Le jeu suit le cours du temps IRL. Nous sommes actuellement en Juillet 1981.

Partagez | .
 

 Soins en pleine nuit • Rhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ORDRE DE MERLIN (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 509
Célébrité : Jamie Dornan
Crédits : maquizz


MessageSujet: Soins en pleine nuit • Rhys   Sam 17 Jan 2015 - 23:58


Soins en pleine nuit.


Tout le monde était couché. Gaïa, épuisée par sa journée n’avait pas tardé après le repas. Quant à ma petite princesse je l’ai mise au lis, lui ai raconté une histoire et je l’ai regardé dormir quelques instants. Ce soir le travail m’attendait, je devais m’introduire chez un vieil homme qui n’avait pas toute sa tête, qui avait une fortune monstrueuse et qui n’appréciait pas vraiment son petit-fils. Ce dernier m’avait demandé de m’introduire chez lui et d’aller chercher les biens dans le coffre-fort situé dans le salon au rez-de-chaussée. A priori rien de particulièrement compliqué. Habillé en fonction de mon travail du moment, équipé de ma baguette et d’un petit sac sans fond j’ai déposé un dernier baisé sur le front de ma fille.

Je venais de me matérialisé non loin de la maison de cet homme. La rue était déserte, comme tous les autres soirs. Voilà une bonne semaine que je regardais son petit manège du soir, que je me renseignais sur tout ce que je pouvais. Je me pensais prêt à passer à l’action. En quelques enjambées j’ai traversé la route et me tenais devant le portail. Je suis finalement entré dans la petite propriété privée. Mais je n’avais même pas encore atteint la porte d’entrée que j’ai sentis que quelque chose n’allait pas. Je me suis retourné et j’ai vu des yeux dans la pénombre. Cet homme n’avait pas de sortilège particulier qui protégeait ses biens. Non, il avait mieux, nettement mieux. Je ne savais pas ce que s’était. Tout ce que j’espérais s’était que ce n’étais pas un Zectis…vous comprenez, j’en avais déjà croisé un lors de ma toute première mission pour l’ordre et je n’en gardais pas un très bon souvenir. Alors bon…si je pouvais éviter… Quoi qu’il en soit, je n’eus le temps de rien faire. Quelque chose fila dans ma direction et me blessa au bras. Le temps de réaliser que je subissais une autre lacération à la jambe cette fois. J’ai bien tenté de jeter des sorts pour me protéger, mais je n’étais pas assez concentré, rien ne sortait de ma baguette.

J’ai réussis m’échapper je ne sais absolument pas comment. J’ai transplané et je suis arrivé à Sainte Mangouste. Je crois que si je m’étais vu dans un miroir j’aurais eu peur, j’étais en piteux état. Mais à par des brûlures à certains endroits, je ne sentais pas les autres blessures. « S’il vous plait, j’ai besoin de soins. » Je venais d’intercepté une jeune femme qui étais vraisemblablement de garde à l’accueil. Elle me regarda horrifiée. En même temps un homme en piteux état en pleine nuit n’était pas forcément très rassurant. « Je vais prévenir un mage de votre arrivée. Premier étage s’il vous plait. » Elle m’indiqua une direction. Je crois que s’était une pente douce qui menait à l’étage du dessus. Je pris donc cette direction. Arrivé à l’étage, je cherchais de l’aide, mais je ne voyais pas grand monde. Et un homme est apparu. « S’il vous plait, aidez-moi. » Je me dirigeais vers lui.


Épouse-moi merde  !
Je ne demande pas la lune, juste ton cœur. Et puis après Paris hein...


Dernière édition par Eoghan I. R. O'Neill le Lun 2 Fév 2015 - 15:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ÉTOILE DU CENTAURE
avatar
Hiboux envoyés : 91
Célébrité : Colin Woodell
Crédits : lily


MessageSujet: Re: Soins en pleine nuit • Rhys   Dim 25 Jan 2015 - 15:02

Sa journée avait été longue, et terriblement épuisante. On lui avait demandé de rester de nuit, ces jours ci l’hôpital St Mangouste manquait cruellement d'effectif, et c'était pas de bol pour les médicomages comme lui. Et puis, il était gentil, alors il avait accepté. Si à la fin il pouvait être augmenté, c'était bénéfique pour lui. Il termina d’administrer les soins à une sorcière enragée. Quelle idée aussi d'élever des lutins. Et de les laisser prendre l'air dans sa propre maison de temps en temps... S'il avait bien compris, la pauvre femme avait terminé suspendu au lustre de sa cuisine pendant que les lutins surexcités s'attaquaient à ses nombreux chats. La pauvre avait été aussi mordu un peu partout, bref. L'histoire était drôle dans le fond, tout dépendait du point de vu.

