Le jeu suit le cours du temps IRL. Nous sommes actuellement en Juillet 1981.

Partagez | .
 

 Mettons les choses au clair tu veux ? {PV Zoé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MANGEMORT (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 473
Célébrité : Ian Somerhalder


MessageSujet: Mettons les choses au clair tu veux ? {PV Zoé}   Mer 29 Oct 2014 - 21:17

Miss Peverell,

Nos parents désapprouvant particulièrement les querelles survenues dernièrement, une rencontre me semblerait judicieuse afin d’évoquer les difficultés liées à ces fiançailles. Car n’oublions pas, que même si la date n’est pas encore fixée, le mariage approche cependant.

Je vous invite donc à me retrouver au délice magique, demain à 10 heures, dans l’espoir que nous puissions trouver une solution à nos différends.

Aimablement,
R. Lestrange


C’est là le message que Rodolphus avait fait parvenir à Zoé, via l’un des oiseaux de la famille Lestrange. Le messager choisit était un hibou grand duc de Verreaux pouvant se vanter d’une belle envergure d’1m80. Nommé Aondras, il était le favoris de Rodolphus. Bien que le jeune homme ne soit guère porté sur les animaux, il appréciait le caractère de l’animal, noble dans son allure et docile seulement avec ses maîtres. Zoé pouvait bien tenter de renvoyer une réponse, mais ce serait avec ses propres hiboux, car Aondras jamais n’acceptait de ramener un message, il en porte seulement. Partis dès le coucher du soleil, l’animal n’avait guère mis longtemps à délivrer son courrier.

La jeune femme pouvait difficilement décliner l’invitation, ses fiançailles avec Rabastan devant être la priorité de sa famille, elle n’avait pas dû pouvoir éviter quelques reproches récents aux derniers évènements. Les différences qui opposaient Rabastan et Zoé, bien qu’elles ne fussent pas criées sur les toits, étaient au centre des préoccupations des Lestrange et sans doute aussi des Peverell. Les mariages chez les sang-purs c’est une affaire sérieuse. Or Zoé avait, il y a peu, refusée d’emménager chez Rabastan et ce bruit déjà se répandait. Deux fiancés n’étaient pas obligés de vivre ensemble avant le mariage, mais que l’un d’eux refuse l’invitation de l’autre, c’était parfaitement le genre de choses dont les commères raffolaient. Du sable dans la poudre de cheminette (1) disaient-elles pour entamer la conversation. Et d’un bruit partait la rumeur et de la rumeur la réputation avait du mal à se défaire. Autant stopper la gangrène avant qu’elle ne se propage.

C’est bien sûr volontairement que Rodolphus n’avait pas clairement exprimé son identité dans le message. Ce n’était pas tant qu’il voulait se faire passer pour son frère, mais Zoé et lui ne se connaissaient pas vraiment, et il tenait à ce que la jeune femme vienne à ce rendez-vous. Pas qu’elle ait moins de réticences à rencontrer Rabastan que Rodolphus, mais disons qu’aux yeux de la bienséance, il est plus facile de refuser un entretien au frère de son fiancé qu’à son fiancé lui-même. Et Rodolphus n’avait guère envie d’être éconduit dans sa demande. Même si dans l’absolu, il n’avait rien fait de particulier pour cacher son identité. Après tout Zoé n’avait qu’à renvoyer un message, et si elle l’adressait à Rabastan, il ne faudrait surement pas beaucoup de temps à ce dernier pour mettre à jour la confusion.

Pourquoi Rodolphus s’occupait il des affaires en rapport avec le mariage de son frère, alors qu’il s’était à peine préoccupé du sien ? Tout simplement parce qu’il était l’aîné de la famille Lestrange et qu’en tant qu’héritier il se devait de veiller à ce que la réputation de la famille demeure intacte. Zoé porterait le nom Lestrange. Elle devrait alors se plier aux règles familiales et adopter le comportement que l’on attendait d’elle. Et si Rabastan avait du mal à faire comprendre ces petits détails, au font très important, à sa promise, alors Rodolphus se devait de faire une piqure de rappel, avec peut-être un peu moins de convenance et de fioritures que ce qui était attendus lors des échanges arrangés entre les fiancés.

C’est pourquoi il avait finalement choisit le Délice Magique. Il voulait un endroit où il y avait potentiellement du monde, pour que Zoé ne se sente pas piégée seule. Et d’un autre côté, il voulait sortir des cadres formels pour se laisser plus de marge. 10H du matin, le Wonderland aurait surement des clients, mais ils ne seraient pas bondés. Histoire de laisser un peu de marge à Rodolphus pour savoir quel comportement serait le plus approprié. Qu’on se rassure, il n’avait pas l’intention de se montrer incorrect avec Zoé, mais il tenait seulement à se faire bien comprendre. A vrai dire au vu du caractère de Rodolphus, il y avait fort à parier que tout dépendrait du comportement de Zoé. Rodolphus n’avait pas ce calme froid de son frère, il risquait de se montrer bien moins patient que Rabastan.

Rabastan qui au passage ne savait rien de l’entretien prévu pour le lendemain.

