comment va-t-il faire. Un petit ricanement sourd m'échappe, il m'amuse beaucoup et si je n'avais pas peur pour ma liberté, je m'amuserais bien avec eux, ils ont l'air très distrayant, rien que ses réactions le sont à mes yeux. « Lâchez mon poignet. Rendez-moi ma liberté.  » La phrase me surprend, mais je tiens bon quand elle commence à se débattre, elle a réellement cru que j'allais lui faire confiance au point de lui rendre sa liberté, elle est folle cette rouquine. Je desserre un peu ma prise sur son poignet sans pour autant la libérer complètement, je ne vais pas la laisser s'échapper cette fois, je suis bien décidé à finir les choses, là, elle est à ma merci, je dois en profiter et garder la situation bien en main. « Vous vous connaissez, n'est-ce pas ?   » On se connaît, il l'a enfin compris. Cependant, il doit être très loin d'imaginer les circonstances de notre première et unique rencontre si je me souviens bien. Je recule d'un petit pas sans pour autant lâcher le poignet de la rousse, le problème étant que je commence à me répugner, je n'ai qu'une envie enlever ces vêtements, les laver une bonne centaine de fois, prendre une longue douche pour me savonner plusieurs fois. Je me dégoûte d'être aussi proche d'une femme dont je ne sais rien, mais vu ses choix, on ne sera jamais amis et vu que je ne la connais pas, elle n'est pas pure, ce qui est déjà suffisant pour me donner la nausée en temps normal. La situation n'étant pas normal, je ne ressens pas ce sentiment dans l'immédiat, mais je sais qu'il viendra. « Laissez nous partir, c'est la seule chose que nous désirons. Laissez nous et vous serez libre, nous ne reviendrons plus, je vous le promet.  »

Elle le ferait peut-être, mais pas moi, j'aime pas me faire traiter de la sortes et cette famille vient de passer sur la liste des personnes que j'aimerais tuer. Je me le note dans un coin de mon esprit, j'espère pouvoir savoir exactement où ils habitent, si un jour on attaque dans le coin, je pourrais les faire passer comme des dommages collatéraux. Dans le fond, pour le moment, elle n'a pas tort, je ne veux qu'une chose c'est quitter cette maison, mais c'est loin d'être la seule chose que je désire, je désire surtout ma vengeance, m'enlever cette obsession de façon définitive. Je regarde avec attention le couple passant d'un visage à l'autre, je fais toujours attention à eux, bien que je n'ai plus le même champs de vision à cause de la tête de la rousse qui me cache partiellement la femme. Je me dis que sur ces deux là, je peux lui faire confiance pour voir arriver un mauvais coup de la femme, elle le prendrait sûrement avant moi, je serais protégé. « Vous tenez à rester en vie ? Bien, laissez nous partir, sinon, on vous tue, maintenant. » Je me retiens de rire ouvertement à cette affirmation, cette petite fille ne doit même pas être capable d'écraser une araignée sans aide, pourtant le couple semble croire qu'elle est aussi capable que moi de tuer puisqu'ils se figent. « Et ne pensez pas que nous sommes ennemis, vous avez vu de quelle manière il me tient ? Un homme ne tiendrai jamais une inconnue de cette façon.  » Vient elle réellement de dire une telle chose à voix haute ! Jamais, je pense bien jamais, je ne toucherais une fille impur, je me débrouille pour ne pas fréquenter les impurs. Je baisse un peu les yeux, regardant vers le sol mais je les garde toujours à l’œil, cependant, je sais qu'ils ne doivent pas voir le dégoût qui doit briller au fond de mes yeux. Pas si le plan de cette rouquine a une chance de fonctionner, je me rapproche une nouvelle fois d'elle, je me doute qu'elle ne doit pas plus aimer que moi cette proximité, mais je suis prêt à passer la journée et la nuit sous la douche si ça peut marquer son petit esprit pour longtemps, enfin le peu de temps qu'elle vivra après notre sortie. Je lâche son poignet comme elle me l'avait demander pour aller poser ma main sur sa taille, serrant un peu pour lui montrer que même dans cette position, je garde le contrôle, je reste la personne dans son dos. Le couple est toujours terrifié, je souris, malgré le fait que je suis certains que la femme que je tiens par la taille ne pourrait jamais les tuer, elle arrive à leur faire croire le contraire, ils sont ignares, mais c'est assez amusant de voir que certaines personnes voient dans tous le monde un tueur potentiel. « Nous pouvons vous laissez partir à condition que vous jurez de ne jamais revenir. Une promesse faites à partir d'un serment inviolable. »