On a besoin de toi Rhys, un homme attaqué par un je ne sais trop quoi...

Il leva les yeux au ciel. Un jour il serait entouré d'une équipe un minimum compétente. Et un jour peut-être, il aurait aussi un autre médicomage pour lui tenir compagnie. Il ferma la porte de chambre de la femme aux lutins et se dirigea ers le pauvre home, visiblement mal en point.

Venez, venez... Vous vous nommez comment ?

Il l'installa dans une chambre libre et alla chercher de quoi le calmer un coup. Il inspecta ses blessures quelques instants avant de froncer les sourcils. Bras et jambes lacérés. Un peu comme des griffures de chiens. Il se demanda si cet homme avait été attaqué par un Croup, un de ses chiens, crée par une procédure magique que l'on trouvait souvent au sud est de l'Angleterre. Certains sorcier expérimenté, parce que la créatures était tout de même dangereuse, en avait chez eux, pour protéger leur maison. Généralement ces créatures se montraient hostiles envers les moldus uniquement. Ils étaient bien souvent très fidèles à leur maîtres, et avait une fâcheuse tendance à les protéger coûte que coûte.

Restez calme, ça va aller. Ce n'est pas aussi grave que cela en à l'air. J'ai le truc qui va vite vous remettre sur pied.

Enfin, du moins, qui allait faire disparaître la douleur que devait ressentir cet homme. Ce fût tout sourire qu'il commença ces manipulations, se lança dans son interrogatoire. Il était en quelque sort obligé de le faire avec tout ces patients qui pouvait toujours communiquer. C'était l'étape essentiel pour mieux comprendre et ne pas faire fausse route lors des soins. En temps normal Rhys était bon dans ce domaine. Contrairement aux autres personnes de sa famille, il était assez ouvert et près à écouter les gens.

Je pense que la créature qui vous a fait ça est un Croup, j'ai déjà travaillé sur un cas avec cette créature et cela m'en a tout l'air. Vous... Vous en possédez un ?

En réalité il avait plus songé à quelque chose du style il avait du s'approcher un peu trop près du propriétaire de la bête et cette dernière n'avait pas aimé. Peu de Croup se retournaient contre leur maître.

Votre bras se remettra vite, en revanche, votre jambe aura besoin de plus de repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ORDRE DE MERLIN (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 509
Célébrité : Jamie Dornan
Crédits : maquizz


MessageSujet: Re: Soins en pleine nuit • Rhys   Sam 31 Jan 2015 - 15:45


Soins en pleine nuit.


Plus j’avançais en direction de l’homme qui venait d’apparaître, plus je sentais mes jambes trembler. Il désigna une pièce et m’invita à y entrer. Je ne me fis pas prier et je m’affalais sur le lit. Enfin ce truc bizarre qui servait pour les consultations. Il me demanda comment je me nommais. Je ne pouvais pas vraiment mentir ma fois. « Eoghan » Cependant je préférais éviter que mon nom de famille soit dévoilé. Et tant pis s’il ne pouvait trouver mon dossier. Je le vis froncer les sourcils en examinant mes blessures. Il me demanda de rester calme. Il commença à nettoyer mes blessures. Il me demanda si je possédais un Croup. Qu’est-ce que s’était encore que cette créature. Jamais entendu de ma vie…en même temps, je ne me rappelais pas avoir jamais écouté en cours à Poudlard. Je secouais la tête. « Non » Réponse simple et concise. Je sentais mes jambes me brûler. Le médicomage m’apprit que mon bras se remettrait bien mais ma jambe moins.

