Le jeu suit le cours du temps IRL. Nous sommes actuellement en Juillet 1981.

Partagez | .
 

 what lies beneath. (mission solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: what lies beneath. (mission solo)   Sam 16 Aoû 2014 - 22:22

16 août 1980, tôt le matin.

— « Mr. Weasley,
Comme vous le savez fort bien, les élections vont bientôt avoir lieu et une rumeur court comme quoi un certains Mr. Develyn souhaite se présenter lui aussi aux élections. Nous ne savons rien de lui et il peut se révéler être un homme dangereux. Nous comptons sur vous donc pour découvrir qui il est. A ce que j'ai entendu, il organiserait un meeting à Pré-au-lard vendredi.
Vous n'avez pas le droit à l'échec. »

La petite boule de parchemin termina sa courte vie en flamme, au-dessus de l’unique bougie de la pièce. « Monsieur Benedict part quelque part ? » Le jeune écrivain ferma la vieille veste qui l’accompagnait partout et jeta un bref coup d’œil à son petit elfe de maison. « Seulement en mission. Aucune idée du temps que cela me prendra. Si Sorcha te pose la moindre question… Évoque vaguement une forêt remplie de lutins… pour mon prochain livre. » Sorcha, c’était sa colocataire mais aussi la seule personne susceptible de fourrer son nez dans ses affaires. « Monsieur Benedict n’aura pas besoin d’aide ? Ely peut venir s’il le désire. » « Surveille la maison… et ma chambre. » « Bien monsieur, bon voyage. » Dans un élan d’affection pour Benedict, la petite elfe serra brièvement son genou contre elle. Le voyageur vérifia ses poches, son sac, sa baguette puis se mit en route. La mission en elle-même n’avait pas l’air bien compliqué, il devait juste ramener un maximum d’informations sur ce monsieur Develyn. Le moyen pour les recueillir en revanche… Benedict n’était pas exactement le genre de type ouvert, bavard et à qui on se confier sans se poser de question. D’ailleurs, il n’avait pas la moindre idée de la façon dont il allait s’y prendre. Se rendre au meeting était une évidence, au moins pour rencontrer l’homme, mais ensuite ? Fouiller dans ses affaires ? Sa vie privée ? Sa famille ? Sa famille, ça pouvait être une assez bonne option.

Une heure plus tard, et après avoir opté pour la solution « poudre de cheminette », il quitta le Tête de Sanglier, bar limitrophe de Pré-au-Lard, et s’empressa de rejoindre le cœur du village. Le gars qui lui avait envoyé l’ordre de mission était bien gentil mais il avait oublié un léger détail : le lieu du meeting. Pré-au-Lard n’était pas exactement immense, ce n’était pas le mot, mais… Disons que Benedict étant Benedict, il ne s’était pas organisé. Donc pas d’horaires ni de lieu précis à visiter. Il restait l’option « demander à tous ceux qu’il croisait ». Et Pré-au-Lard était désert, bien évidemment. Les trois quarts des habitants devaient se trouver au meeting, les autres… Hors des compétences de Ben pour deviner ça. Mais le miracle vint lorsqu’une minuscule mamie apparut et entreprit de traverser la rue avec la lenteur d’une limace. « Excusez-moi, bonjour. Pour le meeting, ça se passe comment ? » « Le lifting ? C’est pas un truc moldu, ça ? » Bien sûr, elle était à moitié sourde. Résolu à ne pas s’agacer trop vite, Benedict poussa un soupir patient. « Le meeting. Là où les candidats aux élections vont se présenter. » Il fallut quelques instants encore avant qu’un éclair de compréhension illumine les yeux de la vieille femme. « Aah, vous parlez donc de ça ! Articulez davantage, jeune homme ! » Ben voyons. « Suivez-moi ! » Jusque là, Benedict était resté assez optimiste. Ils n’avaient certes pas pris le plus qualifié d’entre eux pour une mission pareille mais ça avait un côté nouveau plutôt agréable – ça changeait au moins des balades en forêt à la recherche de trucs toujours plus inutiles et étranges. Mais quand la marche à travers la ville en compagnie de mémé limace débuta… Le social n’était définitivement pas fait pour lui. A ce rythme-là, ils ne seraient pas arrivés avant ce soir.

