Le jeu suit le cours du temps IRL. Nous sommes actuellement en Juillet 1981.

Partagez | .
 

 Isidore Rosier - Nine lives, cat's eyes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Hiboux envoyés : 191
Célébrité : Christian Bale
Crédits : /


MessageSujet: Isidore Rosier - Nine lives, cat's eyes.    Ven 7 Nov 2014 - 14:08


Isidore Rosier


dossier n°xy-03OC42-SP


identité
Je suis né sang-pur et je me nomme Isidore, Zacharia, Ulfric Rosier. Je suis âgé de 38 ans et je suis né le 3 octobre 1942, à Londres. Je suis veuf et hétérosexuel et je vis à Nottingham. À Poudlard, j'ai étudié parmi les Serpentard. Et en regardant mes bulletins scolaires, j'étais fort en Potions et Botanique et faible en Vol et Divination. Actuellement, je travaille comme Psychomage, pour Sainte Mangouste et à mon cabinet. Lorsque j'ai été chercher ma baguette pour la toute première fois chez Ollivander, elle était faite de bois de bouleau et coeur de crin de licorne. Mon épouvantard est Moi, subissant un doloris, parce que j'ai subis à de trop nombreuses reprises ce sort lors d'une captivité. A force d'efforts je suis parvenu à produire un patronus qui prend la forme d'un éléphant Sachez également que je ne suis pas un sorcier ordinaire, je possède en effet la capacité de Voyance.





mes anecdotes
Voyant qui n'y voit rien. • Je ne crois pas à la divination. La voyance, le marc de café, les absurdités sans nom que l’ont voit dans Vénus. Rien de tout ça n’est vrai. Je suis hermétiquement fermé à toute forme de prophétie. A mes yeux, c’est un ramassis de discours abscons juste bon à faire marcher les aveugles. Moi, voyant, vous dites ? Rien n’est vrai, rien de ce que je dis lors de mes absences n’a de sens et le fait qu’on s’en inquiète un temps soit peu ne me fait que sourire. Ne voyez pas de signification là où il n’y a rien… Je ne sais pas de quoi je parle, j’oublie presque à l’instant la moindre de mes paroles prophétiques. Je traite ce qu’on dit de « voyant » et je ne suis qu’un malade parmi eux.

Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon péché, mon âme, Lolita • Une année de mariage avait suffit pour que je reste un mari fidèle. J’ai toujours aimé les femmes plus jeunes. Je ne m’en suis jamais caché. Et mes années passant, l’âge de mes préférés stagnaient, au point d’y avoir un fossé. Elle l’a toujours su, je n’ai jamais prétendu n’être qu’à elle. Je l’ai aimé, sincèrement, tendrement. J’ai appris à l’aimer et à lui porter une affection particulière. Mais charnellement, je ne l’ai jamais aimé. Sa jalousie n’a jamais pu ronger mes autres horizons. Je n’ai jamais été à personne. Mon fils était la seule chose que nous partagions de corps. Je ne force personne, je n’ai pas honte de trouver les nymphettes terriblement attirante et je ne prends que celle qui m’effleure. Légères, innocente et cristalline, je n’entacherais pour rien au monde leur pureté. Elles doivent être préservés, je ne veux que jouir d’avoir pu y gouter une fois.

Il faut rendre à César ce qui est à César. • Pouvoir se vanter d’être habile en potion n’est pas donné à tout le monde, j’en conviens. Je les rate rarement et je peux jouir du plaisir d’en expérimenter de nouvelles. J’ai étudié la botanique et les effets de chaque plantes, eut largement le temps d’en tester les effets à l’asile. J’ai un herbier dans la tête et l’esprit assez habile pour les combiner. Mais il y a une chose que je n’ai pas réussi à faire. Un rêve fou, un rêve idéal. Crée une potion qui libérera les né-moldus de leur pouvoir. Un filtre capable d’oter la moindre essence magique qui sommeil en quelqu’un. Leur offrir la liberté, plutôt qu’un pouvoir trop grand pour eux.

