Le jeu suit le cours du temps IRL. Nous sommes actuellement en Juillet 1981.

Partagez | .
 

 Notre première rencontre • Sirius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ORDRE DE MERLIN (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 509
Célébrité : Jamie Dornan
Crédits : maquizz


MessageSujet: Notre première rencontre • Sirius   Lun 2 Fév 2015 - 16:39

« Notre première rencontre. »
été 1978.

La nuit dernière était une erreur. Une erreur monumental, un truc de fou qui n’aurait jamais, mais alors vraiment jamais dû se passer. Surtout, pas un mot à Gaïa, sans quoi elle me ferait arracher la tête, s’en était fort probable. Quel caractère elle avait celle-là ! Bref, revenons à nos moutons. J’étais assis, dans mon bureau, les mains tapotant le vieux bois. Je ne savais pas vraiment quoi faire du jeune homme qui me faisait face. Il se trouvait que ce jeune homme m’avait vu cambrioler la boutique de l’herboriste du chemin de traverse. Le pire peut-être, s’était qu’au lieu de me dénoncer ou de crier au vol, il était venu me prêter main forte. Il ne se débrouillait pas trop mal, je devais quand même le reconnaître, mais il était dangereux pour moi de le laisser partir à présent. Pire encore, je l’avais ramené chez moi. Je me demandais vraiment ce qui m’était passé par la tête hier soir lorsque j’avais transplané avec lui.


Il était sage tout de même, il ne semblait pas particulièrement inquiet de se trouver dans cette maison, un peu prisonnier tout de même. Peut-être que je ne lui faisais pas peur…en même temps je ne devais pas faire peur à grand monde. Je devais plus tirer sur le clown ou le débile de service, va savoir. Finalement j’ai décidé de prendre la parole et tâter un peu le terrain. « Comment est-ce que tu t’appel jeune homme ? » Commençons par le basique tout de même, les présentations seraient une bonne chose. Et puis savoir son nom pouvait m’apporter du pouvoir sur lui. Après tout avec le temps j’avais créé mon petit réseau et j’avais de l’influence sur pas mal de choses. « Autre question, pourquoi m’aider hier au lieu de partir en courant et prévenir la sécurité magique du cambriolage qui était en cours ? » Après tout, connaitre ses intentions était également une bonne chose. Je souhaitais en savoir le plus possible sur lui, le comprendre serait mon atout majeur.


Épouse-moi merde  !
Je ne demande pas la lune, juste ton cœur. Et puis après Paris hein...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ORDRE DU PHÉNIX
avatar
Hiboux envoyés : 142
Célébrité : Ben Barnes
Crédits : jesaispasencore8D


MessageSujet: Re: Notre première rencontre • Sirius   Lun 2 Fév 2015 - 19:48


« T'as dans le sang, hein ? La filouterie, l’adrénaline… Tu voudrais le monde sans être à lui ? »
Eté 1978.



En général, je suis quelqu’un d’assez à l’aise. Je me sens rapidement chez moi et si ça ne suit pas, je me tire. C’est comme ça avec moi, ça passe ou ça casse et tu le comprends en un regard. J’estime qu’on a pas le temps pour les emmerdeurs. On n’a qu’une vie, une trop courte, alors on vit. On vit à cent à l’heure pourvu qu’on se sente vivant. J’ai toujours été comme ça… c’est pour ça qu’on m’aime, non ?


Eh bah là, c’est pareil. Je me sens chez moi. Je me sens à ma place. Pas jugé, ou pas comme une menace, au moins. Je fais des trucs de dingue… comme de poursuivre des voleurs, par exemple. Les poursuivre comme un chiot qui a trouvé la bonne personne pour lui ouvrir la voie et, comme un chiot, j’ai oublié mes acquis. J’ai pensé que le chemin était le bon et pourtant… ouais, j’avais aidé un voleur. Je n’avais pas honte. Tu la connais l’adrénaline que tu ressens en bravant l’interdit ? Il faut vivre pour la ressentir, l’embrasser, palpiter. Frissonner et être fiévreux à la fois… J’avais suivi ce type, ivre de vie. Fou et irresponsable comme si j’avais de nouveau eu quinze ans.