« C’est là, vous en êtes sûre ? » « Plus ou moins. » Plus ou moins. Benedict ne retint cette fois pas un coup d’œil agacé à l’adresse de la vieille femme. « Vous n’avez pas entendu parler de ce meeting ? » Elle haussa les épaules en adoptant un air innocent. « Non, mais tous les rassemblements ont lieu ici. J’imagine que celui-ci ne fera pas exception. » Il ne restait plus qu’à prier alors.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: what lies beneath. (mission solo)   Mer 20 Aoû 2014 - 22:02

Lancé de dés :
 

« Allez-y, entrez, je suis juste derrière vous ! » « Merci pour les renseignements, inutile de me suivre. » Fortement agacé par la grand-mère, Benedict poussa la porte du pub. Si ce n’était pas ici, il serait foutu. Le temps qu’il trouve quelqu’un susceptible de lui donner une adresse correcte, le meeting aurait le temps de s’achever. Et hors de question d’échouer dans une mission, aussi bénigne soit-elle. Les mangemorts n’acceptaient pas franchement les échecs… Et Benedict non plus. Rien que l’idée de ne pas réussir suffisait à le foutre en rogne. Pourtant, comme il le découvrit en entrant, il n’était pas au bout de ses peines. « De la clientèle ! » Le patron du pub se hâta de quitter son comptoir pour accueillir Benedict mais celui-ci ne lui adressa pas un seul regard. De toute évidence et à moins que l’intégralité des participants au meeting ne soit en fait des spectres, ce n’était pas ici. « Vous êtes seul ? Que puis-je vous servir ? Ma Biéraubeurre est la meilleure de la région. » « Où se trouve le meeting ? » « Oh euh… » Visiblement désarçonné par la question brutale, l’homme mit du temps à trouver ses mots. « De l’autre côté du village. » Le jeune Weasley écarta distraitement le barman comme s’il s’était agis d’un vulgaire meuble et quitta les lieux. Pour retrouver la grand-mère obstinée qui l’attendait derrière la porte, frétillante d’impatience. « Alors, c’était bien ? » « Vous n’êtes qu’une vieille idiote, vous le savez, ça ? » « Je savais que c’était là ! » Si les paroles ne semblaient pas avoir d’impact sur la mamie – qui ne comprenait de toute façon rien à ce qu’il pouvait bien raconter – son regard glacial atteignit toutefois son objectif, réduisant la vieille au silence pour au moins deux bonnes minutes.

Mamie n’avait pas l’air d’avoir envie de le lâcher. Le suivant de son petit pas régulier, elle lui adressait des sourires édentés à intervalles de temps régulier. Et cela avait le ton de crisper Benedict. Comment était-il sensé réussir à soutirer des informations sur un candidat politique si une petite vieille le suivait partout en faisant des grimaces ? Enfin, il pouvait toujours la mettre à profit. « Dites-moi, savez-vous quelque chose sur monsieur Develyn ? Il est candidat aux élections. » « Si j’ai une pose de lit pour l’électrocution ? Ce que vous dites n’a pas de sens, mon garçon ! Et ralentissez, je n’ai plus vingt ans, moi ! » Y voyant l’opportunité de semer mère-grand, Benedict accéléra sensiblement l’allure. Mais elle n’avait pas l’intention de l’abandonner en si bon chemin – bon sang, mais pourquoi le suivait-elle, d’abord ? – alors elle le suivit, dusse-t-elle en mourir en cours de route. A présent, il ne se baladait plus avec une petite vieille, mais bien avec une petite vieille faisant un bruit de train à vapeur. Mais Benedict Weasley avait au moins traversé Pré-au-Lard et les rues étaient déjà davantage peuplées, symbole de l’animation qui agitait le village sorcier.



Dernière édition par Benedict A. Weasley le Ven 22 Aoû 2014 - 21:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MAÎTRE DU JEU
avatar
Hiboux envoyés : 1801
Crédits : phoenix spirit.


MessageSujet: Re: what lies beneath. (mission solo)   Mer 20 Aoû 2014 - 22:02

Le membre 'Benedict A. Weasley' a effectué l'action suivante : Lancé de sortilège

#1 'Dé du destin' :


--------------------------------

#2 'Dé du destin' :


- compte PNJ, prière de ne pas envoyer de MPs sur ce compte -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marauderscalling.com
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: what lies beneath. (mission solo)   Ven 22 Aoû 2014 - 21:06

Meeting terminé. Le message rédigé sur un simple morceau de parchemin était affiché sur la porte du bâtiment où s’était déroulé l’évènement. L’heure à laquelle il avait débuté n’était pas très claire mais Benedict n’aurait jamais pu être là à temps. Il n’avait pas spécialement mis beaucoup de temps pour traverser l’intégralité de Pré-au-Lard et pourtant, c’était déjà terminé. « Oh, mais ce n’était pas à la taverne de monsieur Piedtordu ? » Le jeune mangemort ne fit aucun commentaire. La mission était loin d’être terminée. Pas de meeting ? Tant pis, il ferait sans. Un retardataire passa la porte et Benedict tendit le bras pour le stopper dans son élan. « Excusez-moi, où puis-je trouver monsieur Develyn ? » « Vous croyez qu’un participant aux élections va distribuer son adresse aux inconnus ? » Évidemment. « Et bonjour, ça existe. » « Bonjour. » Le type lui adressa un regard agacé avant de s’éloigner d’un pas pesant dans la petite ruelle. Pourtant, il n’y avait pas de moquerie dans la voix du poète quand il s’était rattrapé sur le bonjour. Comme quoi, les sorciers n’étaient pas tous sur la même longueur d’ondes. « Vous devriez vraiment penser à dire bonjour, jeune homme, ça vous ouvrirait bien des portes. », crut bon d’ajouter la mamie que pour une fois n’avait aucun mal à suivre la conversation. Benedict haussa vaguement les épaules, réfléchissant à la suite. Il n’avait non seulement pas réussi à se rendre au meeting mais il avait en plus perdu son candidat. Difficile d’obtenir des informations sur un gars qui disparaissait mystérieusement. Il fallait dire qu’il ne savait pas à quoi ressemblait ce Develyn, ce qui compliquait singulièrement la tâche. « Peut-être que cet homme que vous cherchez tant sera allé faire un tour dans le village. Après tout, c’est un coin magnifique que nous avons ici. » C’est sans hésiter que cette fois-ci Benedict emboîta le pas à la grand-mère. Elle avait peut-être raison au bout du compte, et il pourrait toujours interroger les gens du coin. Sans oublier de dire bonjour, cette fois-ci, il avait vraiment besoin de ces informations.