Papa poule. • Ulysse. Mon fils. Une merveille, un bonheur. Je n’avais jamais songé à être père. L’idée ne m’avait jamais effleuré, même si, pour perpétuer la race et le nom, je devrais y passer, mais j’étais bien loin de me douter du bonheur que j’allais vivre. Je suis un des pires pères. Parce que trop gâteaux, trop laxiste. Je lui passe tout et pourtant, il est d’une éducation des plus délicates. Je tuerais pour mon fils. Qui que ce soit, de mon sang ou de mon clan. Je tremperais dans les pires affaire pour sa sureté, comme devrait le faire chaque parent.

Au royaume des infirme, le boiteux est roi. • Patte folle, infirme, écopé, invalide. Un boiteux, simplement. Depuis des années, je vis d’un mal handicapant qui me fait clodiquer comme un canard. Une jambe presque raide, une hanche douloureuse qui n’est soulagé que par la prise de potion surpuissante. Il fallait bien un mal à ma forme pourtant olympique. Un sort d’Os Frangendum a été suffisant pour me briser le grand trochantère. Une fracture qui n’a jamais pu être réparé. Vous voulez des détails, ça se sent à plein nez. Des né-moldus… Des Sang-de-bourbes. Arrêtez de croire naïvement que leur naissance leur vaut d’être d’une âme pure et innocente. Ils sont déviants et de la pire espèce. De sang froid, j’ai été réduit à une infirmité que je ne méritais pas. Moi qui fait tout pour les soigner ! Inventer une potion pour ôter leur pouvoir aux sangs de bourbes… J’y travaille sans relâche. Trouver une formule, drainer leur sang. Quoi qu’il soit… je ne fais que ça pour eux, pour leur faire retrouver la liberté. Eux n’ont rien compris, me faisant payer le prit fort de leur médiocrité.



méfaits accomplis.

J'emprunte Christian Bale pour jouer mon personnage. Je me fais appeler, Mog sur le net et ailleurs. Il se trouve que j'ai 22 ans et que je serai disponible bien trop souvent pour ma santé 8D. J'ai trouvé le forum par James d'amour. Parce que j'aime beaucoup parler, j'ai envie de rajouter quelque chose : Il est enfin sortie de ma tête o/.

copyrights → fiche par Bérénice/SleepingCookie & images par...




MARAUDERS CALLING


Dernière édition par Isidore Rosier le Sam 8 Nov 2014 - 16:52, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hiboux envoyés : 191
Célébrité : Christian Bale
Crédits : /


MessageSujet: Re: Isidore Rosier - Nine lives, cat's eyes.    Ven 7 Nov 2014 - 14:08


l'histoire.


indoctia discant et ament miminisse periti
Tu es né Rosier, avec ce que ton nom implique. Tu seras pure. Tu resteras pure. Tu es né en sachant que tu devrais perpétrer ton nom et ton sang. Tu n’as jamais eu à douter de toi. De ce que tu es et de ce que tu deviendrais. Isidore, Zacharia, Ulfric Rosier, fils d’Evans Rosier et d’Annie Rosier, née Lambert. Il te faudrait un fils Rosier avec une sang pur. Tu seras élevé dans la tradition Rosier de la botanique, à l’apprentissage des potions et des langues. Tu apprendras le français, la valse, les bonnes manières et comment se comporter avec les dames. Tu apprendras à penser par toi même, pour le bien de la famille.
Pour ton plus grand bonheur. Tu es le seul fils de tes parents. Tu n’as pas eu à souffrir de rivalité. Tu n’as eu que l’espoir, les grandes ambitions. Pour toi, on a décidé le meilleur, on a vu de grandes choses pour toi et ouvert de nombreuses portes. Rien ne semblait se mettre en travers de ton chemin. Tu étais destiné à de grandes choses.

« Destiné, oui. Tu peux en parler de la destiné. »

Tu n’y crois pas, au destin. Tu n’y a jamais cru. Tu penses l’avenir complètement malléable. Tu ne penses pas que les choses sont écrites et doivent arriver, quoi qu’il se passe. Pourquoi, le don de voyance sommeil en toi. Depuis toujours, il se manifeste, gronde, parle de lui même. Tes parents avaient l’air ravis, mais toi, tu n’y comprenais rien. Tu ressortais de ses états de transes épuisés, affaiblis. Tu avais été déconnecté de la réalité. Une prophétie, disait-il. Une révélation. Un message. Le terme changeait du tout au tout, mais le résultat a toujours été le même. Tu ne te souviens de rien, ou pratiquement jamais. Tu détestes cet état. Tu détestes ce don !