Entretien auquel Rodolphus arriva volontairement en avance. Il entra dans le restaurant, avisa une table dans le fond de la salle près d’une fenêtre et attendit patiemment que Zoé arrive.
(1) C’est ma version de l’expression : « de l’eau dans le gaz ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hiboux envoyés : 5912
Célébrité : Dianna Agron
Crédits : obsession27


MessageSujet: Re: Mettons les choses au clair tu veux ? {PV Zoé}   Lun 10 Nov 2014 - 11:41

Mettons les choses au clair tu veux ?

avec Rodolphus Lestrange

Hier, j’avais reçut une bien drôle de lettre. Pour commencer, ce qui était étonnant, c’est que Rabastan m’écrivait. Alors certes, il l’avait déjà fait par le passé sous une fausse identité, mais depuis la révélation, plus rien. De plus il voulait me voir sur le mariage, alors que je pensais qu’il ne s’y intéressait pas plus que cela. Peut-être me fourvoyais-je. Et surtout, il a signé en disant « Aimablement ». Lui ! Me dire ça ! A moi ! S’était un peu du gros…mais bon, d’un autre côté, nous étions entrain d’essayer de renouer, alors essayons. Prenant un parchemin, je cherchais quoi lui répondre.

Rabastan,

Je suis forte étonnée de votre lettre, cependant je serais bien au rendez-vous demain. Si ma fois vous ne vous présentez pas pour une raison quelconque, je pourrais au moins prendre un petit déjeuné décent.

J’espère qu’en attendant vous passerez une agréable journée

Zoé P.

J’était étrangement passée au vouvoiement dans ma lettre, alors que je ne me gênais pas pour le tutoyer allègrement. Mais étrangement, j’avais pris une nouvelle résolution. J’allais le respecter, me comporter du mieux possible avec lui, avec le plus de classe et de dignité que je possédais. Les choses ne pouvaient qu’aller en s’améliorant logiquement. De plus ce rendez-vous devrait nous permettre de résoudre les derniers problèmes liés à…notre mariage. J’en frissonnais d’appréhension.

Le jour J, je me suis levée assez tôt, j’avais fais le nécessaire pour prévenir mon supérieur que je commencerais plus tard…et que je finirais donc plus tard également. Il avait accepté, sachant pertinemment que je respectais mes horaires et que je faisais correctement mon travail, quel que soit la situation. Vêtue d’une cape légèrement plus épaisse que d’habitude, il commençait à faire un peu frais, et de ma tenue de policière, vu que j’irais directement au travail après le rendez-vous, j’ai quitté mon apparemment. Je n’avais pas beaucoup de chemin à faire, après tout, le café n’était pas très loin de mon appartement.

Arrivant juste quelques petites minutes en avance, j’ai poussé la porte. Mon fiancé était généralement en avance, il devait donc certainement se trouver ici. Avançant doucement dans la salle, je balayais les clients des yeux, à la recherche de l’Homme. Il n’était pas là. Peut-être arriverait-il plus tard, s’était probable, il avait peut-être eu un empêchement. Et dans le fond de la salle je crus le voir, je me suis approchée de la table et alors que j’étais à quelques pas d’elle, je compris que je m’étais trompée, mais pas à quel point. Ce n’était pas Rabastan, s’était son frère qui se tenait face à moi. « Monsieur Lestrange, êtes-vous mon rendez-vous de 10h ? » Toujours debout devant la table, je m’étais légèrement raidie. Je pensais avoir rendez-vous avec Rabastan, R. Lestrange, ça ne pouvait être que lui, surtout pour parler de notre mariage, pour son frère se ferait-il passé pour lui ? Pourquoi voudrait-il que nous parlions de choses qui ne le concernent pas ? Non, tout ceci était illogique, Rabastan allait probablement arriver. « C’est une question idiote, je suis navrée, je vais vous laissez et attendre votre frère un peu plus loin. » Je lui fis un petit sourire d’excuse et m’apprêtais à partir.



Ils sont barges...mais je les aimes.
Mes résultats au plumes d'or 1980:
 


Dernière édition par Zoé H. Peverell le Sam 27 Déc 2014 - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 473
Célébrité : Ian Somerhalder


MessageSujet: Re: Mettons les choses au clair tu veux ? {PV Zoé}   Mar 9 Déc 2014 - 22:31

Rodolphus avait déjà éconduit assez froidement une serveuse lorsque Zoé fit son apparition. Aussitôt, Rodolphus fut soulagé. Elle était venue, les choses commençaient plutôt bien. Elle était en avance de quelques minutes sur l’horaire ce qui prouvait déjà qu’elle était ponctuelle et en tenue policière. Quand il la voyait, Rodolphus avait toujours un peu de mal à l’imaginer dans ce travail. Autant il n’avait aucun mal à voir Danaé en Auror ou Bella en traqueuse, mais Zoé, elle lui parraissait toujours si fragile. Il n’imaginait pas une seconde, que ses apriori sur sa future belle-sœur, puisse l’induire en erreur sur la nature réelle de la jeune femme.

Il vit les yeux de la blonde faire le tour de la salle, sans doute pour chercher Rabastan, avant qu’ils ne se posent sur lui et qu’elle vienne à sa rencontre. D’instinct sans doute, elle lui demanda s’il était son rendez-vous de 10H. Il ne répondit pas immédiatement. « Bonjour, Miss Peverell. » Il s’était levé pour la saluer. Après tout, elle était sa future belle-sœur et ils étaient tous deux issus de bonnes familles. Il y eu une petite seconde de flottement où Zoé sembla jaugé de la situation. Rodolphus aimait bien ce genre de moments, ceux où il avait un avantage certain sur son adversaire, car lui et lui seul savait pour le moment de quoi il retournait. Zoé quant à elle parut préférer la logique à l’inattendu et préféra penser que c’était sans doute un pur hasard si Rodolphus Lestrange se trouvait au même endroit et à la même heure, là où elle devrait rencontrer d’après elle, Rabastan Lestrange. Elle fit mine de vouloir s’en aller plus loin. Il la retint.