Quelle proposition idiote, je n'ai jamais entendu pire sotise, je ne vais pas promettre par serment inviolable de ne plus remettre les pieds chez quelqu'un alors que je suis arrivé par mégarde à cause du réseau de cheminette, si ça m'arrive une nouvelle fois, au même endroit, je devrais mourir à cause d'un serment idiot. Il en est hors de question pour ma part et je garderais la rouquine avec moi pour garder ma chance de l'avoir. « Il en est hors de question ! » J'ai pris une voix fort, polis mais montrant mon agacement d'être bloqué ici. Je n'accepterais pourtant pas cette proposition. « Je ne refuses pas parce que je désire revenir ici, loin de la même, je me ferais un très grand plaisir de ne jamais revenir. Cependant, un serment inviolable semble à mon sens bien trop cher payé pour sortir d'une maison. » Mon ton est ferme, je n'accepterai pas ce serment, je me refuse à faire des serments que je n'ai aucune envie de tenir. Je regarde la femme, elle aussi a son regard posé sur nous, je rapproche la jeune femme et je me penche vers elle. « Quel dommage ma très chère, nos plans pour la journée sont complètement bousculés à cause d'un couple borné. » Je vois du doute dans les yeux de la femme, elle se demande de quels genres de plans nous parlons et je sens que j'ai touché un point sensible chez elle, elle va poser la question, c'est inscrit dans ses yeux. « Pourriez vous éclaircir ces plans ? Le point final est il la mort de ma famille ?» Je laisse le silence se faire, je n'ai pas encore trouvé la réponse que je lui donnerai si j'éclaircis les choses, peut-être la rousse aura-t-elle une idée avant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Mar 26 Aoû 2014 - 14:58





« TU ES SÉRIEUSE LÀ ? JE DOIS RENTRER DANS UNE CHEMINÉE AVEC UN FEU ALLUMÉ ? »

Lily, quatorze an.


Il refuse. Il se permet de refuser. Il vient de refuser. Un prix trop cher à payer ? Il compte déménager ici ? Non, ce n'est pas un prix trop cher à payer, mais il refuse, parce que c'est un mangemort, parce qu'il compte les tuer. Je me retourne pour lui jeter un regard sombre, il va venir les tuer, peut-être que moi aussi il va me tuer. Avant eux, après eux, cela n'a guère d'importance à ses yeux tant qu'il donne la mort. Et moi, je me suis alliée à un être comme lui. Un être pour qui la mort est un passe-temps. Sa vie ou la mienne, devrais-je tenter de la tuer ? Afin de les sauver... Ils ne seront guère reconnaissant, mais bien vivant. Il en ira de même pour moi. « Quel dommage ma très chère, nos plans pour la journée sont complètement bousculés à cause d'un couple borné. » Il s'est rapproché un peu plus de moi, je frissonne de dégoût. Lui ou moi, certains n'hésiteraient pas, c'est un criminel après tout, mais n'est-ce pas se rabaisser à son niveau de le tuer ? Je m'humecte les lèvres, terrifiée. Ce n'est malheureusement pas le moment d'avoir peur, je tente de reprendre une certaine apparence, ayant l'air sûre de moi. « Pourriez vous éclaircir ces plans ? Le point final est il la mort de ma famille ? » Il ne répond pas, je ne sais pas quoi répondre. Finalement je prend les devants, je me détache du mangemorts et me dirige d'un pas lent vers le couple. Fuir par le cheminée n'est pas possible, je vais donc fuir par la porte. Je crois les bras et lèves les yeux au ciel dans une piètre comédie. « Nos plans n'étaient pas de vous tuer, mais maintenant que vous vous montrez de moins en moins collaboratifs, c'est ce qui risque malheureusement d'arriver. » Plus j'avance, plus ils reculent vers le fond de la pièce. Mon but est la porte ou tout du moins de réussir à me transplaner quelque part. J'avance d'un autre pas, gardant un regard un regard fixe sur l'homme, mais c'est de la femme que j'aurais dû me méfier. Elle me saute dessus et me plaque au sol avec une force étonnante.

Je sens son genoux s'enfonçait dans mon ventre, ce n'est pas très sorcier, mais cela fonctionne. Je sens ma respiration se couper et je me retrouve légèrement sonnée. Elle est furieuse, pire, elle est terrifiée elle aussi, alors elle agit par la force. Pas de sorts, mais deux mains qui serrent mon cou. Elle abîme ma tenue. Je suis en train de me faire étrangler et la seule pensée que j'ai c'est qu'elle abîme ma tenue et me décoiffe. Je ne sais pas attention à ce qui nous entoure, mais j'entends un sort fusé. Le mari probablement, face à le bravoure de sa femme, il a dû vouloir agir. On aurait pu prendre le thé, on aurait pu devenirs bons amis, mais avec ce type, ils vont laisser un orphelin derrière eux. Mes forces s’amoindrissent, j'ai beau me débattre, elle semble comme insensible à mes coups. Je suis calme, étrangement calme. Qu'est-ce qui pourrait m'arriver de pire ? Et puis finalement je donne le coup qui a raison d'elle. Elle pousse un cri étouffé et se roule par terre à mes côtés. Je n'arrive pas à me relever, préférant aspirer de grandes goulées d'airs bienfaitrices. Je tousse, me masse la gorge, tente une première fois de me lever, échec. J'entends de vagues échos de combats. La femme guère habituée à se battre est sonnée par mon coups. Elle s'est rendu compte que j'étais vraiment dangereuse et semble hésiter à combattre de nouveau.