« Ce n’est même pas un don ! La voyance n’existe pas ! »

Du charabia, tu penses. Du vol. Les diseuses de bonnes aventures ne sont que des menteuses. Tu ne veux pas être dans ce panier. Tu commences à penser que tu es malade. Si petit soit-tu. Tu espères que personne n’y verra rien. Tu te retrouves à des endroits où tu n’étais pas la seconde d’avant, des paires d’yeux écarquillés autour de toi. Ce n’est pas un don, c’est une malédiction… Une déviance. Une maladie…
Au fond, peut-être que tu es devenu psychomage pour mieux te comprendre, non ?

« Je ne veux pas devenir fou. »

Tu penses que tu l’es ?

« Je n’ai rien à voir avec eux. »

Ca t’inquiète, ça te ronge. Et te rongera encore. Tu as longtemps vécue dans un climat de confiance. Personne ne se rendait bien compte de tes visions. « Ce ne sont pas des visions. » Ta première panique est réellement survenu à tes onze ans. La lettre de Poudlard. Tu devais la recevoir, tu n’avais pas le choix. Un Rosier est un sorcier. Mais plus loin… Que se passerait-il lorsqu’ils se rendraient compte que tu as des troubles ? Que tu perds la mémoire ? Pire, que tu parles seul de façon prophétique. Tu n’as jamais partager ta peur. Ni à tes parents ni à personnes. Ils ne comprennent pas. Personne ne comprends. C’est un cadeau rare, n’est-ce pas ?

Ils savaient que tu irais à Serdaigle. Tu l’avais prédit. « Je n’ai rien prédis. Je l’espérais simplement. » Ton discours alambiqué te destinait à rejoindre les Serdaigle. Une maison toute à ton image. Solitaire, persévérante. Egoiste. Tu ne penses pas assez aux autres pour être des Serpentards. Tu sais être une main utile, tu sais venir en aide à ceux qui te le rendront, mais hormis ta famille, tu n’espères pas de cercle particulier. Tu veux l’excellence. « Ca n’a rien de prétentieux de vouloir être à la hauteur d’un Rosier. »
Tu te démarquais en temps que botaniste, comme ton nom le voulait. Tu t’es perfectioner dans la confection des potions. C’est là qu’on commencer tes recherches secrètes. Honteuse. Vouloir éradiquer un don, quel gâchis. « Ce n’est pas un don. » La bibliothèque est devenu un refuge. Les grimoire de potion et de botanique, tes meilleurs amis. Les traités sur la voyance, tes adversaires. « Je cherchais à comprendre. » Maitriser et détruire sont deux choses différentes, Isidore. Tu n’aimes pas ce don. Tu n’en veux plus. Tu as chercher à comprendre le mécanisme, la naissance de la voyance, mais rien ne semblait exister pour l’anéantir.
La divination a été la matière la plus sombre de tes années à Poudlard. Tu ratais trop de cours, pour éviter d’y aller. Tu ne devais pas exalter ce don, ne pas le chercher, ne pas le titiller. Pourtant, elle le sentait.

Elle savait que tu étais né avec le don. Elle a cherché à te le faire accepter, se manifester, mais tu es resté hermétiquement fermé à ses demandes. Répliquant que tu n’avais pas de don, que l’avenir se décidait pour ceux qui le pouvait. Insolent et prétentieux. « Je suis réaliste. »
D’autre élèves l’ont su, on chercher à s’en approcher, mais tu as repoussé tout le monde. Tu as toujours été trop seul. Tu te crée des barrières ou ne sourit faussement que pour te protéger.
Tu as obtenus tes BUSES et ASPICS sans encombre, mais loin des autres.

Tu es allé à l’Université qui venait de réouvrir. Tu as étudié la Médicomagie et l’Alchimie. Tu t’es penché sur la psychomagie. Tu t’es découvert une passion. Un but. Tu voulais comprendre les sorciers. Le fonctionnement de l’esprit… Pourquoi tu avais cette malédiction. Comment la magie évoluait. Entre sang-pur et sang de bourbe. « Né-moldus. Sang-de-bourbe, fait mauvais genre. » Alors que tu ne les considère pas mieux que des Sang-de-Bourbe. Tu as été élevé comme ça, dans l’idée que le Sang-Pur valait mieux qu’un autre. La magie doit être réservé aux sorciers. Tu l’as toujours pensés. Tu as tolérés les né-moldus, mais tu t’es toujours dis que leur vie serait mieux, loin de ton monde qu’ils ne connaissent pas. Qu’ils ne comprendront jamais. Tu es allé loin. Tu as poussé ta pensée et ton argumentation assez loin pour penser qu’il serait salvateur de leur enlever leur pouvoir.