« Vous voulez que j’enlève mes vêtements pour que vous regardiez si j’ai d’autres blessures ? J’ai l’impression d’être en feu, des sensations de brûlures qui partent des jambes et vont partout. » S’était juste super désagréable. Même si je devais avouer que ce qu’il avait mis sur mon bras avait légèrement atténué la douleur, mais tout de même. Je me suis relever, je devais enlever ses vêtements, quoi qu’il dise, j’avais l’impression qu’ils m’enserraient au point de m’étouffer. J’ai retiré ma chemise et je n’ai pu retenir un gémissement. J’avais l’impression qu’on me déboîtait le bras et qu’on m’arrachait la peau, comme si elle avait fusionné avec mon corps. Finalement elle atterrit sur le sol et je me suis à nouveau assit sur le lit, je n’avais plus la force de continuer, ça m’avait épuisé. Vers l’évier, il y avait un miroir et je vis vaguement mon reflet dedans, je n’étais clairement pas beau à voir, j’avais de multiples lacérations un peu partout et il y avait beaucoup de sang, ou alors s’était juste très rouge.

Reportant mon regard sur le medicomage, je me pris à espérer qu’il puisse soigner tout cela très rapidement. « Une simple créature a pu faire cela ? Il me semblait avoir vu plusieurs yeux jaunes…c’est grave ? » Mais comment pouvait-il le savoir ? Il n’était pas avec moi après tout…mais d’un autre côté, en tant que medicomage, il avait probablement bien étudié toute la faune magique et il avait dû voir des cas assez particulier.


Épouse-moi merde  !
Je ne demande pas la lune, juste ton cœur. Et puis après Paris hein...


Dernière édition par Eoghan I. R. O'Neill le Lun 2 Fév 2015 - 15:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ÉTOILE DU CENTAURE
avatar
Hiboux envoyés : 91
Célébrité : Colin Woodell
Crédits : lily


MessageSujet: Re: Soins en pleine nuit • Rhys   Dim 1 Fév 2015 - 20:48

Vu sa tête il ne devait absolument pas connaître la créature dont il lui causait. Bon, il ne pouvait pas vraiment lui en vouloir en même temps, peu de gens s’intéressait au cours donné à Poudlard sur les animaux magique, ou alors ceux qui les suivait n'arrivait jamais à tout retenir, il fallait être un passionné. Il lui demanda s'il pouvait ôter ses vêtements, il lui répondit pas un simple haussement d'épaules. S'il se sentait mieux après... Après réflexion il se décida à observer d'un peu plus près le bras. Le sorcier avait bien raison, une seule créature ne pouvait pas être coupable de ça. Du moins, pas celle qu'il avait déterminé. A moins qu'elles soient plusieurs, ce qui était possible.

C'est fort probable qu'elles s'y soient misent à plusieurs... Vous avez dû les déranger dans une de leur tâche, en tout cas, vous vous trouviez sur leur territoire. Attendez...

Il lui fallait une autre trousse, parce que les griffures de l'homme étaient plus profondes qu'elles n'y paraissaient. Une sensation de brûlure disait-il ? Il leva un sourcils et ce pencha sur ce cas qui décidément, n'était peut être pas celui qu'il pensait au tout début.

C'est comme si vous aviez été empoisonné... Enfin je veux dire, que la bête, les bêtes qui vont ont fait ça ont du secréter du poison en vous griffant. Mais d'après ce que je sais, et j'en connais un rayon sur ces bestioles, un Croup ne fait pas ça.

Il revint d'asseoir près de son client. Cas qui se révélait de plus en plus intéressant. Ou alors ces Croups avaient été modifié, mais cette théorie semblait légèrement tiré par les cheveux. Les poisons le fascinaient depuis maintenant quelques années, et les cas d'attaque de créatures magiques aussi, dès qu'il pouvait étudier un patient qui en été victime d'un de ces deux cas, ou bien les deux, il sautait sur l'occasion. Finalement ce soir on avait bien fait de l’appeler en renfort.

Des yeux jaunes vous dites, vous avez pu apercevoir autre chose ? Tout les renseignements que vous pourrez me donner seront utiles.