16 août 1980, peu après vingt heures.

Localiser le candidat Develyn n’avait pas été une chose facile mais Benedict était désormais à peu près sûr qu’il se trouvait dans une auberge un peu en dehors du village. La grand-mère l’avait suivi tout l’après-midi, le forçant même à venir boire un thé – délicieux, il acceptait de le reconnaître – chez elle. A croire qu’il s’agissait d’une vieille femme n’ayant plus personne et s’ennuyant ferme. C’était peut-être pour ça qu’il s’était refusé de l’envoyer balader. Se montrer désagréable, oui, mais de bien des façons elle lui rappelait Ely. Et Ely, c’était la seule à lui donner des ordres. Le jeune poète pénétra donc dans l’auberge du bord du village après avoir saluer la vieille dame. « Excusez-moi, bonjour, je cherche monsieur Develyn. » Que ce fut l’allure sérieuse de Benedict ou autre chose, la gérante ne posa pas de question. Elle se contenta de lui dire que monsieur Develyn n’était pas encore arrivé mais que sa femme et sa fille étaient déjà présente. « Sa femme et sa fille ? » Sous l’effet de la curiosité, Ben s’était penché au-dessus du comptoir et la gérante lui lança un coup d’œil perplexe. « Eh bien, j’imagine qu’il s’agit bien de sa femme et de sa fille. La chambre est réservée au nom de Dragan et Médée Develyn. Quand à la demoiselle arrivée tout à l’heure, elle doit avoir une vingtaine d’années de moins. » « D’accord. Savez-vous où je peux trouver madame Develyn ? » « Dans le salon à l’arrière. Vous passerez bien la nuit ici, monsieur…? » « Weasley. » Il n’avait plus qu’à engager la conversation avec madame Develyn et/ou sa fille, à présent.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: what lies beneath. (mission solo)   Dim 31 Aoû 2014 - 20:39

Lancé de dés :
 

Madame Develyn était assise près d’une fenêtre, le regard perdu dans le vague. Malgré son âge, elle restait une femme très élégante et la gentillesse se peignait sur son visage. Benedict s’approcha lentement d’elle avec une expression qui aurait pu passer pour de la timidité. « Madame Develyn. » Ce n’était pas une question, elle était seule ici et la réceptionniste lui avait bien dit que la femme se trouvait dans le salon. Elle leva vers lui un regard interrogatif et le jeune Mangemort s’installa en face d’elle. « Bonjour, désolé de vous importuner ainsi. Je m’appelle Benedict Weasley. » Un éclair de méfiance passa dans le regard de l’épouse du candidat mais elle hocha la tête, comme si le nom de son interlocuteur pouvait avoir de l’importance. Le romancier laissa passer quelques secondes avant de se lancer, ne sachant pas vraiment pas quoi commencer. Circé lui reprochait cette discrétion, ce refus de se montrer violent sans excellente raison. Parfois, Benedict se disait qu’effectivement, obtenir des renseignements par la torture était infiniment plus rapide, mais Ely ne le lui aurait jamais pardonné. Elle accordait trop de respect à la vie pour laisser le jeune Weasley céder à la facilité. « Êtes-vous la compagne de monsieur Develyn, candidat aux élections ? » La femme se fendit d’un sourire aimable. « C’est exact, je suis son épouse. Seriez-vous journaliste ? » Était-ce une question piège ? Même sans trop s’intéresser au monde de la politique ou encore aux célébrités, Benedict savait que les journalistes n’étaient pas toujours appréciés, et il craignait de la faire fuir. « Disons que je suis écrivain, et qu’il me plairait d’écrire un livre sur les coulisses de la vie des hommes politiques. Rencontrer leurs proches me semblait être une bonne idée, voyez-vous. » Tout en parlant, Benedict cherchait à identifier les expressions qui passaient sur les traits de son interlocutrice. Il y avait de la gêne et peut-être un soupçon de peur. Pourtant, elle n’avait pas semblé effrayé au début de la conversation, alors… « Que souhaitez-vous savoir, monsieur Weasley ? » « Vous êtes mariée à un homme aujourd’hui célèbre. Êtes-vous passionnée vous aussi de politique ? » « Oh, je suis bibliothécaire. J’imagine que vous avez déjà entendu parler de l’Université du Lac ? J’exerce mon emploi là-bas. Vous êtes originaire d’Écosse ? » « Tout à fait. De Coldstream. Vous avez une fille, n’est-ce pas ? » « Elle s’appelle Calypso, mais dites-moi, vous êtes sûr que ce n’est pas un interrogatoire ? » Benedict ignora cette dernière question, préférant poursuivre. La soirée passait vite et il préférait ne pas s’éterniser au cours des missions. « Comment se passent vos relations avec votre époux, monsieur Develyn ? » « Écoutez, monsieur Weasley, je crois que nous en avons terminé. Comprenez que je ne peux pas répondre à de telles questions venant d’un parfait inconnu. » « Oui, mais… » « Bonne soirée, jeune homme. » Cette fois-ci, elle semblait vraiment effrayée. Madame Develyn se leva brutalement et quitta le salon à grands, sans plus un regard pour le Mangemort quelque peu désemparé. Tu n’as qu’à la suivre et l’interroger à ta façon. Ely n’en saura rien. Hors de question. Ce n’était même pas envisageable.