Tu as toujours été très à cheval sur la connaissance des choses. Entre Médicomage, c’est une pratique courante que de rejoindre l’Ordre de Merlin. Ton réseau s’est agrandit, tu es entrée à des débats. L’intellecte, la culture. Tu baignais dans une cercle de gens réfléchit. L’Ordre de Merlin sonnait comme une évidence. Tu rejoignais des gens comme toi, ou presque. Tu partageais presque leur idéaux.

Il a été temps de te marier. Un mariage arrangé. Une sang-pur. Tu ne l’aime pas. Tu l’as peut-être aimé un temps, mais elle n’est pas celle que tu as choisis. Tout a été rapide. Une Prewett, pure. Parfaite. Il n’en fallait pas plus. Ce n’est pas le mariage de rêve, mais c’est celui qui convient à un Rosier.

Tu as été recruté comme psychomage à l’hopital Sainte Mangouste. Tout se serait déroulé calmement et presque avec ennuis si tu n’avais rencontré Tom Jedusor. Toi, si franchement élevé aux rangs de medicomage. Il t’a marqué, profondément. Son charisme, ses discours. Tu rejoignais certains de ses avis. Tu partageais un savoir commun. Vous étiez en étroite collaboration jusqu’à une fameuse nuit.
Tu pensais que tes crises seraient finit. Qu’elle ne surviendrait plus. Tu te souviens de ce que tu as dis, cette nuit.

« Salit et Maudit,
S’effondrera l’Asile enfouit.
Et le Seigneur avec eux,
perdra en ce lieu. »


Tu t’en souviens encore. « Toujours. » Tu te souviens également de ce qu’il t’a dit ce soir. « Qu’avez vous dit ? » Non. Il t’a dit que tu avais le don. « Je n’ai pas de don. » C’est que tu lui a répondu, mais il n’a jamais partagé cette avis. C’était dix ans avant la chute de l’asile. Il n’a pas fait de commentaire sur ce que tu as dis. Respectueusement, vous n’en avez jamais reparlé. Plus tard, tu as découvert l’existence de l’Asile. Il existait. Tu as apprit son existence, perturbant tout ton savoir. Il n’y avait jamais eu d’Asile, tu n’en avais jamais eu vent jusqu’à ta prophétie.  « Je ne prophétise rien. »
Ta place de psychomage s’est soudain trouvé avantagé. Tu as travaillé pour l’Asile ou plus précisément, pour Jedusor. Sur la folie. Sur les né-moldus. Tes recherches sont allés plus loin. Pour retirer des pouvoirs… Ou des déviances. Ceux qui se pensait prophète, tu les a traiter. Etudier, patiemment. Méticuleusement. Tu leur a fait du mal, pour leur enlever un mal qui te rongeait. Des traitements que tous n’ont pas supporté. D’autres te l’ont fait payer.

Tu travaillais dans l’ombre, à l’abris des regards. Personne n’en saurait rien. Le jour, tu pataugerais dans la crasse. Et le soir, tu retrouverais un nid qui t’appartient. Tu as apprit que tu serais père. Tu n’as jamais songé à l’être, mais c’est le plus grand bonheur que tu ais connu. Ulysse. De tes journées malsaines, tu retrouvais le soir l’innocence douce de ton fils. Tu le vois grandir. Tu l’éloignes du mal qui ronge le monde. Tu ne veux que son bien. Tu veux le protéger.

Il s’est passé neuf ans où tu as fait subir tes traitements sans encombre. Sans répercussion sur toi, ni sur l’hôpital. L’année 1979 a commencé en catastrophe.