Il lui appliqua une antidote au poisons courants, qui avait pour effet d'annuler tout les types de poisons. Les démangeaisons ne seraient plus là, peut être que les brûlures intérieurs se calmeraient. Quant aux griffures, c'était une autres paire de manche. Une infirmière entra, des boites de médicaments dans les bras, l'air essoufflé. Elle devait avoir pris l'escalier, il ne voyait aucune autre explication.

- On a besoin de vous pour un cas qui...
Je m'occupe de celui ci.
- Mais...
Mais rien du tout, je suis déjà occupé.
- Monsieur Peverell vous...
Dehors !


Rhys n'était pas un garçon méchant, loin de là. Mais il haïssait deux choses ici. Qu'on l'interrompe dans son travail et qu'on l'appelle « monsieur Peverell ». Il aimait oublier de temps en temps la famille dont il venait et les gens qui le nommait ainsi ne l'aidaient pas beaucoup. La porte se referma, un nouveau sourire s'afficha sur son visage comme si de rien n'était et il se pencha à nouveau sur son patient.

Vos plaies semble ne pas vouloir se refermer. J'avoue que je ne comprends pas... Est ce que vous brûlez toujours de l’intérieur Eoghan ?

Vu que c'était son prénom, et qu'il lui avait donné seulement son prénom, il se permettait de rappeler par ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ORDRE DE MERLIN (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 509
Célébrité : Jamie Dornan
Crédits : maquizz


MessageSujet: Re: Soins en pleine nuit • Rhys   Lun 2 Fév 2015 - 16:05


Soins en pleine nuit.


Certes, je souffrais, mais ce n’était pas la première fois. Alors j’avais pris l’habitude de ne pas hurler à la douleur et ne pas fondre en larme comme un petit enfant. Bon, peut-être que dans mon état montrer qu’on avait mal serait normal, mais je serais simplement les dents, espérant que ce medicomage ferait des merveilles. J’espérais aussi ne pas y laisser ma vie…se serait quand même dommage. Me trouver sur leur territoire…il ne pensait pas si bien dire vu que j’essayais d’entrer dans la maison de leur maître. Elles ne devaient pas être vraiment d’accord avec cette action. Mais ça…je ne pouvais pas le lui dire. J’avais l’impression qu’il redécouvrait mes blessures. Étais-ce rassurant ? Je ne saurais le dire. Mais en tout cas, je me demandais s’il connaissait bien son boulot. Bon, d’un autre côté, peut-être que du premier coup on ne voyait pas que les blessures étaient si grave, je voulais bien l’excuser pour cela si besoin.

Empoisonnement…autant lacérations, griffures, morsures, je n’avais rien contre, autant l’empoisonnement me faisait déjà un peu plus peur. Et si la créature était une mutation ou un croisement entre différentes créatures ? Peut-être que les medicomages n’auraient pas l’antidote adéquat et je serais contrait de mourir dans d’atroces souffrances ou de muter comme on pouvait le voir dans certains films moldu. Un croup ne faisait pas ça…il s’était donc trompé sur la créature. Voilà qui n’était pas très encourageant. Il me demanda ce que j’avais pu voir d’autres que les yeux jaunes. Il fallait que je me concentre, que je retourne au moment de l’attaque. Alors que je fermais les yeux pour essayer de me rappeler, la porte s’est ouverte sur une femme, sans doute un autre medicomage. Elle voulait me piquer mon soigneur, mais il refusa. Encore heureux, je crois que j’aurais fait un scandale dans cet hôpital.

Il me demanda si je brûlais toujours, je hochais la tête. « Je crois me souvenir de quelque chose de long et fin, dans les tons marron, s’était peut-être une queue, je crois que c’est avec ça que j’ai eu la plupart des blessures. » Je fermais les yeux, il y avait autre chose. Forcément. Et soudain, ça me revient. « Une créature a sauté dans mon dos. Elle était plus petite que les autres, il y avait ses pattes sur mes épaules et les autres au bas de mon dos. C’est lorsqu’elle est venue que j’ai commencé à brûler. » Ce met était complètement barge. Il possédait plusieurs créatures différentes et elles étaient très certainement totalement interdites.

