Le jeu suit le cours du temps IRL. Nous sommes actuellement en Juillet 1981.

Partagez | .
 

 Plantes & Compagnies [PV Elya MacMillan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MANGEMORT (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 473
Célébrité : Ian Somerhalder


MessageSujet: Plantes & Compagnies [PV Elya MacMillan]   Mar 16 Déc 2014 - 22:31

Plantes & Compagnies
Elya L. MacMillan



Rodolphus déambulait d’un pas rapide et léger sur les pavés du chemin de traverse. Il se dirigeait avec aisance, évitant, de façon bien inconsciente, tous risques de collision avec un de ces sorciers impurs qui traînaient bien trop souvent à son goût dans cette rue. Heureusement la rentrée scolaire était passée depuis quelques mois déjà, on ne risquait donc plus de se heurter par mégarde à un futur élève de Poudlard. Mais il y avait toujours du monde ici. S’il n’avait pas fait beau et s’il n’avait pas été de bonne humeur, sans doute Rodolphus aurait-il préféré le transplanage à cette courte marche.

Il était finalement assez rare que ses courses conduisent le Lestrange au chemin de traverse. Il était déjà en soi très rare qu’il fasse ses courses lui-même, après tout c’était là le rôle des elfes de maison. Le sorcier commandait et les petites bêtes se dépêchaient d’exaucer sa prière. Et quand finalement, il devait se déplacer en personne, il avait généralement bien plus de facilité à trouver ce qu’il désirait dans les mystérieuses boutiques de l’allée des embrumes. Bref, quand Rodolphus venait sur le chemin de traverse, c’était qu’il y était obligé par une raison ou une autre.

Et cette raison aujourd’hui, était une question d’approvisionnement. Peter, le potioniste des mangemorts avec qui Rodolphus travaillait régulièrement, se trouvait légèrement embêté. Il lui était difficile de se procurer quelques plantes, ce qui menaçait de mettre son travail en retard, ce que jamais le maître ne tolèrerait. En principe, Peter pouvait se débrouiller seul pour avoir ce qu’il voulait. Il connaissait maintenant très bien le marché noir des différents ingrédients, ce qui permettait généralement de passer outre les éventuelles règlementations du ministère, dès lors qu’il s’agissait de mettre la main sur une plante aux effets particuliers.

Très récemment, Peter peinait à se procurer une plante bien précise. Bien sûr dans l’absolu s’il ne la trouvait pas, sans doute qu’il retravaillerait sa recette pour s’en passer, mais avant d’en arriver à cette extrémité, il fallait essayer tous les recours possibles pour s’en procurer. Hors le marché noir ne semblait pas actuellement en mesure capable de fournir la marchandise désirée. Il ne restait alors plus qu’à essayer les recours légaux.

Rodolphus arriva à destination et poussa la porte des entreprises MacMillan. Les serres de cette compagnie avaient pour réputation de receler des merveilles et les MacMillan, ou du moins une partie d’entre eux étaient réputés pour leur connaissance en botanique. C’était apparemment à eux qu’il fallait s’adresser si l’on cherchait la perle rare et que cette perle rare poussait dans la terre. Rodolphus était déjà client chez eux, mais c’était seulement la première fois qu’il se déplaçait en personne. Pour l’acquisition d’une plante rare, mieux valait que ce soit lui et non Peter qui réalise l’achat, parce qu’ayant le plaisir d’être riche, Rodolphus avait les moyens de s’offrir des choses couteuses, ce dont on douterait d’avantage de la part de Peter. Une excentricité de sa part attirerait bien moins l’attention.

Rodolphus se dirigea vers le comptoir et s’adressa immédiatement à la personne présente. « Bonjour, j’aimerai faire quelques achats et j’aurais aussi besoin de divers renseignements, à qui dois-je m’adresser ? » Le tout dans un sourire charmeur. Il se moquait bien de savoir s’il y avait d’autres personnes et si oui ou non il fallait faire la queue. Après tout, il appartenait à l’élite de la société magique.
© SleepingCookie pour Marauders' Calling


Dernière édition par Rodolphus Lestrange le Lun 9 Fév 2015 - 10:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ORDRE DU PHÉNIX
avatar
Hiboux envoyés : 43
Célébrité : Cher Lloyd
Crédits : me


MessageSujet: Re: Plantes & Compagnies [PV Elya MacMillan]   Mar 27 Jan 2015 - 16:48


       
Elya était installée derrière un bureau est attendais que le temps passe plus vite, son père devait la former à devenir la prochaine directrice de l'entreprise MacMillan botanique mais suite à un problème dans les serres, il avait du s'y rendre laissant sa fille seule dans ce vieux bureau où la seule chose qui était vivante était la plante qui se trouvais dessus.