Un meurtre. D’abord. Un meurtre que tu n’as pas vu comme quelque chose de dramatique. Tu connais les déviances. Tu sais ce qui arrive aux esprits malade. Mais tu ne t’attendais pas à des attentats. Des Mangemorts. Tu en a entendu parler, mais sans plus. Tu ne veux pas t’y frotter, tu les vois comme des sociopathes. Tu t’éloignes un temps de l’Asile, de l’Ordre de Merlin, quitte le pays, quelque temps. Tu penses à de la lâcheté « Je préserve mes intérêt avant tout. »

Cette même année, ta femme meure. Les femmes sont trop jalouse, n’est-ce pas ? « Qui dit que c’est une histoire de jalousie ? » Tu héberges une jeune fille chez toi. Tu en fréquentes trop. Tu l’as protégé des accusations faites contre elle. Tu l’as innocenté et personne ne fut juger coupable pour le meurtre de ta femme. Ulysse est orphelin, et tu ne pleure pas ton épouse.

Plus tard, l’Université à son tour, fut attaqué. Les même attaque. Probablement les même but. L’Ordre de Merlin te met en mission. Tu n’as pas le choix. Après tout, tu es curieux. Tu dois comprendre. Tu étudies les prisonniers envoyés à l’Asile… Tu entres en contact avec des Mangemorts. Les premiers que tu rencontres. Que tu crois rencontrer. Ils ne semble pas si différent de toi. Tu t’inquiètes te partager certaines de leur idée, mais tu ne devrais pas. Tu es un Rosier. C’est normal de préserver la race. Tu confies à l’Ordre ce que tu sais. Tu n’as pas été aux batailles, mais tu as assisté aux effets de l’attaque. Etrangement, tu ne blames pas les Mangemorts. Pour toi, leur acte n’est pas condamnable. Démesuré, mais pas condamnable.

Tu as apprit par l’Etoile du Centaure que les Black étaient presque tous des Mangemorts. Tu en connais certains étroitement. Tu commences à revoir toutes tes relations. Certains ne se cachent pas d’être des Mangemorts devant toi. Tu prends cette marque de confiance avec honneur.
Ils viennent de plus en plus nombreux à l’Asile, mais tu restes fixe sur tes positions. Tu ne veux pas les rejoindre. Vous restez liés, intimement. De conviction et d’acte. Tu les aide à l’Asile. Tu travailles avec eux. Vous êtes presque partenaires, maintenant. Tu ne veux pas encore te considérer comme partenaire. « J’aurais peut-être mieux fait. » Tu sais ce qu’ils font aux traitres, à ceux qui parle trop. Tu ne veux pas qu’il t’arrive la même chose, tu coopères. Sans honte. Tu essayes tes expériences sur eux. C’est un mal pour un bien. Tu entends parler de la perte des pouvoirs à l’Université, mais tu n’as pas le temps. Tu essayes de te soutirer de ton travail à l’Asile, mais les Mangemorts ont besoin de toi. Tu n’apprendras quasiment rien sur ce phénomène qui pourtant te fascine. Tu es à tes yeux un agent double. L’Ordre de Merlin en profite, mais tu ne lui dis pas tout.

« Salit et Maudit,
S’effondrera l’Asile enfouit.
Et le Seigneur avec eux,
perdra en ce lieu. »


Tu as répété ses mots en novembre, en toute conscience. En souvenir. Le jour où McNaire a envoyé l’Etoile du Centure prendre Jedusor. Tu as été incarcéré, mais disculpé à l’aide de l’Ordre de Merlin. Tout le monde a fait taire ta présence à l’Asile. Tu as reprit tes activités à l’Hôpital et garder tes contacts avec les Mangemorts. Tu es une béquille pour eux, mais pas un de leur membre.
Tu pensais que tu passerais inaperçu. Que personne ne se souviendrait de tes agissements en temps que psychomage à l’Asile, mais tu as été fou de le croire.

Certains n’ont pas oubliés. Certains ont résisté aux sorts d’amnésies. Eux, ce sont des né-moldu. « Des Sang-de-Bourbe. » Eux, tu n’a pas de honte à les insulter. Eux qui t’ont capturer. Ca n’a pas été long. 72 heures. Ce n’est pas long, pour une captivité. L’Ordre de Merlin t’a retrouvé, libéré, soigner.