Face au cruel dilemme d’aller contre ses principes – enfin ceux d’Ely – ou bien d’échouer dans sa mission, Benedict sortit prendre l’air. L’auberge disposait d’un petit jardin à l’arrière, principalement occupé par des buissons sauvages et une petite fontaine. La chance sourit au romancier juste au moment où il s’installait sur le bord de ladite fontaine. Elle se présenta sous la forme d’une jeune femme assise à l’autre bout du jardin, sous un vieux chêne qui étirait ses branches pour les protéger de la clarté de la Lune. A peine une vingtaine de mètres séparaient les deux jeunes sorciers. « Mademoiselle Develyn ? » Elle releva vivement la tête et croisa le regard bleu de Benedict. Il y eut un instant d’hésitation des deux côtés, un instant pendant lequel ils se contentèrent de se jauger. Finalement, c’est elle qui vint le rejoindre près de l’eau de la fontaine. « En personne. A qui ai-je l’honneur ? » « Benedict. » Pas de nom de famille, cette fois-ci. Il n’était pas en présence d’une femme qui aurait pu être sa mère mais de quelqu’un qui aurait pu être son amie. Son amante, même. L’espace d’une seconde, un visage aux yeux clairs et à la chevelure blonde se superposa sur les traits de la fille du candidat, causant la naissance d’un sourire léger. La vision disparut mais la demoiselle avait pris ce sourire pour elle et lui rendait avec gentillesse. « Comptez-vous m’enlever pour m’arracher les plus grands secrets de mon père, ou lui demander une rançon ? » « Oh, non. » Ce serait pourtant la meilleure chose à faire. « J’ai simplement croisé votre mère à l’intérieur, et faire la déduction n’était pas bien difficile. » Calypso sourit de nouveau et leva le nez vers le ciel étoilé qui s’étirait au-dessus de leurs têtes. « Dans ce cas, j’imagine qu’il n’y a pas de mal à bavarder avec vous, Benedict. » Un nouveau silence s’installa entre eux, planant sans causer de gêne. Cette fille ne le rendait pas mal à l’aise, elle n’était pas non plus trop bavarde ou trop curieuse. Tout avait bien débuté entre eux et c’était paisible. Un visage familier s’imposa de nouveau à lui et flotta dans son esprit jusqu’à ce qu’il le chasse d’un mouvement brusque. Danae Potter le hantait au plus mauvais moment. « Vous allez bien ? » La voix le fit redescendre sur Terre. « Oui… Oui. » « Vous savez, c’est moi qui ai choisi cette auberge. Je la connais depuis un moment et j’aime profondément ce jardin. Il a quelque chose de magique, vous ne trouvez pas ? » Tout à fait prêt à admettre que oui, ce jardin avait quelque chose, Benedict acquiesça. C’était une atmosphère particulière qui flottait ici, un petit havre où même les âmes les plus sombres, les plus tourmentées, ne pouvait pas nier la beauté de la vie. « J’écrirai des choses sur cette fontaine. » Les regards de Calypso et Benedict se croisèrent puis un éclat malicieux éclaira le visage de la demoiselle. Qui poussa brusquement le jeune Weasley à l’eau. Il n’eut même pas le temps de crier ou de se rapprocher que déjà, l’eau glacée l’engloutissait. Trempé des pieds à la tête, il jeta un coup d’œil surpris à la fille de l’homme sur qui il était censé de renseigner. Son cœur pencha un instant en faveur de la colère mais l’expression de la fille Develyn était tellement amusée qu’il ne put pas ne pas sourire aussi. Si ce jardin était magique, cette fille l’était aussi. Ce n’était pas un quelconque sentiment de la part de Benedict ou ces idioties à propos de l’amour, non, c’était juste Calypso qui avait quelque chose. De l’avis du romancier, elle aurait fait sourire n’importe qui. « Je suis navrée pour votre chemise, elle était bien blanche. Maintenant elle est juste mouillée. » Elle lui tendit une main secourable qu’il accepta avec plaisir. A l’instant où leurs deux mains gauches allaient se rejoindre, elle suspendit son geste, le regard fixé sur l’avant-bras de Benedict. « Relevez votre manche, s’il vous plaît. » Leurs deux regards en suspension fixaient le fin dessin noir qui, de par l’humidité qui imprégnait le tissu blanc, apparaissait là. « Aller, r-relevez votre manche ! » Chacun des épisodes de la vie de Benedict tournait au cauchemar dès qu’ils semblaient bien commencer. Celui-ci n’allait pas être différent, et pourtant il avait espéré. Ou plutôt il avait oublié qu’il était en mission, qu’il était Benedict Weasley. Là, juste un instant au bord d’une fontaine, il s’était sentie bien. A présent, l’atmosphère magique de l’endroit s’était évaporée pour céder la place à la tension, à la peur. Et c’était lui qui effrayait la merveilleuse créature qu’était Calypso Develyn. Obéissant à l’ordre de la demoiselle, il releva la manche, dévoilant le symbole des Mangemorts. Et maintenant ? Où sont Ely et ses beaux principes ? Sauf que cela n’avait rien à voir avec Ely. Il s’était fait ensorceler par Calypso autant qu’elle s’était laissé charmer, mais c’était terminé maintenant. Toujours assis dans l’eau, sa liberté de mouvement était réduite. Et elle était rapide. La demoiselle pointa sa baguette magique sur lui et appela à l’aide.