Il me regarde, assis de l’autre côté du bureau. J’ai les mains jointes entre mes cuisses, un sourire naïf aux lèvres, mais ce n’est pas de l’idiotie. Je suis à l’aise. Je suis détendu. Je n’ai rien fais de mal…
« Comment est-ce que tu t’appelles jeune homme ? » « S… » Le son file à peine, vif, il chuinte un instant entre mes lèvres avant de s’éteindre. A t-il vraiment besoin de savoir ? J’en sais rien. « Sniffle. » J’esquisse un sourire et balaye doucement la table d’une poussière qui ne s’y trouve pas. « Pour l’instant, je serais Sniffle. » J’étais peut-être fou, et je mettrais ça sur le compte de mon sang qui était salement atteint, mais j’avais un semblant de bon sens qui palpitait encore. On n’était jamais trop prudent, non … ? Je n’avais pas des amis partout après tout… Bien qu’il m’en doive une.
« Autre question, pourquoi m’aider hier au lieu de partir en courant et prévenir la sécrété magique du cambriolage qui était en cours ? » Je hausse un sourcil et laisse échapper un rire amusé. « Sérieusement, j’ai l’air d’être sage ? » Je baisse les yeux sur ma dégaine. « Mon jeans est troué, j’ai les genoux crasseux, du cambouis sur les mains et mes cheveux balaye mon blouson en cuir… Et… » J’attrape mes cheveux pour les renifler. « Je sens le clébard mouillé. » Ceci étant dit, les choses sérieuses allaient pouvoir commencer.


Je me mets plus à l’aise avant de commencer. Je dois avoir l’air plus qu’insolent à prendre mon temps. Me lever, ôter mon blouson, passer une main dans mes cheveux emmêler et me rassoir. Prendre de nouveau le temps de plier ma jambe, une cheville sur le genou et de savourer ma position. Là. J’étais bien. « Entre nous, Chipeur… Je t’appellerais Chipeur pour l’instant ! J’ai besoin de me sentir utile… J’ai arrêté mes études après Poudlard, j’ai pas voulu continuer. Je voulais être libre… N’appartenir à personne et surtout, être redevable. J’crois pas que je sache faire beaucoup de chose à part des crasses et des bêtises… » Je passe une main sur ma nuque en l’observant entre deux mèches de cheveux trop longues. « Toi aussi, n’est-ce pas… ? Je le connais ce regard… » Je m’en fiche d’être rentre dedans… Je suis comme ça. « T’as ça dans le sang, hein ? La filouterie, l’adrénaline… Tu voudrais le monde sans être à lui ? » Je marque une pose, enfin et l’observe patiemment. « Je t’ai aidé parce que j’ai su que c’était le bon choix. On reconnait ceux qui sont comme nous… C’est le flair. » Je touche alors ma truffe… Enfin mon nez.





Dernière édition par Sirius Black le Mar 3 Fév 2015 - 12:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ORDRE DE MERLIN (& staff)
avatar
Hiboux envoyés : 509
Célébrité : Jamie Dornan
Crédits : maquizz


MessageSujet: Re: Notre première rencontre • Sirius   Lun 2 Fév 2015 - 23:38

« Tu m'as l'air d'un brave gars tu sais. »
été 1978.

J’essayais de garder mon sérieux, histoire de faire mature et de cadrer un peu les choses. Mais à la façon dont il me parlait, comme il se comportait, tout me replongeait dans mes souvenirs et j’avais l’impression de me voir il y a tant d’années, après mon renvoi de Poudlard. Il ne me donna pas son véritable prénom. Je pouvais au moins savoir qu’il possédait du bon sens. Moi-même je ne le donnais jamais lorsque je me faisais pincer pour une raison ou une autre. Avec un simple prénom il était tellement simple d’en savoir plus sur son interlocuteur. Il rit et je me détendis. Il semblait prendre les choses avec un calme vraiment phénoménal. Je l’écoutais parlé de sa tenue et je me surpris même à esquissé un sourire lorsqu’il parla de l’odeur de ses cheveux.