Ouvrant les yeux j’ai regardé ce que faisait le medicomage sur mes plaies et j’ai posé une question qui, pour moi s’avérait logique, mais qui était peut-être en fait totalement stupide. « Est-ce qu’un accio sur le poison pourrait fonctionner ? » Recevoir une question de ce genre par l’homme qui était sans doute le moins doué en sortilège du monde magique avait tout de même quelque chose de risible, mais sait-on jamais. « Vous ne pensez pas qu’il aurait…pondu des œufs dans mon corps ? » Merci une nouvelle fois les films moldu. Impossible de me souvenir pourquoi j’avais regardé tout cela, mais une chose était certaine, ces moldus avaient vraiment beaucoup d’imagination.


Épouse-moi merde  !
Je ne demande pas la lune, juste ton cœur. Et puis après Paris hein...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ÉTOILE DU CENTAURE
avatar
Hiboux envoyés : 91
Célébrité : Colin Woodell
Crédits : lily


MessageSujet: Re: Soins en pleine nuit • Rhys   Lun 23 Fév 2015 - 9:26

(je suis archi désolée du retard x_x)

Il avait eu des hauts et des bas dans sa carrière. Ne pas arriver à sauver quelqu'un, cela arrivait forcément dans la vie d'un médicomage comme lui, qui soignait ce type de choses. Une fois un de ses patients avait succombé à ses blessures. Enfin, pour être plus précis, le pauvre homme avait été empoisonné jusqu'au sang, les medicomage avait beau eut tout faire pour les soigner, il avait sombrer dans une folie impossible et avait fini par se donner la mort alors que l'équipe avait tourné le dos. Un échec comme ça, il était dur pour Rhys de l'oublier. Alors non, il ne se passerait pas la même chose avec Eoghan, hors de question. Reproduire ses erreurs n'était pas son genre. Évidement il se garda bien de raconter tout cela à son patient, ce n'était pas vraiment le genre de chose qu'un homme dans son état souhaitait entendre.

Plus il l'écoutait, moins il avait l'impression d'être allé en classe, et d'avoir suivit des cours sur les créatures magiques, les sortilèges et les potions. Un accio sur le poison ? En voilà une drôle d'idée. Il lui fit non de la tête, et rigola à sa phrase suivante. Lui, il se faisait des films. Ce n’était pas le genre de créature à pondre des œufs dans le corps d'une victimes, encore vivante, du moins.

- Non, là dessus vous ne craignez rien.

Il avait beau chercher, essayer de coller le portrait de la créature que l'homme venait de lui faire rien ne collait. Bon sang mais où était-il allé chercher ça ?

- Vous êtes un nouveau cas unique mon cher. J'avoue en jamais avoir eu ça avant !

Le ton était un peu enjoué dans le fond, mais il fallait avouer que tout ce qui était nouveau mettait Rhys de bonne humeur, même à une heure pareille. Il refusait de se l'avouer, mais il fallait bien qu'il demande des renforts un jour ou l'autre à l'un de ses collègues. Ses collègues qu'il aimait tant... Non pas encore, il pouvait gérer ça tout seul.

- Vous étiez où quand tout cela s'est déroulé ? Forêt, campagne, jardin, chez vous... ?

Il regarda encore une fois les lacérations, cherchant le pourquoi du comment. C'était toujours ça dans son métier. Comprendre, analyser puis chercher un remède. Rien à dire, ses plaies devenaient franchement pas agréable à voir, et Rhys avait beau appliqué tout ce qu'on lui avait apprit durant ces cours, rien n'y faisais. Se sentir aussi inutile le faisait enrager intérieurement. Mais enfin, où ce gars était-il partit se fourrer bon sang ?

- Au cas où cela dure plus longtemps que prévu, vous avez quelqu'un que l’hôpital puisse contacter ?

D'accord, les paroles du jeune homme n'étaient pas des plus rassurantes. Mais vu comme c'était partit, ils allaient y passer la nuit, il préférait être prévoyant. Il continua d'appliquer ses remèdes frénétiquement, remarquant qu'une des plaies réagissait plutôt bien à un des traitements. Si on ne faisait pas de tests de toute façon, on arrivait à rien. C'était comme ça après tout que les hommes arrivait à découvrir de nouveaux remèdes, en testant, non ?