« Ils n’ont rien soigner. »

Tu garderas de la vengeance des internés des marques à vie. [color=#A373C4« Je ne veux pas en parler. »[/color] Un premier sort, qui t’a arracher un physique athlétique. « Arrête. » Le fémur, la hanche. Des os brisés, félés. Irréparrable. A ce jour encore fragile. Tu boites toujours, bien que tu portes ta canne avec fierté. « Je voulais les libérer ! » Ils ne l’ont pas comprit ainsi. La vengeance par des Doloris « Ferme là ! » Tu ne les supporte plus. Tu ne peux plus les entendre. Tu as résisté à la folie probablement parce que tu penses que tu es déjà fou.
Tu n’as plus fréquenter personnes. Ta femme, ton fils. Aucun Mangemort, plus d’Ordre. Tu as boiter chez toi pendant des mois. Tu n’as plus su faire de patrons. Ulysse n’a pas suffit à te redonner le bonheur adéquat.

Tu as refusé d’enquêté sur Circé Wright. Tu ne voulais plus en entendre parler, et ne pas t’arriver d’ennuis. Ni à toi. Ni à Ulysse. Il n’arriverait rien de la sorte à ton fils.
Tu n’es entré en contact avec personne. Personne n’aura apprit la prophétie. « Il n’y a pas de prophétie. »

Tu l’avais vu. Tu avais vu la chute de Tom Jedusor. La destruction de la prison. Il n’y a qu’Ulysse pour en témoigner. Tu voulais qu’il n’en sache rien. Mais il était là. « Qu’est-ce que tu racontes, papa ? » Il t’a répété mot pour mot ce que tu venais de dire. Une absence en trop. Trop peu de temps après. Jedusor disparaissait.

Tu sortais de l’ombre. Tu perdais un allié. Quelqu’un pour qui tu avais du respect. Tu savais qu’il avait été emprisonné, tu redoutais sa mort. Rien de plus. Ca n’a rien de prophétique, tu le sais. Ce n’est que la manifestation d’une crainte. Tu ne veux plus que ça recommence. Tu veux préserver les autres de ce don.
Il n’y avait plus d’Asile. Tu as ouvert un cabinet. Tu ne fais plus que dans le privée. Tu ne veux que des clients.

Tu as suivit le tremblement de terre du monde des sorciers d’un oeil méticuleux. A l’écart. Il te faut du temps pour reprendre confiance. Tu ne crois pas grand monde. Tu as peu d’allié, mais tu offres ta main à qui la veut bien. Les élections ne se passe pas bien. Tu le sentais. Et il n’y avait pas besoin d’être devin pour le savoir. Des meurtres et des élections qui ne changerait pas. McNair revient et ça ne t’a pas étonné. Tu es même plutôt rassuré. A l’heure actuel, il n’y a que lui pour tenir le monde des sorciers en place. Il ne vaut pas mieux que la moyenne, mais il n’y a que lui pour y prétendre.

Tu peux enfin reprendre confiance. Tu te protège, toi et ton fils. Tu crées des barrières autour de lui pour le défendre de ce qui peut t’atteindre. Lentement, tu reprends contact avec l’Ordre de Merlin. Tu acceptes de nouvelle mission, tu te rapproches des Mangemorts. Probablement trop… Tu penses que leur présence agite ta malédiction.

Ulysse est le seul à avoir entendu ce que tu as dit à ce moment.
« Quand le mal nommé avec le sourire d’un autre reviendra,
Alors d’une main de fer son règne sera mené. »

Tu ne te souviens que des larmes qu’il a pleuré en se cachant entre tes bras. Tu l’as rassuré qu’il n’arriverait rien.Tu sais qu’il n’arrivera rien.
« Les prophéties n’existent pas. »








I'm a dragon, you're a whore. Don't even know what you're good for. Mimicking me is a fucking bore to me, but babe, lay me down tonight in my diamonds and pearls. Tell me songs at night about your favorite girl.


#A373C4


Dernière édition par Isidore Rosier le Sam 8 Nov 2014 - 12:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Isidore Rosier - Nine lives, cat's eyes.    Ven 7 Nov 2014 - 16:06

Preeeeeeeems !

Bienvenue (Enfin, reuh d'après ce que j'ai pu comprendre :p)

J'ai hâte de voir tout ca
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Isidore Rosier - Nine lives, cat's eyes.    Ven 7 Nov 2014 - 18:53

Rebienvenu parmi nouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuus Excité Ton personnage est juste... juste... EPIQUE ! J'ai hâte d'en lire pluuus.