Dernière édition par Benedict A. Weasley le Dim 23 Nov 2014 - 21:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
MAÎTRE DU JEU
avatar
Hiboux envoyés : 1801
Crédits : phoenix spirit.


MessageSujet: Re: what lies beneath. (mission solo)   Dim 31 Aoû 2014 - 20:39

Le membre 'Benedict A. Weasley' a effectué l'action suivante : Lancé de sortilège

#1 'Dé du destin' :


--------------------------------

#2 'Dé du destin' :


- compte PNJ, prière de ne pas envoyer de MPs sur ce compte -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marauderscalling.com
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: what lies beneath. (mission solo)   Lun 1 Sep 2014 - 21:53

Lancé de dés :
 

« Votre nom ? » Une fois de plus, la question resta sans réponse. « Très bien, que vouliez-vous à Calypso Develyn ? » « Simplement bavarder. » « Simplement bavarder. Vous avez interrogé madame Develyn avant de menacer sa fille simplement pour bavarder ? » Benedict renonça à discuter plus longtemps. De toute évidence, son argumentation n’aurait jamais aucun impact sur les croyances de ce sorcier du ministère, quand bien même y apporterait-il des preuves concrètes. Preuves qu’il n’avait pas car une conversation ne laissait jamais de traces. « Empruntez donc les souvenirs de Calypso et observez-les dans une pensine. » Le garde s’éloigna avec un ricanement léger, abandonnant le jeune Weasley à son sort. Enfermé dans ce qui ressemblait fortement à une cave, il n’avait pas la moindre chance de s’éclipser. La seule source de lumière provenait d’une minuscule ouverture grillagée, percée en hauteur et donnant sur les pavés d’une rue de Pré-au-Lard. Le silence de la pièce offrait l’avantage de pouvoir réfléchir sans voir s’enfuir les pensées et les réflexions, sans les voir se cacher face aux accusations improuvées des hommes du ministère. Benedict en était venue à supposer que Develyn n’avait rien à voir à faire avec les Mangemorts, sans quoi sa fille – et son épouse ensuite – n’aurait jamais eu cette réaction apeurée. Alors qu’était-il ? Un membre de l’Ordre de Merlin ? Son discours politique, lu sur l’une des affichettes présentant les candidats aux élections, ne le laissait guère supposer. Quant à l’Étoile du Centaure, un membre de ce groupe se présentait déjà et l’Étoile n’était pas assez stupide pour envoyer deux mêmes candidats présentant deux programmes différents. Enfin, Benedict pensait sans savoir car en vérité, il ne s’était jamais intéressé ni de près ni de loin à la politique. Sans cette mission, il n’aurait probablement jamais connu les identités des candidats.