« Non attendez Zoé. C’est bien moi qui vous ai fait venir. Asseyez-vous je vous prie. » Aimable d’apparence mais ferme dans la voix, Il lui fit signe de prendre place en face de lui et en même temps fit signe à la serveuse de venir. Il se rassit. « Je vous invite. » Il lui accorda un sourire. « Pour me faire pardonner. Visiblement je vous ai induite en erreur sur la personne que vous alliez rencontrer. » Dire qu’il en était désolé ou qu’il ne s’y attendait pas serait un mensonge. Et si d’un côté son égo s’enorgueillissait d’avoir pu amener la jeune femme là où il voulait sans qu’elle ne s’en rende compte, de l’autre il ne voyait pas l’intérêt de revenir sur les origines de la confusion. Pour sa part Rodolphus ne commanda rien. Au vu de l’heure qu’il était, rien ne lui donnait envie. Puis au fonds, le décor choisit pour le lieu de rendez-vous n’était là que pour servir de décor et non de distraction.

« Je suis ravi que vous ayez pu vous libérer pour cette entrevue. J’en déduis que si vous pouvez négocier vos horaires de travail pour rencontrer Rabastan, car c’est bien Rabastan que vous pensiez voir n’est-ce pas ? Je ne peux pas vous en vouloir, mon message manquait sans doute de précisions. J’aurais surement du le relire une fois de plus avant de l’envoyer. »

Il lui adressa un regard entendu, faussement complice. « Enfin bref. Je voulais seulement m’assurer que l’organisation de votre mariage avec mon frère ne vous posait aucunes difficultés particulières. Je sais à quel point les préparatifs d’un mariage peuvent être stressant. »

Il commençait gentiment. Essayer d’instaurer un dialogue avec elle. Il ne voulait pas la buter d’entrer de jeux. Mais en vérité, il savait exactement ce qu'il avait à lui demander. Et ce n'était pas pour rien non plus qu'il avait laisser sa première phrase en suspens. Oui très chère, nous allons parler de vous et de Rabastan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hiboux envoyés : 5912
Célébrité : Dianna Agron
Crédits : obsession27


MessageSujet: Re: Mettons les choses au clair tu veux ? {PV Zoé}   Sam 27 Déc 2014 - 13:18

Mettons les choses au clair tu veux ?

avec Rodolphus Lestrange

Quelle idiote j’étais, je m’étais fait avoir comme une débutante. Mais ça, je l’ai compris seulement lorsque Rodolphus m’a retenue. Il me proposa de m’asseoir, mais c’était plus un ordre qu’une invitation. Je me suis donc exécutée et j’ai pris place face à lui. Il me sourit et je fis l’effort de le lui rendre, histoire que ce rendez-vous non programmé se passe le mieux possible. Il tenait à se faire pardonner, j’ai vaguement hoché la tête. Il était clair que je ne pensais pas croiser l’aîné des Lestrange.

La serveuse vint et je lui demandais un thé. Se serait suffisamment chaud pour durer tout du long et ma fois ça me donnera un peu de courage suivant ce qui allait se passer. Je l’écoutais, attentivement, cherchant les moindres petits indices me permettant de savoir si je devais être sur mes gardes. « En effet, je peux aménager mes horaires, mais bien entendu je dois rester plus tard pour compenser. J’espère donc que notre entretient en vaudra la peine. » J’omis volontairement d’acquiescer sur le fait qu’il aurait dû relire sa lettre. Au point où nous en étions, j’étais à présent certaine que cette confusion était volontaire. Après tout, je n’avais aucune raison de rencontré un autre Lestrange, déjà que je ne m’entendais pas des masses avec mon promis.

Et puis il entra dans le vif du sujet. Me contrôlant, j’ai pu garder un sourire non figé sur les lèvres. Sujet sensible, le mariage n’était attendu ni par Rabastan, ni par moi. Seulement par nos familles respectives. Courtois, je devais être courtoise, ne pas me mettre à dos un Lestrange, ce ne serait pas bon pour moi. « Ma fois, puisque vous le demander, nous n’avons pas vraiment regardé pour le moment. Comme vous le savez nous l’avons repoussé à cause de tous ces événements. Et nous avons nos problèmes à réglé ce qui fait que nous n’avons encore rien regardé. » Probable qu’il n’allait pas approuver cette situation, mais je n’étais pas la seule fautive. Voilà au moins ce qui me rassurait.

Mon thé arriva, je remerciais la jeune femme et ajoutais un peu de sucre. Il me fallait à présent attendre qu’il soit assez infusé. J’ai reporté mon regard sur mon futur beau-frère. « Mais dites-moi. Pourquoi nos préparatifs vous intéressent-ils donc tant ? Vous-même avez eu beaucoup à faire il y a quelques temps pour votre mariage avec l’aînée de la famille Black. » C’était une constatation. Il ne me semblait pas qu’il avait vraiment mis la main à la pâte, mais je pouvais me tromper.