Deuxième tentative, cette fois-ci c'est un succès, mitigé, mais un succès tout de même. Mes jambes manquent de flancher, mais je m'accroche au lourd fauteuil pour me retenir. J'attrape ma baguette, la femme me regarde furieuse, elle cherche sa baguette à son tour. « Stupefix. » Le sort fuse et la fige dans une expression surprise. Je pousse un soupire de soulagement. Je pourrais m'en aller, les abandonner, après tout elle a bien tenter de m'étrangler, mais il est hors de question que le laisse leur faire du mal.
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT
avatar
Hiboux envoyés : 68
Célébrité : Colton Haynes
Crédits : à voir.


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Dim 31 Aoû 2014 - 15:53

Soucis de cheminette. Lily & Nathan
Peu après son regard noir et mon rapprochement, la femme a parlé, se demandant si on va la tuer, comme j'ai laissé le silence plané pour laisser toutes les possibilités, je sens que la rousse va répondre. Au lieu de ça, elle se détache de moi, se rapprochant du couple, je me demande si elle va se retourner contre moi, après tout, je ne la connais pas et elle pourrait très bien le faire. Je la regarde croiser les bras, je me demande bien ce qu'elle peut s'imaginer. « Nos plans n'étaient pas de vous tuer, mais maintenant que vous vous montrez de moins en moins collaboratifs, c'est ce qui risque malheureusement d'arriver.  » Je souris cruellement à ces paroles, elle ne me trahira pas, elle veut sortir à tout prix d'ici. Je regarde la scène, elle avance d'un pas, ils reculent vers le fond de la pièce. Je m'amuse de la scène bien que ma baguette est toujours levée dans leur direction. Soudain, sans même que j'ai pu le prévoir, la femme saute sur la rousse, elles tombent toutes deux au sol. Je vois que la rousse se débat, que la femme l'étrangle, je lève ma baguette vers la mère de famille, cette rousse est ma victime, elle sera mon assassinat et celui de personne d'autre. Je n'ai pas le temps de lancer un sort que le mari lance un stupefix, je vois le sort venir vers moi, je l'esquive en faisant deux pas sur le côté gauche, je lève ma baguette. « Experlliarmus » J'ai choisi un sort simple et connu de tous pour faire croire que je suis quelqu'un d'assez bien. Il lance un protego et mon sort est absorbé. « Confundo » Je saute loin du sort en roulant par terre et je lui lance un sortilège cuisant qui le touche au bras gauche. Je poursuis par un sort de chaîne enchantée, alors qu'il m'envoie un petrificus totalus. Le combat fait rage, je pars ensuite sur une idée folle en lançant plusieurs sorts d'expulsion sur de petits objets pouvant être douloureux, il lance plusieurs protego pour se protéger des objets volant vers lui. Je suis touché par un sort et je me retrouve pendu par les chevilles, je me libère d'un liberacorpus et la rage monte en moi. « Impero » Je vois le sortilège passer à côté de l'homme, mais j'en profite pour regarder les deux femmes. La rousse s'est relevée, elle se tient à un fauteuil et a sa baguette levé vers la femme. Je me tourne vers l'homme et je lui fais mon sourire le plus sadique. « Endoloris » Il semble pris de surprise par se sort, en tout cas, il est destabilisé, assez pour se déplacer du mauvais côté et prendre mon sort de plein fouet.

Il est au sol, hurlant de douleur, alors que je souris doucement, s'il ne m'avait pas mis en colère en résistant autant, les choses auraient été bien différentes. « Stupefix » Je détourne mon attention de l'homme pour voir sa femme tomber à terre complètement immobilisée. Je retourne mon regard vers l'homme, mon sort est tombé, il est faible et tremblant allongé sur le sol, mais il a vu sa femme tomber, ça, je le sais, je le lis dans ses yeux, il doit imaginer qu'elle est morte, il n'a sûrement pas entendu le sort lancé. La douleur du doloris devait avoir pris le dessus sur ce qui l'entourait, je m'approche de lui, le tournant sur le dos d'un coup de pied pour qu'il me voit, il crie en quand mon pied le touche. « Impero » Ce n'était qu'un murmure, je ne voulais pas que la rousse m'entende, je vois son regard voilé, je sais qu'il est sous mon contrôle, mais je ne sais pas si la force de mon sort suffira pour l'action que je veux faire. « Va chercher ton fils. » C'est un ordre calme et froid, je l'entends quitter la pièce, puis je tourne ma baguette vers la rousse. Je ne lui fais pas confiance, je suis certains qu'elle, elle a parfaitement entendu que j'ai lancé un doloris, pour l'imperium, j'en doute un peu, mais on est jamais trop prudent.