ART IS MORE VIOLENT THAN REALITY.
Le trépas vient tout guérir, mais ne bougeons d'où nous sommes. Plutôt souffrir que mourir, c'est la devise des hommes. Jean de La Fontaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ORDRE DE MERLIN (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 509
Célébrité : Jamie Dornan
Crédits : maquizz


MessageSujet: Re: Soins en pleine nuit • Rhys   Ven 6 Mar 2015 - 12:23


Soins en pleine nuit.


Il fallait tout de même avouer que j'étais inquiet. Je n'avais pas vraiment envie de passer l'arme à gauche à cause d'un cambriolage qui avait mal tourné. Du coup je lui avais sorti tout ce qui me passait par la tête, même ce que les moldu pouvaient inventer. Mes questions eurent le mérite de faire rire le medicomage et de me détendre un peu. Je ne risquais pas de subir une invasion de créature, voilà au moins ce qui était intéressant. Cet homme devait penser que j'étais un fou échappé de l'asile lors de son attaque...en même temps au vu de ce que je lui racontais, je pouvais tout à fait comprendre.

Malheureusement notre discussion prit une tournure un peu plus embêtante pour moi. Il me demanda où je me trouvais lors de cette attaque. Voilà qui était problématique. Si je lui disais la vérité, je risquais de me trouver enfermer quelque part pour tentative d'effraction, vol, meurtre, kidnapping et j'en passe. Cependant si je lui mentais je risquais d'y laisser ma peau parce qu'il ne pourrait pas savoir exactement ce qui m'avait attaqué. Je choisis une petite feinte. La vérité enrobée de mensonge. « Est-ce vraiment important ? » J’essayais de me reprendre histoire de faire passer les choses au mieux. « Je veux dire, qui en sera au courant ? Parce que c’est un peu...délicat. » Je voyais bien à sa tête qu’il n’était pas vraiment satisfait et de toute manière, je devais lui dire au moins une part de la vérité. « En fait...j’étais dans un jardin. Je me rendais chez...une charmante femme...seulement voyez-vous, son mari n’est pas vraiment au courant...enfin il est possible qu’il se doutait de quelque chose et aurait mit ses créatures en sachant que je pourrais passer...d’habitude ils n’y étaient pas, alors je ne me suis pas méfié... » Voilà qui était presque la vérité. Les autres fois où je venais guetter, ils n’étaient pas là. Mais peut-être avais-je laissé des traces de mes passages et il s’était douté de quelque chose et les avaient lâché dans le jardin histoire d’être certain de ne pas être cambriolé. Pauvre de moi.

Le mage souleva ensuite la question de contacter un proche. J’avais bien une personne en tête, mais s’était juste impossible, elle ne comprendrait pas et me ferait une scène pas possible. « Oublions déjà ma femme...elle me ferait une scène pas possible. » Qui d’autre pourrait être prévenu ? Je ne voyais personne. Ce n’était pas la peine d’inquiéter mes sœurs, de toute manière elles ne pourraient rien faire à part s’inquiéter. « Non, il n’y a personne que l’on pourrait prévenir. Ce n’est pas la peine qu’ils s’inquiètent tous si au final je vais bien. » Je me suis repositionné un peu plus confortablement sur le lit d’examen. Après tout si j’allais y passer la nuit, autant que je sois à l’aise. « Avez-vous un antidouleur ou quelque chose qui puisse s’y rapprocher ? Histoire de rendre la sensation de brûlure plus supportable ? » Parce que oui, je ne me plaignais pas vraiment, mais ça ne signifiait pas que je n’avais pas mal.

Il fallait faire un peu la conversation, j’espérais en revanche que ça ne le déconcentrerait pas trop. « Vous savez, je me suis fais attaquer par un Zectis une fois... » Alors oui, on s’en fichait. Mais d’un autre côté j’avais du prendre un antidote afin d’éviter de finir pétrifié et même mort. « Une Peverell m’accompagnait, votre sœur peut-être ? » Alors oui, il m’avait donné son prénom et pas son nom. Cependant une de ses collègues, tout à fait charmante pour être honnête l’avait appelé ainsi. Donc j’en déduisais que s’était probablement son nom...sauf s’il utilisait un faux nom pour une raison ou une autre et dans ce cas je faisais totalement fausse route. Cependant si je lui avais demandé si s’était sa sœur, s’était du hasard total. Se pouvait être une cousine proche ou éloignée ou que sais-je. « Il me semble que son prénom commençait par un a...mais ça doit bien faire une année maintenant, si ce n’est plus...ma mémoire me fait un peu défaut je pense. » Encore du blabla inutile. Au moins, ça comblait un peu les vides pendant qu’il se creusait la tête à essayer de me guérir.