Ils sont barges...mais je les aimes.
Mes résultats au plumes d'or 1980:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 473
Célébrité : Ian Somerhalder


MessageSujet: Re: Mettons les choses au clair tu veux ? {PV Zoé}   Ven 2 Jan 2015 - 11:34

Zoé expliqua qu’elle pouvait aménager ses horaires dès lors qu’elle compensait après. Le principal étant que son travail soit fait comme il se doit sans doute. Arrangement professionnel, rien d’autre. Rodolphus esquissa cependant un petit sourire. Zoé avait préféré s’arranger avec son supérieur pour se rendre à ce rendez-vous, plutôt que de renvoyer un hiboux en prétextant qu’elle ne pouvait pas quitter son travail pour des raisons personnelles. Il aurait suffi qu’elle propose un autre rendez-vous pour que l’on juge qu’elle agissait de façon responsable tout en restant convenable. Tout cela d’un point de vue officiel évidement, parce que Rodolphus aurait été contrarié par une telle réponse, mais objectivement il n’aurait rien eu à redire. La seule conséquence notable c’est que cela aurait mis Rodolphus dans de mauvaises dispositions pour le rendez-vous ultérieur. Mais ça n’avait pas d’importance, puisque cela n’était pas arrivé. Et Rodolphus se disait que finalement peut-être que tout n’était pas catastrophique entre son frère et sa promise, puisqu’ils n’en n’étaient pas encore à tout faire pour s’éviter. Etait-ce inconscient chez la jeune femme ? Ou la pression des familles étaient-elles déjà si importante qu’elle dictait la conduite de la blonde ?

Quoi qu’il en soit, Rodolphus se contente de répondre un simple : « Bien évidemment. » Il ne rebondit pas que l’utilité que devait avoir cet entretien. En fait-il se moquer bien de ce que pouvait penser Zoé de sa façon d’agir. Tout ce qu’il voulait c’était qu’elle épouse Rabastan sans faire de difficultés. Le sourire de Rodolphus s’effaça. Le mariage était repoussé, soi-disant à cause des derniers évènements. « Le contexte actuel ne vous servira pas toujours d’excuse pour repousser ce mariage. » Pour la délicatesse, on repassera. De toute façon, même si Rodolphus n’appréciait pas Zoé, il savait qu’elle n’était pas une crétine finie. Il l’avait déjà bien assez dupé en la faisant venir de façon aussi ambigüe. Elle devait bien se douter que ce rendez-vous n’avait pas lieu pour que Rodolphus puisse lui témoigner compréhension et courtoisie. « Au contraire un mariage serait le bienvenu pour distraire les esprits vous ne croyez pas ? »

Il y avait un problème majeur avec Zoé en fait pour Rodolphus. La jeune femme allait entrer dans une famille de mangemorts et il ne doutait pas une seconde qu’elle ne serait jamais des leurs. Il ignorait à quel point la jeune femme pouvait leur être hostile, mais elle était policière, ce qui laissait supposer qu’elle pouvait se battre pour ses idéaux. Même si Rodolphus doutait fortement des capacités physiques de la jeune femme, il savait que jamais il n’aurait confiance en elle. La première chose dont Rabastan devrait s’assurer après le mariage serait que la jeune femme démissionne. Bien que Rodolphus trouve Zoé insignifiante, du moins dès lors qu’on ne prenait plus en compte son nom de famille, il n’était pas bête. Il savait qu’une seule petite souris pouvait faire de très gros dégâts dans une cuisine.

Elle lui demanda pourquoi il s’intéressait aux préparatifs du mariage. Il décida de commencer sa réponse franchement. « Tout simplement parce que je ne voudrais pas que ces préparatifs s’éternisent éternellement. » Il insista bien sur son dernier mot. De toutes façons penser que ce mariage pouvait être repoussé indéfiniment c’était illusoire. Les Lestrange et les Peverell s’étaient mis d’accord sur le mariage de leurs enfants. Rien ne pourrait revenir sur cet accord. « De toutes façons si cela continue ainsi, vos parents et les miens se chargeront de fixer eux même une date et de prendre en main l’organisation de la cérémonie. Si vous tenez à avoir votre mot à dire sur la couleur des fleurs ou plus important sur votre robe, vous devriez commencez à regarder tous ces dits préparatifs. » Rodolphus, peu sympathique dans son ton, n’exagérait pas vraiment. Dans les mariages arrangés, les parents s’occupaient de beaucoup de choses, dans les familles de sang pur, assez traditionnaliste, cela incombait surtout aux femmes. Sa mère Lyssa, s’était beaucoup investi dans le mariage de Rodolphus. Lui n’avait pas eu grand-chose à faire, si ce n’est quelques essayages et valider les plans de table pour la forme. Mais Lyssa s’impliquerait sans doute moins dans le mariage de son cadet, au contraire Victor risquait de montrer plus regardant. Rodolphus lui, était prêt à prendre les choses en main si nécessaire. Il reprit : « Si vous souhaitez que ce mariage soit un tant soit peu réussit, il va falloir faire céder vos réticences, et celles de mon frère soit dit en passant. » Après tout Rabastan n’avait pas l’air de faire beaucoup d’effort de son côté non plus. « De quels natures sont ces problèmes ? Assez sérieux je suppose pour que vous refusiez d’emménager chez mon frère. » Le regard de Rodolphus se fit plus perçant et il se posa de façon insistante sur la jeune femme. « Je peux ne pas être votre ennemi Zoé, mais il va falloir être coopérative pour cela. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hiboux envoyés : 5912
Célébrité : Dianna Agron
Crédits : obsession27


MessageSujet: Re: Mettons les choses au clair tu veux ? {PV Zoé}   Lun 12 Jan 2015 - 12:52