« On leur efface la mémoire et on s'en va? » Je juge que c'est une proposition dès plus acceptable, ils n'auront aucun souvenir de notre venue, aucun souvenir de nos paroles, aucun souvenir de nous et surtout, nous pourrons partir sans problème et sans risquer qu'ils ne préviennent les aurors sur le fait que nous les avons combattu dans leur maison et avons menacé de les tuer. Je les tuerai, mais se serait dans le futur, quand la rousse sera morte depuis assez longtemps pour qu'on ne soupçonne rien. « C'est la meilleure des solutions pour ne pas avoir de problème. » Je dis ça surtout parce que je compte la tuer dès notre sortie d'ici, ainsi mon visage restera secret et je n'aurais pas toujours à regarder derrière moi à chaque sortie pour être certain qu'elle n'est pas là, qu'elle ne me reconnaîtra pas, qu'elle ne me dénoncera pas. L'homme revient avec son fils qu'il tient par la main, je me tourne vers la rousse en attrapant les épaules de l'enfant qui se débat pour se rendre auprès de sa mère. Il pleure, il nous insulte de tueur. Je m'approche de la rousse avec le petit, je lui fais bien voir que j'ai une bonne protection, un enfant. Je m'accroupis forçant l'enfant à faire de même mais en faisant en sortes de garder la rousse et le père bien en vue. « Elle est juste stupefixé, elle se réveillera quand on lancera le contre-sort. Nous on voulait juste sortir, après tes parents nous ont attaqués. » J'ai été assez gentil avec cet enfant, parce que je sais qu'il ne pourra pas s'en souvenir et s'il ne pleure pas, il ne se demandera pas pourquoi il pleurait, ce qui évitera bien des questions pour toute la famille. « On la réveillera avant de partir et tout sera comme si on était jamais arrivé chez vous. » J'espère juste que je ne parle pas dans le vide à cet enfant, qu'elle acceptera qu'on leur efface la mémoire, même si elle le refuse, je pourrais toujours revenir pour faire ce petit travail tout seul.


Dernière édition par Nathan Dolohov le Dim 14 Sep 2014 - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Ven 12 Sep 2014 - 18:47





« TU ES SÉRIEUSE LÀ ? JE DOIS RENTRER DANS UNE CHEMINÉE AVEC UN FEU ALLUMÉ ? »

Lily, quatorze an.


Finit. Tout est finit, enfin, mais je ne suis pas soulagée, loin de là. A côté de moi le père passe, le regard voilà, il ne semble pas savoir vraiment où il va et pourtant il est déterminé. Je me retourne pour scruter le mangemort, comme s'il allait m'avouer avoir jeter un sort impardonnable. L'attitude du sorcier est bien trop étrange pour que ce soit le cas. « On leur efface la mémoire et on s'en va ? »  Il fait comme s'il venait de rien faire. Je ne sais si je dois me montrer complice de cet acte ou l'interpeller. Je me rends compte que je suis juste lasse et en position de faiblesse face à lui. Je ne peux sauver tout le monde. Je ne peux les sauver tout les trois, il faudrait que je sois là, toujours à leur côté, comme leur ombre, pour m'assurer qu'il ne tue pas un jour, s'il ne le fait maintenant. Je me contente donc de hocher la tête un peu perdue. « C'est la meilleure des solutions pour ne pas avoir de problème. » Je finis par lâcher avec regret. « Je suppose que oui. Oui, c'est ce qu'il faut faire. » Je suis perdue, j'ai peur, pas pour ma propre vie, mais pour la leur. L'homme revient avec son fils dont le mangemort se saisit d'un geste. Sa victime ne fait pas un geste pour protéger son enfant, il ne cherche même pas à protester, c'est bien ce que je pensais. L'enfant se débat, il hurle, on tente de le rassurer, mais je n'arrive pas à croire aux propos d'un mangemort. Parce que c'est ce qu'il est et c'est ce qu'il sera toujours. « Oubliette. » Les souvenirs de la femme disparaissent, nous ne sommes plus rien. Je me tourne ensuite vers l'homme et en fait de même. Il oublie tout de cette malheureuse rencontre. Leur vie n'en sera pas plus heureuse, mais espérons qu'ils ne chercheront pas à la retrouver. « Lâche-le. » D'un geste brusque j'arrache l'enfant des bras du mangemort. « Tu n'a qu'à y aller. Je m'occupe du reste. » Dans mes bras l'enfant se débat, je tente de le rassurer de gestes doux, mais c'est sans effet. Je ne cille pas, je ne détourne pas le regard de cet homme, cet homme qui a essayé de me tuer par le passé et qui va sans aucun doute les tuer ensuite. Il n'a aucune raison de me faire confiance, tout comme je n'ai aucune raison de lui faire confiance moi aussi.