Je ne prononçais rien d’autre pour le moment que mes deux questions, je l’observais pendant qu’il se mettait à l’aise. Je n’avais rien contre, aussi je le laissais faire. Je me suis moi-même appuyé contre le dossier de mon fauteuil, attendant patiemment qu’il trouve une bonne position et commence à parler. Ses premiers mots firent revenir le sourire sur mes lèvres. Ce gamin était plutôt intéressant, je devais l’avouer. Petit à petit, ses mots se mirent à résonner en moi. Être libre, ne rien devoir aux autres, ne rien savoir faire d’autre, tout ceci me parlait tellement. J’avais dû vivre seul, à l’aide de mes quelques compétences dès mes quinze ans. C’est drôlement jeune pour un enfant de devoir se débrouiller à cet âge-là. Lui en revanche avait terminé ses études. J’avais plus l’impression qu’il ne savait pas dans quelle direction se tourner, plutôt que de vouer sa vie au crime comme je le faisais.


Il fit une pause, il m’observait tout comme je le faisais. Il avait tout comprit. J’étais totalement comme lui. Du moins, je l’avais été et à présent j’essayais de trouver quelque chose de plus stable. Je ne cambriolais que lorsque les mois étaient difficile ou si j’avais besoin de quelque chose de particulier. Ça se faisait de plus en plus rare, les contrats ces temps avaient de bonnes primes. Vouloir le monde sans être à lui, s’était totalement ça, tout avoir, mais ne jamais dépendre de personne et ne rien devoir aux autres, la liberté totale sur ma vie, mes envies et mes agissements. J’eus finalement le droit à une réponse de sa part sur le pourquoi de la chose. Le bon choix. Je ne sais pas si pour lui s’était vraiment le bon choix, mais je me dis que finalement, je ne regrettais pas trop son geste.


Je me suis penché en avant et j’ai légèrement plissé les yeux, cherchant s’il pouvait me cacher quelque chose. « Tu as tout à fait raison, j’ai été comme toi après m’être fait renvoyer de Poudlard à seize ans. J’ai cherché quoi faire et surtout comment survivre et la seule chose que j’ai trouvé c’est le vol. » J’ai préféré éviter de parler de mes compétences minimes en magie. Autant éviter qu’il ne décide de me réduire en carpette et changer d’avis sur la dénonciation. « Mais depuis, j’ai évolué. J’ai appris à cibler qui je volerais et ne jamais prendre à ceux qui n’avaient pas largement les moyens de combler le vide que j’avais laissé. » S’il souhaitait continuer dans cette branche, autant qu’il comprenne que j’avais des règles. « Alors certes, les riches sont ceux qui peuvent causer le plus d’ennuis, mais ils rapportent surtout très gros. » Je fis un petit sourire. « Il faut avoir le flaire et savoir s’arrêter quand c’est nécessaire. » S’il avait un aussi bon nez que ça, il devrait apprendre à s’en servir pour se protéger.


Je me suis remis à tapoter le bois du bureau, tout doucement. « Tu es certain que c’est ta voie ? Toi qui à terminer tes études, trouver un travail quelconque ne devrait pas t’être bien compliqué. Et tu peux trouver quelque chose qui te donnera de l’adrénaline toute en t’assurant une sécurité salariale et sociale, les voleurs ne sont pas bien vu. » Je cherchais à savoir s’il était vraiment motivé. Après tout, je pouvais peut-être l’aider s’il le fallait, mais je l’encouragerais d’abord à partir dans un autre métier. De un parce qu’il me prendrait mes proies et de deux parce que ce n’était pas sécurisé du tout.



Épouse-moi merde  !
Je ne demande pas la lune, juste ton cœur. Et puis après Paris hein...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Notre première rencontre • Sirius   

Revenir en haut Aller en bas
 

Notre première rencontre • Sirius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Notre première mission! [Anna, Hayashi, Silver]
» La première impression est toujours la bonne ... [Maddy ♥]
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Notre alimentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARAUDERS' CALLING. :: Le monde :: Autres époques. :: Retourneur de temps.-