Mettons les choses au clair tu veux ?

avec Rodolphus Lestrange

J’avais la désagréable impression que je n’allais pas apprécier ce tête-à-tête avec Rodolphus. Le fait qu’il me reprenne sur le contexte actuel en était une belle preuve. Il précisa même que se serait une bonne chose pour tout le monde. « Vous pensez vraiment qu’à l’heure où des personnes se font tuer, peut-être des amis, des voisins ou de la famille, les invités auront la tête à faire la fête ? Je ne pense pas. » Je n’étais absolument pas prête à céder et me faire imposer une date. Je le laissais parler. J’appris ainsi qu’il était très pressé que je me marie avec son frère. Tout cela était tout de même bien louche. Les Lestrange, ou alors Rabastan, avait-il un secret qui faisait que plus vite il serait marié mieux ce sera ? Il précisa même que nos parents respectifs se chargeront de tout à notre place. S’était bien mal connaitre mes parents. Et je me fichais pas mal de ce que ferais ceux de Rabastan, vu que de toute manière s’il n’y avait pas au moins l’accord des miens, il ne se passerait pas grand-chose. Il insistait, précisait que je devais céder, blablabla. Mes parents m’avaient certes promise à Rabastan dès mon plus jeune âge, je ne pensais pas qu’ils voulaient tout faire dans l’urgence, même si j’avais des problèmes de santé. De toute manière, même si j’étais différente, les Lestranges, hormis Rabastan, ne le savaient pas et ils avaient bien trop besoin d’une alliance avec ma famille pour tout mettre par terre. J’avais appris à écouter aux portes et le dernier entretient entre mon père et Mr Lestrange m’avait assurée dans ce sens. Mais il était évident que je ne dirais rien de tout cela à Rodolphus, il n’avait pas à tout savoir, après tout, ce n’était pas avec lui que j’allais ma marier…fort heureusement.

Il venait de mettre le doigt sur un des problèmes. Certes j’étais réticente, mais Rabastan tout autant, voir peut-être plus…après tout pour lui se marier signifiait la fin du libertinage et je savais qu’il en était très friand. « Peut-être qu’au lieu de chercher une solution à mes problèmes, vous devriez vous penchez sur ceux de votre frère. Après tout, vous serez certainement plus à même de régler les siens que les miens. » Après tout, ne me connaissant pas, je n’allais très clairement pas me confier à lui. Et il ne pourrait comprendre tout ce qui se passe dans ma tête.

Il demanda également la nature de nos problèmes, soulevant le fait que je refusais d’emménager chez eux. Il précisa également qu’il ne voulait pas me mettre à dos…mais je devais avouer avec de la peine à le croire. « Vous savez, le jour ou il est venu demander ma main chez mes parents, il se trouve qu’il m’a proposé de venir voir votre famille. Mais tout ce que j’ai trouvé chez lui, c’est une traînée qu’il appelait meilleure amie, qu’il se tapait lorsqu’il ne trouvait rien d’autre à se mettre sous la dent et qu’il hébergeait. Il m’avait même précisé qu’il ne comptait pas la mettre à la porte, mais plutôt moi à la place. J’ai eu le malheur de lui répondre, en gros, que s’était illogique et qu’il était hors de question que j’habite avec elle. Il m’a mise à terre avec une bonne gifle. Vous pensez vraiment que j’ai envie de quitter mon appartement ou je me sens bien, ou je ne suis battue par personne et ou je suis libre de mes mouvements, pour aller m’enfermer dans une aile de manoir à la merci d’un taré qui va lever la main sur moi chaque fois qu’il ne pourra pas baiser sa pute ? » Mes propos était violents, je savais que Rodolphus ne cautionnerait jamais ce que je venais de lui dire. Je me suis aussi rendue compte que j’avais fini par élever la voix étant donné que quelques clients nous regardaient interdit. Je me suis reprise. Je m’étais penchée légèrement en avant sur la table, mes doigts attaquant le bois. Alors prenant consciente de tout cela, je me suis redressée et j’ai sagement entouré la tasse de mes mains. « Je suis navrée d’avoir haussé le ton, mais je vous avoue que votre frère est franchement…énervant...entre autre. ». Non, je ne m’excusais pas de mes propos…à quoi bon après tout.



Ils sont barges...mais je les aimes.
Mes résultats au plumes d'or 1980:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 473
Célébrité : Ian Somerhalder


MessageSujet: Re: Mettons les choses au clair tu veux ? {PV Zoé}   Lun 2 Fév 2015 - 15:07

Rodolphus n’aimait pas avoir de longues conversations avec les gens qu’il n’aimait pas ou n’appréciait pas d’une façon ou d’une autre. Il pouvait déblatérer de choses et d’autres durant 1 heure si les convenances et la politesse l’imposait, et plus encore s’il venait à s’avérer que Rodolphus pouvait en tirer un quelconque intérêt. Mais en principe avec les gens qu’il appréciait peu ou pas du tout, il s’arrangeait pour que ce soit clair et concis, afin que personne ne tourne autour du pot et que les choses soient réglées rapidement. Mais parfois il faisait une exception. En l’occurrence, cet entretien devait en être une. Rodolphus n’aimait pas Zoé, il aurait donc dû se contenter de lui faire part de son opinion sur le mariage sans lui laisser l’occasion de répondre quoi que ce soit. Cependant la bienséance voulait qu’il se montre un tant soit peu amical avec sa future belle-sœur. D’où le rendez-vous au délice magique qui permettait de mettre en place un contexte du style : Tu m’écoutes, tu n’as pas le choix, mais j’y mets les formes. Plutôt qu’une rencontre privée qui aurait été très proche du : je me fous pas mal de tes opinions, décide une date rapide pour ce mariage ou je m’arrange pour te gâcher la vie. Enfin bref…