Finit ? Non, rien n'est finit en réalité, ce n'est que le début est j'en prend maintenant conscience. Maintenant il s'agit d'échapper au monstre, au véritable monstre. Celui qui n'hésite pas à tuer, dévorer et détruire pour le simple plaisir. « Va-t-en. Sinon... » Sinon quoi ? Je vais le tuer ? L'homme est toujours sous imperium, c'est si aisé de lui ordonner de me faire du mal, c'est si aisé de lui faire comprendre que la meilleure chose à faire est de tuer toute sa famille. « Retire l'imperium sur cet homme et disparaît, laisse cette famille en paix ou bien je te traquerai et te détruirai. » Tuer m'a détruite, je sens encore le sang chaud de ma victime se mêler au miens. Tout n'était que confusion, mais cette idée est claire et évidente : j'ai déjà tuer. Tuer au nom de la paix, tuer dans l'espoir qu'il y ait un monde meilleure et maintenant... Maintenant je menace de tuer pour protéger des inconnus qui eux-même voulaient ma mort il y a encore peu de temps. Tout ça parce que j'ai atterrie dans leur cheminée. La faute au destin.
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT
avatar
Hiboux envoyés : 68
Célébrité : Colton Haynes
Crédits : à voir.


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Dim 14 Sep 2014 - 22:43

Soucis de cheminette. Lily & Nathan
Elle ne semble pas très convaincu lorsqu'elle me dit. « Je suppose que oui. Oui, c'est ce qu'il faut faire. » Pourtant, elle a accepté ma proposition, comme elle en a accepté plusieurs autres depuis notre arrivée dans cette maison. Je suis le maître du jeu dans cette histoire, d'une certaine façon et il ne pouvait en être autrement, je suis un sang-pur et un mangemort, je suis plus fort que tous ces minables et lâches qui attendent ou qui rejoignent le mauvais camp. Je regarde la baguette de la rousse tout en parlant à l'enfant, elle lui lance le sort d'oublie. « Oubliette. » Je vois le regard de la femme se voiler un court instant avant de redevenir ce qu'il fut avant, pour autant je ne fais pas confiance à la rousse et j'entre dans l'esprit de la femme, vérifiant que tous les souvenirs des instants passés ont disparus. Je tiens toujours fermement mon petit prisonnier par les épaules, même si je fais de mon mieux pour qu'il arrête de se débattre, pour qu'il me fasse un peu confiance. « Lâche- le » Je ne suis pas prêt à le faire, mais de son geste brusque, elle me surprend alors que ma prise s'était faîte moins forte, je vois le petit garçon se retrouver entre les bras de la rousse. Je ne me laisse pas gagner par le choc, je lève ma baguette, prêt à user du père pour qu'il immobilise la femme. Je regarde l'enfant se débattre tout en gardant ma baguette pointé vers le rousse. « Tu n'a qu'à y aller. Je m'occupe du reste.  » Elle vit dans la plus grande utopie si elle pense que je vais la laisser seule avec ces trois-là, je ne peux pas lui faire confiance, je ne me permettrais pas de la laisser faire, de laisser une part de mémoire à ces gens pour qu'ils puissent me dénoncer. Et pour lui signaler ce fait sans user de ma salive, je reste planté là, en face d'elle sans bouger, pour bien lui montrer que je ne quitterais cette pièce que lorsque je serais certains que le travail est bien fait.