La vieille porte en haut de l’escalier se rouvrit, laissant apparaître un nouvel. Malgré l’obscurité ambiante, Benedict pouvait affirmer sans crainte de se tromper qu’il semblait plus aimable, peut-être moins enclin à le croire coupable sans entendre les faits avant. Rien que pour cela, le Mangemort choisit de lui accorder un minimum d’affection. « Monsieur Weasley, c’est bien cela ? » Bref hochement de tête affirmatif. En haut des escaliers, la porte claqua, et le nouvel arrivant prit place en face de Benedict. « Une chaise, peut-être ? » Le jeune Weasley déclina poliment, jugeant son coin de terre suffisamment confortable pour quelqu’un qui projetait une évasion. « Comme vous voulez. Votre nom est bien Benedict Weasley, n’est-ce pas ? Bien. A présent, pourquoi mademoiselle Calypso Develyn a-t-elle ressentie la nécessité d’appeler du renfort à vingt-deux heures, dans une auberge de Pré-au-Lard ? » « Nous discutions jusqu’à ce qu’un malentendu ne vienne l’effrayer. » « Un malentendu, vraiment ? » « J’imagine, oui. Vous savez, le temps sont bien sombres, il est facile de prendre peur… surtout pour la fille d’un homme aujourd’hui connu. » Les deux se dévisagèrent une bonne minute avant que l’homme ne se décide à poursuivre ses questions. « Pourquoi discutiez-vous avec mademoiselle Develyn ? » « Nous parlions de la fontaine et du jardin de l’auberge. Mais il est vrai que j’étais avant tout venu pour en apprendre davantage sur monsieur Develyn. » « Vraiment ? » Benedict s’accorda une nouvelle minute de réflexion. C’était un duel où il se devait de gagner, de convaincre qu’il était parfaitement innocent. « C’est un homme plutôt mystérieux, vous ne trouvez pas ? » L’homme coupa court à la conversation. « Quel était le malentendu ? » « Ceci. » Benedict releva la manche de la chemise, dévoilant le sinistre dessin qui y avait définitivement élu domicile.

Pour la suite, Benedict ne sut pas vraiment comment cela se déroula. Du moins pas avec exactitude. Lorsqu’il eut relevé la manche de sa chemise, l’homme s’approcha en plissant les yeux et le romancier lui fit voir son coude de près. Si un coup de poing, de pied ou de tête peut être sacrément douloureux, un coup de coude avait l’avantage d’offrir encore plus d’inconvénient pour la victime, notamment lorsqu’il percutait la gorge avec force. L’Auror (ou quoi qu’il fut) exécuta une chute splendide quand la chaise se renversa. Il y eut un petit instant de flottement quand sa baguette magique roula sur le sol puis ce fut la débandade la plus totale. Sans trop croire à sa chance, Benedict arriva le premier sur l’objet béni. « Impero. » Le regard du sorcier se voila légèrement. « Bien, bien. Parlez-moi du candidat aux élections, monsieur Develyn. Son métier, par exemple. J’imagine qu’il n’occupait pas un poste très important puisque nous n’avions jamais entendu parler de lui avant ces élections. Que faisait-il ? » « Monsieur Develyn était gardien de prison. Il était celui chargé de veiller sur la geôle de Tom Jedusor mais il a quitté son emploi à la suite de toute l’affaire qu’il y a eu là-bas. » Benedict s’empressa de noter toutes ces informations dans sa tête. « Je travaillais avec lui, à l’époque. » crut bon d’ajouter l’homme sous Imperium. Maintenant, débarrasse-toi de lui, c’est la meilleure chose à faire. C’était la meilleure chose à faire, effectivement, mais Benedict doutait qu’Ely accepte ça avec joie. Quand tu seras derrière les barreaux, Ely s’en mordra les doigts aussi. Vu sous cet angle, c’était définitivement la meilleure chose à faire, mais l’hésitation était toujours là, le harcelant de sa petite voix aiguë. Ce n’était même pas qu’il prenait cet homme en pitié – cela ne lui était encore jamais arrivé – mais il ne voyait pas non plus de raison valable d’ôter une vie et de se mettre Ely à dos. « Oubliette. » Le regard déjà voilé du gardien devint flou et il se laissa retomber contre le mur. Les Mangemorts ne laisseront pas passer cela. Oh que non, mais Benedict n’était pas leur pantin non plus. Un bruit à l’étage l’informa qu’il avait intérêt à ne pas traîner, armé ou pas.



Dernière édition par Benedict A. Weasley le Mar 2 Sep 2014 - 21:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MAÎTRE DU JEU
avatar
Hiboux envoyés : 1801
Crédits : phoenix spirit.