Le fait était que si au départ les choses était placé sous le signe du politiquement correct, cela était apparemment en train de partir en vrille. D’abord elle le contredisait en n’étant pas d’accord sur le bien-fondé d’une fête dans un moment pareil, réplique qu’il balaya d’ailleurs d’un signe de la main, montrant clairement que d’après lui la personne en tort ici c’était elle, mais qu’il n’y avait cependant pas de raisons de perdre plus de temps sur ce sujet. Ensuite elle l’incita à s’occuper d’avantage des affaires de Rabastan que des siennes. Ce qui en soit était assez logique. Rodolphus convoquait (ou presque) sa future belle-sœur pour aborder un sujet privé, donc il n’avait pas à se formaliser de cette réponse. Il se contenta de répondre :

« Ne vous inquiétez donc pas, j’y compte bien. »

Mais finalement voilà que la demoiselle se laissait aller à ses sautes d’humeur. Alors oui Rodolphus avait sûrement mit le doigt sur un point sensible sans même le savoir. Non il n’était pas au courant pour cette histoire de gifle, et très vaguement pour ce qui était de la meilleure amie. Mais la vérité était très simple, Rabastan pouvait se faire qui il voulait, Rodolphus n’en n’avait rien à faire. Et la façon qu’aurait Rabastan de traitait sa femme ne le regardait pas non plus. Après tout est-ce qu’il se mêlait des affaires de ses parents ? Non bien évidemment. Des clients s’étaient retournés sur eux. Rien de bien étonnant. Quand une jeune femme aux allures de petite poupée parfaite se met à proférer des vulgarités tout le monde est choqué. Elle s’en rendit compte et reprit contenance. Pour conclure elle finissait comme si de rien était. Et elle pensait que ça allait passer ?

Rodolphus ne dit mots durant quelques secondes. Le temps que les clients s’en retournent à leurs affaires en fait. Mais il luttait contre lui-même pour ne pas lui-même coller une gifle monumentale à cette insupportable femme. Il ne l’avait pas interrompu car soyons franc la surprise l’avait ébahi. Et s’il ne traînait pas la jeune femme dehors pour régler ses comptes avec elle, c’était bien parce que cela ne passerait pas inaperçu. N’ayant rien commandé, il avait les mains vides durant le speech de la demoiselle et ses poings s’étaient serré a fur et à mesure qu’elle perdait le contrôle de ses mots.

Le calme revenu, Rodolphus avait mené sa main droite sous la table et desserré de force la gauche, dans un air faussement posé et très clairement contrarié. Il s’était reculé sur sa chaise sachant que c’était probablement plus prudent. Parce que sauvegarder les apparences c’était certes nécessaire mais l’on n’enchaîne pas sa nature aisément. Et Rodolphus n’était pas du style à supporter ce genre de scène sans broncher. C’est à ce moment très clairement qu’il regretta de ne pas avoir fait venir Zoé chez lui pour discuter. Les choses auraient été très différentes. Ne pouvant rester à distance il se replaça comme initialement, sa main gauche venant finalement se poser sur le poignet droit de la jeune femme en face de lui. C’était inattendu, rapide, mais pas violent, du moins d’un point de vue extérieur. Comme s’il essayait simplement de la calmer, de l’apaiser. La vérité était tout autre. Son emprise était forte et il ne craignait pas de lui laisser une marque. Il avait finalement ramené sa main droite sur la table et s’était approché d’elle, comme s’ils comptaient seulement régler leur compte sans pour autant en faire profiter toute la salle. Ce qui était le cas en fait.

Rodolphus baissa le ton. Il n’était plus question de conversation anodine, de perche tendue ou d’efforts de complaisance. La colère couvait dans sa voix et Zoé avait intérêt à bien la percevoir. Il plongea son regard dans celui de la jeune femme.
« Premièrement, je vous prierai Zoé de bien vouloir gardez vos sautes d’humeurs pour quand vous serez enceinte. » Le ton était sec et cassant. « Deuxièmement, gardez bien à l’esprit, que je ne suis pas Rabastan, je ne suis pas votre fiancé, mes écarts à votre égard pourraient donc être bien plus disproportionnés que les siens. » Un avertissement ? Une menace ? Rodolphus ne saurait le dire lui-même. Elle l’avait enragé en si peu de temps que c’en était incroyable. Il n’avait encore jamais levé la main sur une femme (enfin si on excluait les missions mangemorts bien entendu), mais très soudainement, il savait qu’il n’aurait aucun remords à le faire sur Zoé. S’il avait clairement espacé ses différentes phrases, il les enchaîna toute sans laisser le temps à Zoé de répondre quoi que ce soit. « Pour finir, c’est un mariage arrangé Miss. Vous devrez donc apprendre à faire avec le caractère de votre époux comme il se débrouillera pour apprendre à vous gérer. Mais si vous voulez que ce genre d’incidents ne se reproduise pas, essayez donc d’être un peu plus forte. »