Je souris, un sourire qui peut-être effrayant pour certains, je regarde l'enfant qui se débat, comme si je me désintéressé de la rousse, bien que je la garde à l’œil, mais mon esprit ordonne au père d'avancer pour venir se placer dans le dos de la rousse. L'enfant qui se débat cache en partie les pas de son père, faisant de mon plan B, un plan relativement discret, je relève les yeux vers la rousse, elle ne me quitte pas du regard. Elle sait que je suis le sombral et qu'elle est le morceau de viande cru que je veux mettre dans mon estomac. Nous en sommes tout deux conscients, je le vois dans son regard, elle sait qui je suis dans le fond et je sais ce que je désire faire d'elle au plus profond de moi et depuis qu'elle m'a fait cet affront. « Va-t-en. Sinon... » Que veux tu faire ma petite, tu es l'ennemie, tu es de ceux qui n'usent pas des sorts que je pratique très souvent. Qui ne pratiquent pas la magie noire, qui n'en connaissent pas les petits secrets, les livres les plus anciens, les sorts que personne ne soupçonne car oublié par la plupart des sorciers anglais comme cette magie est interdite. La magie noire regorge bien des secrets, de la plus profonde des noirceurs mais aussi des choses plus basiques pour les sorciers les moins puissants. « Que comptes tu me faire ? Me tuer ? Tu peux toujours essayer. M'empêcher de vouloir poursuivre ma journée telle que je l'ai planifiée ? Me torturer ? » Je ricane entre chacune de mes phrases, pour bien la ridiculiser, pour lui faire comprendre qu'elle n'est rien à côté de moi. Que je suis supérieur à elle dans tout, que jamais elle n'aura une chance face à moi, que la dernière fois, il s'agissait simplement d'une coïncidence mais que le vent tournerait pour elle plus vite que prévu. « Retire l'imperium sur cet homme et disparaît, laisse cette famille en paix ou bien je te traquerai et te détruirai. » Je ris d'un rire sans joie, juste un rire terne, un rire qui lui fait savoir que je ne compte pas laisser partir mon jouer, que je ne partirais pas comme je le lui ai déjà fait savoir plus tôt. Je passe par dessus la femme, me rapprochant de la femme et de l'enfant. Je passe ma main dans les cheveux du petit garçon, tuer des enfants ne me rebute pas, mais quand on ne me le spécifie pas, j'évite de le faire, ils sont des êtres sans défense, ils sont moins marrants à tuer, ils ne sont que de bonnes raisons de faire souffrir leurs parents lorsqu'on les torture. Je visse mon regard dans celui vert avada de la rousse, ses yeux présage sa mort, ses yeux présage la dernière chose qu'elle verra, mon sort vert, mon sortilège de mort qui la tuera. Je sens un frisson d'anticipation me traverser, j'ouvre lentement la bouche. « Nous savons tout deux qu'aucun de nous ne partira, effaces la mémoire du môme, je libérerais le père et je lui effacerais la mémoire. Ensuite on se tire et on fait comme si rien n'était arrivé aujourd'hui. » Je pense sincèrement le début, mais pas le moins du monde la fin, je vois déjà le sang sortir de ses veines, de sa bouche et de son nez quand je l'aurais trop torturé, les hoquets traversant son corps alors qu'elle arrive de moins en moins à respirer, s'étouffant dans son propre sang. Je sens que mon sourire doit faire vraiment peur à voir, j'en suis très fier, je pose ma baguette au niveau du cœur de l'enfant. « Je ne te fais pas une proposition sois en certaines, si tu ne le fais pas, je tue le môme et je prendrais mon temps. » Les enfants et les faibles sont toujours la plus grande faiblesse d'une femme comme elle. Elle m'a demandé de libérer le père de l'impérium, ce qui veut dire qu'elle a une conscience, qu'elle m'imagine déjà comme un imprudent capable de tuer des gens alors qu'on pourrait facilement remonter à moi grâce à la surveillance du réseau de cheminette. Je fais venir l'homme à côté de moi, il reste là sans bouger, le regard toujours voilé, il attend ses ordres et si elle ne fait rien, il va tuer son fils et je ferais en sortes qu'il s'en souvienne et qu'il pense que l'intention venait de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Jeu 18 Sep 2014 - 13:26

Est-ce que le sort touche Nathan ?
Oui, elle arrive à le ligoter.
Non, mais le garçon profite pour tenter de s'enfuir.





« TU ES SÉRIEUSE LÀ ? JE DOIS RENTRER DANS UNE CHEMINÉE AVEC UN FEU ALLUMÉ ? »

Lily, quatorze an.


Je fais ce qu'il désire, l'enfant meurt. Je m'y oppose, l'enfant meurt aussi. Je le sens tremblant dans mes bras, il a peur et à raison et moi je suis encore plus terrifiée, car je me rend compte que je suis incapable de le protéger. J'avais rejoint l'ordre du phénix à la sortie de mes études pour protéger des innocents comme lui. Quand Albus m'a demandée de rejoindre le groupe j'en étais honorée et inquiète, parce que j'avais peur de certains actes que je pourrais accomplir. J'avais tord, j'aurais dû craindre les actes que je ne pouvais pas accomplir. Je ne suis pas une super-héroïne comme dans les comics de mon enfance. J'ai une baguette, mais pas de supers pouvoirs. Je ne suis qu'une sorcière, je ne suis qu'une humaine et cet enfant va peut-être mourir par ma faute, parce que je suis faible. Je resserre ma prise sur lui. J'ai déjà combattu, j'ai même tué une fois, cependant jamais je n'avais ressentie un tel sentiment de perte de contrôle. Je savais toujours très bien ce que je faisais et la conséquence de mes actes, je savais que je n'avais pas le droit à l'erreur, mais je ne voyais pas mes échec perdre leur vie. Il n'est qu'un enfant, mais aux yeux des mangemorts cela ne donne pas d'excuse. A Poudlard et à l'université ont nous a jamais appris à faire face à ce genre de situation, mais je ne leur en veux pas, ils ne pouvaient pas savoir que la guerre arrivait et que des innocents aller la payer très cher de leur vie. Je fixe cet homme du regard sans ciller, les lèvres pincées et le cœur battant. Que faire ? Comment réagir ? Je ne sais plus, j'ai peur d'avoir le geste qu'il ne faut pas. Pire, j'ai peur de ne rien faire.