Tu as donc pris la décision de rejoindre l'école de Poudlard, le monde merveilleux de Marauders'Calling. Tout d'abord, bon courage pour ta fiche de présentation de la part du staff ! Tu as d'ailleurs dix jours pour la faire, soit jusqu'au 17 novembre. Tu peux demander un délai à la fin de ces dix jours à condition d'avoir débuté ta fiche, nous demandons que la première partie soit remplie. Une fiche vide passera automatiquement en zone T.

Si tu as des questions, que tu es perdue ou que tu as envie de cookies, tu peux faire appel au staff ou aux membres ! Tu peux notamment demander un fléreur qui sera un parrain pour toi et t'aidera à t'intégrer et te guidera sur le forum. Si tu aimes les liens, tu peux en demander avant d'avoir fait ta fiche ! Certains joueurs en recherchent aussi, donc n'hésite pas à te proposer !

Enfin, concernant la validation, on essaie d'être le plus rapide possible, mais elle est soumise à deux lectures, celle d'un phoenix (admin) et d'un hibou (modérateur général). Ces deux lectures sont là à la fois pour s'assurer que rien ne nous échappe, mais aussi d'être juste ! N'hésite pas à passer sur la chatbox au cours de la création de ta fiche ou dans l'attente de la validation !

Bon courage pour ta fiche ♥️
Revenir en haut Aller en bas
ORDRE DE MERLIN (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 509
Célébrité : Jamie Dornan
Crédits : maquizz


MessageSujet: Re: Isidore Rosier - Nine lives, cat's eyes.    Ven 7 Nov 2014 - 19:32

Rebienvenue officiellement ♥️

Hâte de lire ton histoire, au vu de ton don et de ton patronus et des anecdotes bah...........je veux le reste !!!!!!!!!!! Enervé


Épouse-moi merde  !
Je ne demande pas la lune, juste ton cœur. Et puis après Paris hein...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hiboux envoyés : 191
Célébrité : Christian Bale
Crédits : /


MessageSujet: Re: Isidore Rosier - Nine lives, cat's eyes.    Ven 7 Nov 2014 - 21:54

Merci les chouchous !

J'espère que mon histoire vous satisfera, ohoui >< Elle a été dur et inteeense !


I'm a dragon, you're a whore. Don't even know what you're good for. Mimicking me is a fucking bore to me, but babe, lay me down tonight in my diamonds and pearls. Tell me songs at night about your favorite girl.


#A373C4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Isidore Rosier - Nine lives, cat's eyes.    Ven 7 Nov 2014 - 22:03

poto tu es encore là!
Lena frétille et Solveig tape dur xD
Revenir en haut Aller en bas
MANGEMORT
avatar
Hiboux envoyés : 104
Célébrité : Ashley Benson
Crédits : Sinnerwhisper


MessageSujet: Re: Isidore Rosier - Nine lives, cat's eyes.    Ven 7 Nov 2014 - 22:07

Han il est magnifique, je vais le manger Bave Excited

Re-Bienvenue Waw


Narcissa Black



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Isidore Rosier - Nine lives, cat's eyes.    Dim 9 Nov 2014 - 1:10



Félicitation ! Tu es validé
Pour bien commencer ton aventure




Ton perso gère de la fougère ♥️

Nous sommes attentifs à tout mais il nous arrive d'oublier des choses, il faudrait que tu passes dans ce sujet s'il te plaît : Pour ton métier. Je te recommande de faire ta fiche de liens, ton journal intime et ta boîte aux lettres avant de commencer à RP. On sait qu'il est parfois difficile de trouver des partenaires, pour cela, il y a un sujet de recherches de partenaires. Si tu as envie de participer aux diverses animations du forum (défis, concours, etc.) la section animation est l'endroit parfait. Et puis je te propose le flood pour bien faire connaissance avec tout le monde. J'espère sincèrement que tu te plairas sur le forum et si tu as des questions ou des suggestions, n'hésites pas à envoyer un MP à un membre du staff ou à poster dans le bureau des idées. Enfin, sur le forum nous avons un système de points qui est très important, pour en connaître l'enjeu n'hésite pas à jeter un coup d’œil ici.

Pas besoin de te faire le récap de tout, tu connais déjà !






Marauders' Calling
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: Isidore Rosier - Nine lives, cat's eyes.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Isidore Rosier - Nine lives, cat's eyes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARAUDERS' CALLING. :: Découvrons-nous :: Présentations. :: Fiches validées.-