Pour Rodolphus il n’y avait pas de mystère. Rabastan avait frappé Zoé parce que celle-ci n’était pas assez imposante pour l’en dissuader. C’était tout le problème avec Zoé, il lui manquait ce petit quelque chose que l’on attend des femmes Lestrange. Du moins du point de vue de Rodolphus. Tous les Lestrange avaient ce côté violent. Leur père Victor avait toujours baigné dans les ténèbres, Rodolphus et Rabastan en avait tout deux hérités. Il savait aussi que son cousin Lawrence pouvait être cruel. Rodolphus quand à lui ne comptait plus le nombre de meubles et autres bibelots qu’il avait pu détruire par colère. Et bien souvent Bellatrix en avait été témoin sans jamais pour autant avoir à craindre que Rodolphus ne dirige sa colère contre elle. Pourquoi ? Tout simplement parce que Bella était forte. Jamais elle n’aurait peur de Rodolphus et lui respectait ça chez elle. Au final c’était peut-être ce qu’il manquait au couple de Zoé et Rabastan, du respect pour l’autre. Mais Rodolphus ne pouvait pas en tenir rigueur à Rabastan, lui-même ne saurait en avoir pour Zoé.

« Votre mariage aura lieu quoi qu’il arrive. Alors il va falloir prendre le taureau par les cornes et trouver un terrain d’entente. Sinon Zoé vous risquez de vous retrouver prisonnière d’une situation peu enviable. »

Rodolphus hésita à relâcher le poignet de la jeune femme. Mais il le fit finalement. Il se recula un peu et se contenta de la regarder. Non il ne l’aimait pas. Il n’était plus vraiment de savoir pourquoi il l’avait fait venir et il se fichait bien de ce qui lui arriverait une fois qu’elle serait mariée dès lors qu’elle ne causait pas de tort aux Lestrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hiboux envoyés : 5912
Célébrité : Dianna Agron
Crédits : obsession27


MessageSujet: Re: Mettons les choses au clair tu veux ? {PV Zoé}   Jeu 19 Fév 2015 - 15:58

Mettons les choses au clair tu veux ?

avec Rodolphus Lestrange

Soyons francs, voulez-vous ? Je savais pertinemment que j’avais en face de moi la copie de mon fiancé, avec un peu plus de noirceur dans le cœur. Après tout, les Lestrange sont élevés ainsi. Aussi aurais-je du réfléchir peut-être à deux fois, voir trois, voir beaucoup plus, avant de porter mes accusations sur Rabastan. Il était certain que son frère ne laisserait pas passer une si belle occasion de m’envoyer balader, voir de m’apprendre la vie comme disait l’autre. Aux diverses réactions qu’il avait, je voyais bien qu’il se contrôlait, histoire que les choses passent un peu plus inaperçue aux yeux des autres clients. Je me méfiais. Je ne lui avais jamais parlé, mais j’avais entendu des choses sur lui, sur sa fiancée aussi. Que ce soit par l’étoile, ou par le ministère. Cependant, je devais admettre que je ne m’attendais absolument pas à ce qu’il m’attrape le poignet, aussi ai-je légèrement sursauté. Il serrait, il me faisait mal, mais je ne doutais pas que ce soit le but, alors je restais impassible. La douleur, je connaissais quand même un petit peu, alors je pouvais faire fi de celle-ci. Il se rapprocha de moi et parla très bas. Certes il ne parlait pas fort, mais le ton était menaçant, plein de colère et tout ceci ne fit que me dégoûter davantage de la famille Lestrange.

Je comprenais fort bien ses propos, mais je n’en avais que faire. Il menaçait de s’en prendre à moi ? Bien, je savais que je devrais me méfier de lui, mais si ce n’était que ça le problème, je pouvais aussi le mettre sous surveillance. Peut-être faisait-il partie du ministère, mais personne n’est au-dessus des lois. Et trouver une raison était largement dans mes cordes. Il me rappela que c’était un mariage arrangé...comme si je pouvais l’oublier. Il est vrai qu’une annonce comme celle-ci peut s’oublier du jour au lendemain, comme on pouvait oublier d’acheter un objet dont on n’avait pas vraiment besoin. Ma colère était toujours bien présente et je n’avais qu’une envie, lui faire comprendre, sans magie, qu’il me poussait à bout. Rien que son petit manège pour me voir m’horripilait. Pour terminer, il m’assena que le mariage aurait lieu quoiqu’il se passe. Enfin il libéra mon poignet. Prudemment, je délaissais ma tasse et ramenais mes mains vers moi. J’avais plissé les yeux en l’écoutant, ne voulant l’interrompre. Si j’aurais pu me transformer en un animal, ça aurait probablement été un dragon, histoire de lui cracher toute ma colère au visage et on en parle plus. Mais j’étais une femme bien élevée et éduquée, aussi me suis-je résignée à ce que la violence ne résolve pas tout.

Je me suis redressée et je l’ai regardé droit dans les yeux. Notre échange allait arriver à la fin, je ne saurais supporter des menaces supplémentaires, ni de l’avoir dans mon champ de vision. De plus, faire des heures supplémentaires ce soir pour rattraper mon arrivée tardive due à ceci me répugnait. « Vous savez, la violence et les menaces ne résolvent jamais tous les problèmes. Peut-être pensez-vous que je suis faible, sans ressources et surtout complètement idiote, mais vous êtes bien loin de la vérité. » J’ai reculé un peu plus sur ma chaise. « Certes, Rabastan a un fort caractère, fidèle aux serpentards qu’il a côtoyé pendant des années, mais de nous deux, je suis celle qui réfléchit nettement plus. » Je décidais de ne pas ajouter d’autre chose. Qu’il comprenne quelque chose ou rien du tout m’était égal. Qu’il pense que ce n’était que de la vantardise également. Je savais de quoi j’étais capable et surtout, je savais quelles connaissances j’avais au ministère et dans le monde magique de manière générale. Je n’étais pas et ne serais probablement jamais une petite demoiselle en détresse. Mais je devais avouer qu’il me collait des frissons Rodolphus.