Je serre les dents et d'un geste vif, je lève ma baguette. « Incarcerem ! » Des cordes fusent, mais c'est un échec et il évite les cordes avec une facilité déconcertante. L'enfant s'échappe de mes bras, profitant du sort pour se ruer dehors, hors de la pièce. C'est un échec. Je pointe ma baguette sur le mangemort. « Ne poursuit pas cet enfant et quitte cette demeure par la cheminée ou par la porte, mais va dehors, de suite. » Ma voix est se veut menaçante, mais elle tremble. Je n'ai pas peur pour ma vie, mais pour ce garçon. Je suis décidée, si j'ai rejoint l'ordre du phénix c'est pour protéger les innocents. « Je m'occuperai de tout, par contre, si te ne t'en vas pas rapidement, je vais m'assurer que toute la Grande-Bretagne soit au courant de qui tu es et en particulier les aurors ! » Je ne bouge pas, même si je suis tentée de me diriger vers la porte ou encore vers la cheminée dans l'idée de fuir. J'espère que le garçon soit assez malin pour avoir quitté la demeure et appeler à l'aide rapidement. J'espère... Mais il ne reste qu'un enfant.


Dernière édition par Lily Evans le Ven 19 Sep 2014 - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MAÎTRE DU JEU
avatar
Hiboux envoyés : 1801
Crédits : phoenix spirit.


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Jeu 18 Sep 2014 - 13:26

Le membre 'Lily Evans' a effectué l'action suivante : Lancé de sortilège

'Dé du destin' :


- compte PNJ, prière de ne pas envoyer de MPs sur ce compte -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marauderscalling.com
MANGEMORT
avatar
Hiboux envoyés : 68
Célébrité : Colton Haynes
Crédits : à voir.


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Sam 4 Oct 2014 - 11:12

Est ce que le sort touche Lily?
Oui, elle est touchée par le sortilège.
Non, le sortilège ne la touche pas.

Soucis de cheminette. Lily & Nathan
Pendant un moment, le temps semble se figer, je regarde la rousse et le môme à tour de rôle, ce qui n'est pas bien difficile, je n'ai qu'à baisser les yeux. Puis ce que j'aurais dû attendre depuis un moment arrive. « Incarcerem ! » Je suis bien heureux d'avoir des réflexes qui me permettent d'éviter le sort en laissant sûrement croire que je m'y attendais, puisque je ne fais qu'un petit pas de côté. Je regarde le môme courir vers la porte, je lève la jambe dans le but de me déplacer vers la porte et rattraper cet saleté d'enfant. « Ne poursuit pas cet enfant et quitte cette demeure par la cheminée ou par la porte, mais va dehors, de suite. » Je la fixe froidement, je lève ma baguette et je souris doucement avant de chercher dans ma mémoire le meilleur sort possible pour lui faire du mal, du moins, celui que j'ai le plus envie de lancer à cet instant. L'enfant est déjà bien éloigné de mon esprit, je ne pense plus à lui, je ne pense qu'à la tuer elle, cette rousse qui m'a déjà échappé une fois, je veux la réduire à un cadavre à peine identifiable pour faire du mal à sa famille et ses amis en plus d'avoir le plaisir de savourer mon meurtre. « Je m'occuperai de tout, par contre, si te ne t'en vas pas rapidement, je vais m'assurer que toute la Grande-Bretagne soit au courant de qui tu es et en particulier les aurors ! » Je me mets à rire, un rire qui ne doit rien avoir de plaisant ou drôle, c'est plus un rire montrant l'étendue de mes pensées pour le moins tordues de l'instant.

Une fois mon éclat de rire calmé, je me déplace lentement dans la pièce, de façon à m'éloigner de la rousse. « Pourquoi prendre la peine de partir si je peux simplement te tuer. De plus, en sais tu réellement assez sur moi pour aller me dénoncer aux aurors ou même à tes petits amis... » Je laisse intentionnellement ma phrase en suspens, j'imagine qu'elle comprendra de qui je lui parle. Je lève ma baguette en douceur, je dois me retenir pour ne pas lancer un sortilège de mort immédiatement, pour prendre le temps de jouer avec elle. Je tourne lentement autour d'elle, je la pointe de ma baguette en réfléchissant toujours à ce que je vais faire. Je reste là, un sourire aux lèvres, je savoure ce moment, le moment où j'ai enfin l'occasion de sortir cette femme de mes pensées, j'essaye de mettre au point un plan qui fera que je n'aurais pas de chance d'échouer une fois de plus. Déjà qu'un Dolohov ne doit pas échouer, je ne peux pas échouer deux fois, surtout pas moi, Nathan, mangemort, Dolohov et sang-pur. L'échec n'est pas possible cette fois, pas envisageable, pas autorisée pour mon propre ego ou même pour mon image face aux autres. Même si personne ne le sait, j'aurais toujours l'impression que c'est écrit sur mon front, que tout le monde le sait. « Cracbadaboum! » Le sort a quitté mes lèvres sans même que j'y pense, pourquoi celui-ci, je n'en ai aucune idée. Le sortilège de découpe est un sort basique que j'ai appris quand j'étais très jeune. Je ne sais même pas pourquoi c'est celui-là qui m'est passé par l'esprit pour m'en prendre à cette femme. Qu'aurais je pu utiliser de plus pitoyable, moi un mangemort utilisant un sort si basique, sur une femme sachant qui je suis ce que je peux tuer sans en ressentir le moindre remord. Au moins, je n'ai pas la honte d'avoir lancé un stupéfix, un petrificus totalus ou une autre nullité du même genre n'étant encore utile qu'aux premières années de Poudlard. Je me sens honteux quand je la vois regarder la coupure à l'endroit où mon sortilège l'a touché.