< Tu as bien de la chance toi, ça doit être génial d'être une plante, on te donne de l'eau tout les jours et tu n'as rien d'autre à faire, mais qu'es-ce que je raconte, je deviens folle maintenant je parle à une plante >

La jeune MacMillan laissa tomber sa tête lourdement contre le vieux bureau en bois et échappa un petit «  aïe » , la journée ne pouvais pas être pire. Elle devait attendre qu'un client arrive dans l'entreprise, c'était à croire qu'aujourd'hui personne ne voulait l'aider à sortir de cet enfer, qu'es-ce qu'elle aurait aimer être dans les serres cette semaine, au moins là-bas il y avait toujours quelque chose à faire. Elya avait bien pensé à ranger tout les dossiers mais cette idée lui était déjà venue le matin.

< Et puis tu sais quoi petite plante, je vais te raconter ma matinée, pas très passionnante j'en ai bien peur mais ça fera passer le temps >

Flash-Back

La jeune Elya se trouvais dans les sous-sols de l'entreprise où étaient entreposés tous les dossiers des clients. Elle avait décidé de venir y faire un peu de rangement et elle avait bien eu raison car c'était un foutoir sans nom ici ! Des dossiers étaient posés sur des meubles, certains ne se trouvaient même pas dans la bonne étagère. Avec un peu de chance la jeune fille aurait fini avant l'heure du déjeuner. A l'aide de sa baguette elle fit plusieurs piles de dossiers avec les A, elle s'assit à même le sol et commença donc à trier les noms. Heureusement que la jeune femme était une sorcière cela allait beaucoup plus vite pour ranger les dossiers dans les étagères surtout celles du haut, n'étant pas très grande, elle aurait eu beaucoup de mal à l'atteindre.

Fin du Flash-Back

< Je vais arrêter de te raconter ma vie, de une tu en a rien à faire et de deux … bah … t'es une plante! >

La jeune fille s'était mise à hurler la fin de sa phrase, la solitude ne lui allait vraiment, mais alors vraiment pas, elle décida de se rendre à l'accueil en espérant pouvoir papoter avec l'une des hôtesse, peut-être même un client avec un peu de chance. Oui, décidément un client ce serait vraiment parfait, Ses yeux se mirent à pétiller à cette simple idée, que dis-je ? Cette MERVEILLEUSE et sensationelle idée.
Elle descendit les escalier pleine d'entrain, un sourire satisfait sur le visage, sourire qui disparu rapidement lorsqu'elle s'aperçut qu'il n'y avait personne à l'entrée,

< Salut les filles ! C'est pas très animé aujourd’hui hein ? On croirait qu'une pluie de ronflex cornus s'est abattu sur la ville>

Elle s'amusa toute seule de sa petite blague que son père lui avait racontée, les hôtesses lui firent un petit sourire timide, elle avait légèrement l'impression de les déranger mais n'en avait cure, elle s'ennuyait trop pour avoir des remords.

Une bouffée de joie s'empara d'elle lorsqu'elle vit que quelqu'un poussait la porte, elle afficha le grand sourire commercial qu'on lui avait appris à faire quelque mois plus tôt elle qu'elle maîtrisait à la perfection au plus grand étonnement de son père qui pensait qu'elle rechignerais    à afficher une expression joviale devant des clients imbus de leur personne.
Elle s'avança tout sourire donc vers la personne qui venait d'entrer dans le bâtiment, c’était un homme grand, brun, sur de lui.

< Bonjour Monsieur, bienvenu dans les entreprises MacMillan.>

Bonjour, j’aimerai faire quelques achats et j’aurais aussi besoin de divers renseignements, à qui dois-je m’adresser ? » >

Malgré le sourire charmeur qu'affichait l'homme, sa politesse, elle sentait qu'il n'avait pas l'air des plus commodes et vu la façon dont il fonçait, qu'il avait l'habitude d'obtenir un peu tout ce qu'il souhaitait, pas de chance ça ne serait pas le cas aujourd'hui, il faisait des demandes au-delà du domaine du possible, quel dommage ...

< Monsieur en ce qui concerne vos achats si vous n'avez pas commandé ça risque d'être difficile d'obtenir quoi que ce soit immédiatement, les stocks ne sont pas ici.
pour ce qui est des renseignements par contre vous êtes au bon endroit et je serais ravie de vous aider.
>

Elle attendit la réponse du jeune homme, car oui, il faisait toujours partit des personnes que l'on classe dans cette catégorie bien que plus âgé qu'Elya.