MessageSujet: Re: what lies beneath. (mission solo)   Lun 1 Sep 2014 - 21:53

Le membre 'Benedict A. Weasley' a effectué l'action suivante : Lancé de sortilège

#1 'Dé du destin' :


--------------------------------

#2 'Dé du destin' :


- compte PNJ, prière de ne pas envoyer de MPs sur ce compte -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marauderscalling.com
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: what lies beneath. (mission solo)   Mar 16 Sep 2014 - 21:45

Lancé de dés :
 

Au son des bruits de pas qui se rapprochait, Benedict se glissa dans les escaliers qui le ramèneraient vers la surface, pointant la baguette volée devant lui. Ely n’aurait peut-être pas aimé ce qu’il faisait si elle l’avait appris, mais il n’avait jamais caché que certaines de ses missions pouvaient s’avérer désagréables, voire même violentes. En revanche, il ne lui avait jamais dit que c’était dans ces moments-là qu’il se sentait le plus vivant, le plus ancré dans la réalité, et non à la dérive comme il l’était le reste du temps. Le romancier atteignit le haut des marches sans encombre et jeta un coup d’œil par le trou de la serrure. Béni soit celui qui avait inventé les clefs et tout ce qui allait avec. Un homme était appuyé contre le mur juste en face de la porte et était visiblement occupé à discuter. « J’ai horreur des sortilèges de discrétion… On ne peut jamais écouter les interrogatoires, après ! » « Ouais, mais le chef aime bien garder les infos pour lui. Je te parie ce que tu veux qu’on ne verra même pas le type en bas et qu’on n’aura pas vent de son nom ni rien. » C’était une bonne chose, ça limiterait les sortilèges d’amnésie pour aujourd’hui. Benedict les jetait peut-être de façon forte honorable mais il préférait ne pas avoir à trop tenter la chance. Elle avait tendance à se retourner contre lui, après. Enfin, il était toujours bloqué derrière la porte – qui n’était certes pas verrouillée – en attendant. Préférant ne pas hésiter trop longtemps, le poète ouvrit brutalement la simple porte en bois qui séparait le couloir de l’escalier de la cave et se jeta dehors, bousculant au passage l’un des deux aurors. « Le chef réclame votre aide, alors allez-y ! » Benedict se sentait un peu idiot en jaillissant ainsi en hurlant des ordres tous aussi stupides dans le couloir mais la surprise était généralement sa meilleure alliée. Là encore, trop surpris par ses cris et sa subite apparition pour bouger, les deux hommes le fixèrent assez longtemps pour qu’il ait l’occasion de se faufiler entre eux et de courir dans le couloir. « Ah ! Il s’échappe ! Le Mangemort s’échappe ! » Un sortilège de stupéfixion frôla le romancier mais déjà il passait la porte de la bâtisse, entraînant dans les rues de Pré-au-Lard cinq aurors avides de capture. « Attrapez-le ! » Il n’y avait rien de plus idiot que des ordres comme celui-là. Ils étaient déjà à sa poursuite donc il était évident qu’ils cherchaient à l’attraper. Benedict tourna dans une première petite ruelle et se précipita dans un jardin. La nuit facilitait sa fuite, l’aidait à se dissimuler dans les ombres. Il passa par-dessus une petite clôture qui trouva tout de même le moyen de lui déchirer sa chemise de façon fort sournoise mai il ralentit à peine. Une chemise n’était rien face à sa liberté. Un dos égratigné non plus.

Tout en fuyant, Benedict prit la direction de l’auberge. Il ne tenait pas tant que ça à se faire attraper mais il devait prendre ce risque. Il avait bêtement donné son nom aux deux femmes Develyn, pensant que tout irait bien pour lui, et il lui fallait maintenant réparer cette erreur s’il ne souhaitait pas vivre dans la peur de voir débarquer des aurors sur le pas de sa porte un de ces jours. Il supposait que seules trois personnes connaissaient son identité : les deux Develyn et l’auror haut-gradé. Lui était hors-service, il ne manquait que les demoiselles. Ses cinq poursuivants ne l’avaient pas suivi jusqu’ici. Ils devaient avoir continué tout droit là où il avait tourné dans le petit jardin. Benedict passa de nouveau la porte de l’auberge comme si de rien n’était, parfaitement conscience des risques qu’il prenait et qu’il multipliait à chaque geste. Il tomba presque aussitôt nez-à-nez avec l’aubergiste. « Vous ? » « Oubliette. » En voilà une qu’il avait oubliée, mais il lui avait bel et bien dit son nom quand il était entré dans l’auberge pour la première fois. Le regard de la jeune femme se voila un instant avant de prendre une expression perplexe. « Monsieur, il est un peu tard pour venir réserver une chambre. » « Excusez-moi, je ne cherche pas une chambre. Je travaille pour le département de la justice magique, au ministère. Fletcher. » Il lui tendit une main aimable, priant pour que tout ait fonctionné. « Oh, c’est à propos de l’incident de ce soir concernant ce… » Elle fronça les sourcils, perplexe. « Aucune idée de son nom. Je ne l’ai vu qu’un bref instant après tout. Un type très quelconque. Désolée de ne pas être très utile. » Benedict se détendit imperceptiblement. « Pas de problème, madame. Savez-vous si madame Develyn et sa fille sont toujours logées ici ? » « Oh non, elles sont reparties. » « Où ça donc ? J’ai besoin de les interroger. » L’aubergiste se fit légèrement suspicieuse mais ne posa pas de questions. « Votre chef s’en est déjà chargé, je crois. » « Il était seul ? » « Euh… Oui. Oui, il était seul, pourquoi ? » « Nous ne… travaillons pas dans la même unité. Pas d’inquiétude. Où sont les Develyn ? » « Je ne peux pas vous aider davantage, elles ne m’ont pas informé de leur destination. » Voilà qui devenait sacrément ennuyeux. Perdre les deux Develyn et les savoir tranquillement quelque part avec son nom en tête…