H-J:
 


Dernière édition par Nathan Dolohov le Sam 4 Oct 2014 - 18:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MAÎTRE DU JEU
avatar
Hiboux envoyés : 1801
Crédits : phoenix spirit.


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Sam 4 Oct 2014 - 11:12

Le membre 'Nathan Dolohov' a effectué l'action suivante : Lancé de sortilège

'Dé du destin' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marauderscalling.com
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Jeu 16 Oct 2014 - 19:56

Arrive-t-elle à le toucher ?
Oui, elle arrive à le toucher d'un stupifix.
Non, il l'évite, elle cherche donc à s'en aller pour fuir.






« TU ES SÉRIEUSE LÀ ? JE DOIS RENTRER DANS UNE CHEMINÉE AVEC UN FEU ALLUMÉ ? »

Lily, quatorze an.


Un cas de conscience se fomente en moi, il a raison. J'en sais suffisamment pour le dénoncer aux aurors, mais ne risque-t-il pas de dire des choses sur moi ? Sur ma participation à certains événements ? Ne risque-t-il pas d'user de son influence de sang-pur pour échapper à la justice ? «  Cracbadaboum ! » Troublée par ses mots, je n'ai pas le temps de me protéger de son sort et je suis touchée au bras le sortilège. BORDEL ! C'était ma tenue d’entretien ! Je sens quelques gouttes de sangs coulaient le long de ma blessure. Ce n'est pas le bras qui tient ma baguette, mais je sais qu'avec une telle blessure je ne pourrais pas tenir le combat très longtemps. «  Stupefix ! » Pas de beau mot, juste un sort, un sort qui le touche de plein fouet et le fige. Je crache furieuse. «  Espèce d'enfoiré. » Je jette un coup d’œil à la cheminette, maintenant il est trop tard pour moi pour aller à l'entretient. Je dois me changer, je suis blessée.

Je le fixe d'un œil torve, maintenant qu'il est figé il ne représente plus le moindre danger. Il ne peut pas rester ici pour autant. D'un sort je le soulève dans les airs. «  Hors question de te laisser ici. » Toujours dans les vapes le couple ne cherche pas à m'arrêter. Je cogne sans le moindre remord le corps contre le bord des portes. Mon plan est simple, nous transplané tout deux vers nul part, le libérer du sort et m'échapper avant qu'il ne se décide de me lancer lui-même un sort. Plan qui me semblait parfait jusqu'à ce que je me retrouve dans l'obligation de sortir dans la rue avec un corps flottant et figé. Je crains que le ministère de la magie apprécie beaucoup ce petit tour de ma part, que ce soit avec un mangemort ou non.
Le jardin ! Voilà la solution. Je fais demi-tour, de nouveau je le cogne ici et là sans le moindre remord. Sa tête percute un vase qui tombe dans un fracas. Je soulève les épaules, de toute manière il était laid, mais je jette tout de même un regard inquiet au couple. Toujours vaseux suite à l'oubliette ils ne réagissent pas. Le garçon lui est probablement bien trop terrifié, à raison. D'un coup de pied j'ouvre la porte qui s'ouvre sur le jardin. Personne. Parfait.

Se transplaner avec un corps qu'on maintient sous stupefix est moins aisé que je ne le pensais. Je dois m'y reprendre en plusieurs fois. Je me demande si je n'ai pas oublié un bout de son corps quelques pas. Il a l'air entier. Entier et figer. «  Finite Incantem. » Et je disparais avant qu'il lui prenne l'idée qu'on fasse plus ample connaissance. Il me reste peut-être une chance de sauver mon entretient.


H.J. - je te propose qu'on conclut le rp là si cela te convient


Dernière édition par Lily Evans le Dim 19 Oct 2014 - 10:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MAÎTRE DU JEU
avatar
Hiboux envoyés : 1801
Crédits : phoenix spirit.


MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    Jeu 16 Oct 2014 - 19:56

Le membre 'Lily Evans' a effectué l'action suivante : Lancé de sortilège

'Dé du destin' :


- compte PNJ, prière de ne pas envoyer de MPs sur ce compte -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marauderscalling.com

MessageSujet: Re: Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily    

Revenir en haut Aller en bas
 

Rp loterie • Soucis de cheminette • Nathan & Lily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les gros bras(Sybille et Nathan)
» Nathan et Sybille (Pv : Syb' <3)
» Sybille a besoin de se défouler {Nathan
» Ordre repêchage 2011 + loterie
» Présentation Virginie/Nathan.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARAUDERS' CALLING. :: RP terminés.-