Je me suis levée, bougeant la chaise afin qu’elle ne racle pas le sol. Je l’ai ensuite remise à sa place, comme la petite fille bien éduquée que j’étais. « Vous m’excuserez, mais je n’ai guère plus de temps à vous accorder pour aujourd’hui, j’ai quelque chose de plus important à faire, comme travailler. » Sur ses paroles, je lui ai tourné le dos et je suis sortie de l’établissement. Qu’il paie ma boisson, ça lui fera les pieds. J’espérais ne plus l’avoir sur mon chemin avant longtemps.



Ils sont barges...mais je les aimes.
Mes résultats au plumes d'or 1980:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 473
Célébrité : Ian Somerhalder


MessageSujet: Re: Mettons les choses au clair tu veux ? {PV Zoé}   Ven 20 Fév 2015 - 10:42

Zoé s’était tu et s’était contenté d’écouter ce que Rodolphus avait à répondre. Evidemment elle ne devait plus le supporter, que ce soit personne ou même seulement sa présence. Et encore la jeune fille s’était reprise et contrairement à quelque minute plus tôt elle faisait preuve d’un véritable self-control. Lui supportait le regard noir de la jeune femme sans sourciller. Rien venant de la part de Zoé ne le déstabiliserait tant il se moquait de ce qu’elle pouvait penser de lui. Il y avait beaucoup de gens qui ne l’aimait pas, voire même qui le haïssait et Rodolphus ne faisait jamais le moindre effort pour faire évoluer différemment les choses. Souvent il pouvait arriver qu’il en fasse disparaitre quelques-uns. Sinon la menace et sa seule façon d’agir pouvait dissuader bien des gens de s’en prendre à lui tant il était connu qu'il avait la vengeance facile.

Ecoutant respectueusement Zoé, il décida de faire preuve d’autant de maîtrises que la jeune femme. Elle n’haussa pas le ton, tenta peut-être quelques sous-entendu qu’il n’était pas sûr d’avoir compris, mais se montra correcte dans l’ensemble. Enfin cette conversation allait se terminer. Rapidement, avant qu’elle ne parte et histoire d'avoir le dernier mot sans doute, il lui glissa :

« A bientôt Zoé, nous nous reverrons au ministère. »

Et oui, il n’était pas prêt à la laisser échapper à sa surveillance. Elle se pensait un peu trop capable de lui faire face à son goût. Tout en lui aurait aimé lui donné une bonne leçon, lui faire comprendre que toute la force et le courage qu’elle croyait avoir ne serait rien contre la détermination du mangemort. Toutefois si Rodolphus aimait faire comprendre les choses par la violence, il appréciait aussi de conduire les gens là où, sans qu'ils ne s'en doutent, ils ne voulaient surtout pas se rendre. En plus il y avait fort à parier qu’utiliser la force physique ne ferait que complaire Zoé dans ses certitudes actuelles. Se montrer plus rusé, il allait la jouer différement, avec plus de finesses. Sans doute serait-ce plus malin. Ne voulant pas s’éterniser, bien qu’il ait attendu suffisamment longtemps pour que Zoé soit loin, il paya la consommation de la jeune femme et s’en alla. A tout hasard, il se demanda si Zoé avait craint qu’il ne la suive, ou si emporté par sa colère ou son dégoût elle n’y avait même pas pensée. En fait dans les deux cas Rodolphus aurait été satisfait puisque dans le premier il aurait réussi à lui faire comprendre que rien ne la protègerait de lui, alors que dans le second, elle aurait seulement fait preuve de stupidité, avec Rodolphus mieux valait s’attendre à tout.

Tout en sortant du café, Rodolphus remarqua qu’il se sentait de plus en plus calme alors que la conversation qui venait de s’achever l’avait fait passer par plus d’une émotion que ce soit l’excitation du départ à la colère d’il y a peu. Un rendez-vous intéressant voilà ce que ça avait été, même si la contrariété laissait tout de même un arrière-goût que Rodolphus n’appréciait pas du tout. Tôt ou tard, Zoé comprendrait qu’elle ne pouvait pas lutter contre leur famille. Elle ne pourrait pas éternellement se battre contre Rabastan et contre Rodolphus. Surtout que Rodolphus était prêt à tout essayer pour la déstabiliser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Mettons les choses au clair tu veux ? {PV Zoé}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mettons les choses au clair tu veux ? {PV Zoé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mettons les choses au clair ! Feat Alyssa R. Pieterse ( RP FINIT )
» C'est moiii. Je suis comme je suis, à prendre ou à laisser. (Chacun sa vision des choses mais si tu veux la belle vie, c'est plutôt à laisser. :D)
» Remettre les choses au clair [PV Dylanne]
» Mettre les choses au clair [PV Asuna]
» j' ai déjà la rolex, je veux le gronavionkivanavex

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARAUDERS' CALLING. :: Londres :: Le Chemin de Traverse. :: Au Délice Magique.-