Vaut mieux être Belle et Rebelle que Moche et Remoche
Prenez garde à un homme qui demande un pardon ; il peut avoir si aisément la tentation d'en mériter deux !
- blackheart & crédits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 473
Célébrité : Ian Somerhalder


MessageSujet: Re: Plantes & Compagnies [PV Elya MacMillan]   Lun 9 Fév 2015 - 10:32



Rodolphus avait eu l’intention de faire les choses rapidement, or il semblait que cela serait impossible. En effet, les stocks ne se trouvaient pas ici. Voilà qui compliquait grandement la possibilité pour tout client de repartir avec les éléments désirés. Qu’importe, ce n’est pas comme si Rodolphus avait prévu de repartir avec une plante sous le bras. Non, il se ferait livrer évidement.

« Soit je me contenterai d’obtenir mes renseignements et de passer commande alors. » Le tout accompagné d’un sourire forcé.

Rodolphus n’y avait pas vraiment fait attention en entrant, mais maintenant qu’il jetait un œil sur le hall, il constata que le lieu était désert. Il n’y avait que trois jeunes femmes. Deux qui devaient être les réceptionnistes et celle qui lui avait répondu, qui d’ailleurs semblait être la plus jeune des trois.

« C’est vous qui comptait me répondre ? »

Oui c’était direct, et cela manquait sans doute de tact. Mais pour sa décharge Rodolphus devait bien admettre que la jeune fille faisait vraiment jeune, tout juste sortie de l’école ou de l’université peut-être. Elle ne devait pas cumuler beaucoup d’expérience jusqu’à présent. Et bien que Rodolphus ne pensait pas avoir beaucoup de questions compliquées, il préférait tout de même être certain d’avoir à faire à quelqu’un de compétent. Cependant il ne semblait pas y avoir beaucoup de monde dans les alentours. La jeune fille avait fait preuve d’assurance ce qui pouvait laisser espérer que ce n’était pas qu’une simple stagiaire. De plus elle n’avait pas laissé entendre qu’elle pouvait contacter un conseiller en vente pour s’occuper de sa demande, alors peut-être qu’elle saurait faire l’affaire. Oui, parce que Rodolphus avait déjà supprimé de la liste des possibilités les deux réceptionnistes, elles étaient là pour accueillir les clients. Leur rôle ne comprenait pas le fait de prendre en charge les attentes des visiteurs. Elles géraient peut-être les plannings des rendez-vous et assuraient le premier contact. Mais elles n'étaient pas des commerçantes. Enfin du moins de son point de vue à lui.

« J’imagine que vous avez un bureau convenable pour recevoir vos clients ? »

Il se retînt d’ajouter le mot important derrière client. C’était peut-être la première fois qu’il venait dans cette entreprise, mais au vu de la taille de son compte bancaire, il serait sans doute malvenu de ne pas le recevoir correctement. Et il était évident que Rodolphus n’apprécierait guère de faire la conversation dans l’entrée. Les gens lambda pouvaient peut-être se contenter de rester debout devant le comptoir de l’accueil pour avoir les réponses qu’ils désiraient, Rodolphus préférait de loin les entretiens privés.

Bien sûr d’un point de vue objectif, la jeune femme n’était pas censée le connaître. Aussi peut-être aurait-il dû se présenter afin de mettre en avant son nom et donc par là même l’importance de sa famille et sa position sociale. Mais bon soyons honnêtes, son attitude devait parler pour lui. A elle de voir si elle prenait le risque de le remettre à sa place (ce qui le contrarierait fortement) ou non. Il serait tellement plus judicieux pour elle de garder son calme. Après tous les clients insupportables devaient faire parti de son quotidien, il faut savoir faire des compromis dans la vie et souvent faire taire son amour propre était indispensable. Ce qui était comique avec Rodolphus, c'est qu'il ne s'appliquait jamais à lui même les conseils qu'il donnait aux autres. Il reprit :

« L’entreprise MacMillan Botanique est connue, vous en conviendrez aisément. Elle a une bonne réputation, c’est cependant la première fois pour ma part que je prévois de recourir à ses services. J’espère que l’on pourra m’éclairer sur ce que je recherche. »

Ce qu’il cherchait ? Deux, trois plantes, assez rares, qui en ce moment semblaient difficile à obtenir sur le marché noir. Mais Rodolphus n’entrerait dans les détails quand il serait installé convenablement. De plus s'il avait usé du verbe "prévoir", c'était bien parce qu'il voulait faire comprendre qu'il ne commanderait que s'il était satisfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Plantes & Compagnies [PV Elya MacMillan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Plantes & Compagnies [PV Elya MacMillan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» de l'utilisation des plantes...
» Dictionnaire de plantes communes et magiques
» Livre sur les plantes médicinales
» Contrats Bellerive et des Compagnies Dominicaines,un Crime de haute Trahison
» Elya pour le renom, et les primes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARAUDERS' CALLING. :: Londres :: Le Chemin de Traverse.-