Épouse-moi merde  !
Je ne demande pas la lune, juste ton cœur. Et puis après Paris hein...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ÉTOILE DU CENTAURE
avatar
Hiboux envoyés : 91
Célébrité : Colin Woodell
Crédits : lily


MessageSujet: Re: Soins en pleine nuit • Rhys   Mer 18 Mar 2015 - 11:51

- Nous préférons, oui, mais ne vous inquiétez pas, nous sommes des professionnels. Ce que vous dites ici, restera ici. Nous ne donnons pas les raisons des venues de nos patients à n'importe qui, sauf si bien sûr, vous trempez dans des histoires pas nettes.

Mais il n'avait pas vraiment l'air de ce genre de type, ou alors il le cachait plutôt bien. Oui, il voyait difficilement en lui un criminel. Alors tout ça c'était pour une femme ? Parfois Rhys se félicitait de ne jamais ressentir ce type de chose pour les gens. Les femmes encore moins, il n'avait jamais su les comprendre, ni les aimer comme le faisait tout les hommes. Il ne retint pas son sourire. Son métier qui en apprenait des belles tout les jours. C'était des cas comme ça qu'il adorait raconter à sa mère le soir en rentrant, tout en gardant l'anonymat du client, bien évidement. Cela la faisait toujours rire, les gens qui se mettaient dans des position pas possible et qui avait bien du mal en à en sortir par la suite. Alors il évoqua sa femme. Ce type était marié ? Et il allait voir une autre personne en cachette ? Trop compliqué, voilà pourquoi la vie de couple l'effrayait tout bêtement, elle était faite d'obstacles, et tout ça le rebutait. Il haussa les épaules, s'il ne voulait prévenir personne, c'était son choix. Après tout, il pouvait comprendre, après ce qu'il venait de lui raconter, narrer la situation à sa femme serait sans doute assez complexe. Il lui donna l'anti douleur qu'il réclamait, se félicitant d'être tombé sur un patient aussi patient. Ses blessures étaient en train de cicatriser, mais cela allait prendre du temps. Et il lui parla d'une Peverell. Voilà qu'il lui tapait la causette à présent. Au moins, i oublierait peut-être durant quelques instants la douleur à sa jambe. Pendant quelques seconde sil pria pour qu’il ne fut pas l'un des nombreux gars avec qui sa sœur était sortit, ou un de ses amis tout bêtement. Et malheureusement, il évoqua l’hypothèse de la sœur.

- Ma mère se prénomme Agatha. Mais je pense que niveau âge, ça ne colle pas.

Et que serait aller faire sa mère avec ce type ? Très bonne question. Il tenta l'autre hypothèse, à tout hasard. Après tout, se faire attaquer par une créature magique était tout à fait le genre de sa sœur. Elle avait comme lui, une malchance incroyable.

- Poppy est ma sœur, c'est peut-être elle que vous avez rencontré. Généralement, les gens ne l'oublie pas facilement.

Impossible de ne pas distinguer cette vieille rancœur qu'il y avait toujours entre eux. Il était incapable d'en parler sans serrer des dents, ou lever les yeux au ciel. Même loin de lui, elle arrivait à le poursuivre partout où il était.



ART IS MORE VIOLENT THAN REALITY.
Le trépas vient tout guérir, mais ne bougeons d'où nous sommes. Plutôt souffrir que mourir, c'est la devise des hommes. Jean de La Fontaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Soins en pleine nuit • Rhys   

Revenir en haut Aller en bas
 

Soins en pleine nuit • Rhys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Débarque en pleine nuit [PV Ninon et JB]
» Une caniche de 3 ans + 5 chiots abandonnés en pleine nuit 55
» un pleine nuit...
» En pleine nuit
» Agresement en pleine nuit....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARAUDERS' CALLING. :: Londres :: Ste Mangouste. :: Hôpital.-