Dernière édition par Benedict A. Weasley le Mar 16 Sep 2014 - 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MAÎTRE DU JEU
avatar
Hiboux envoyés : 1801
Crédits : phoenix spirit.


MessageSujet: Re: what lies beneath. (mission solo)   Mar 16 Sep 2014 - 21:45

Le membre 'Benedict A. Weasley' a effectué l'action suivante : Lancé de sortilège

#1 'Dé du destin' :


--------------------------------

#2 'Dé du destin' :


- compte PNJ, prière de ne pas envoyer de MPs sur ce compte -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marauderscalling.com
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: what lies beneath. (mission solo)   Dim 23 Nov 2014 - 21:49

Lancé de dés :
 

Avec l'inquiétude de se savoir plus ou moins démasqué, la mission était complètement passée au second plan. Benedict quitta précipitamment la taverne pour se jeter dans le premier jardin venu lorsqu'un type débarqua au pas de course en direction de l'auberge. En se lançant dans cette quête de l'information, le jeune mangemort n'avait pas seulement fichu le bazar dans Pré-au-Lard, il avait aussi mis en péril tout ce qu'il avait bâti depuis... Depuis la mort du Maître. Accroupi sous une plante qui commençait à lui caresser le dos avec envie, Benedict sut ce qui lui restait à faire. A vrai dire, c'était l'ultime chose à faire. Si ça se fonctionnait pas... Disons qu'il serait vraiment dans les ennuis jusqu'au cou, que ce soit du côté des mangemorts ou du ministère. Et inutile de compter sur les premiers pour le soutenir.

CRAAC. Benedict se matérialisa dans la maison découpée en plusieurs appartements, avec simplement une erreur d'étage. « AAH ! » Légèrement désorienté par le transplanage, Benedict pivota pour tomber... Sur la voisine du dessus. À poil. Nul doute que s'il avait existé un championnat du monde de l'enroulage dans les rideaux de douche, elle aurait sans doute gagné haut la main. « Weasley ! Mais qu'est-ce que vous fabriquez dans ma salle de bain ! » Le regard du poète glissa sans gène sur le corps de la vieille femme avant de revenir à elle. « Erreur d'étage. Vous avez oublié de vous épiler le bas de votre fesse droite. » « DEHORS ! » Excellente idée ! Il avait d'autres choses bien plus urgente à faire que d'aider à l'épilation d'une personne âgée. CRAAC. Ah, cette fois-ci, pas d'erreur d'étage. Il avait quitté la salle de chaude surchauffée de la grand-mère pour se retrouver dans le salon austère qui était le sien. « Monsieur est de retour ! » « Ah, Ely ! J'avais besoin de toi, justement. » « Monsieur Benedict ? » « Trouve les Develyn. C'est une urgence. » « Est-ce que tout va bien pour monsieur... ? » « Vite ! » « Develyn, Develyn... » CRAAC. Avec ce bruit, il n'allait pas tarder à avoir l'intégralité de limmeuble derrière sa porte à râler. Mais Benedict s'était un peu apaisé. Avec Ely sur le coup, il était quasiment sûr de retrouver les deux femmes Develyn. Les elfes de maison étaient peut-être pour la plupart asservis par les sorciers, mais leurs pouvoirs étaient grands.



Dernière édition par Benedict A. Weasley le Dim 23 Nov 2014 - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MAÎTRE DU JEU
avatar
Hiboux envoyés : 1801
Crédits : phoenix spirit.


MessageSujet: Re: what lies beneath. (mission solo)   Dim 23 Nov 2014 - 21:49

Le membre 'Benedict A. Weasley' a effectué l'action suivante : Lancé de sortilège

'Dé du destin' :


- compte PNJ, prière de ne pas envoyer de MPs sur ce compte -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marauderscalling.com

MessageSujet: Re: what lies beneath. (mission solo)   

Revenir en haut Aller en bas
 

what lies beneath. (mission solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I believe I can Fly... [Mission Solo]
» Ton destin t'appartiens (Mission Solo Rang C)
» [Mission Solo] A, A, A, Anarchie !
» Mission Solo
» Forêt magique de mon c.... Ah bonjour gente dame [mission solo] o:)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARAUDERS' CALLING. :: Royaume-Uni :: Écosse. :: Prés-Au-Lard.-