Le jeu suit le cours du temps IRL. Nous sommes actuellement en Juillet 1981.

Partagez | .
 

 Rosario × Whomping Willow. (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ÉTOILE DU CENTAURE
avatar
Hiboux envoyés : 91
Célébrité : Colin Woodell
Crédits : lily


MessageSujet: Rosario × Whomping Willow. (terminé)   Mer 4 Fév 2015 - 19:38

Whomping Willow

Rosario Δ Rhys


« Montre moi à quel point tu es courageux petit frère... »
« Arrête Poppy, je ne me dois pas de te prouver quoi que ce soit... »

Elle croisa les bras sur son torse, même sans sa bande d'amis elle avait quelque chose d'effrayant. C'était peut être ses yeux, aussi clair que les siens, trop perçant sans dote. Ou alors ce crayon noir qui les soulignaient, et qui lui donnait un air plus que sévère. Et pourtant elle était sa sœur. Peut importe, elle faisait peur, encore plus quand elle sortait d'un mauvais cours de potion, visiblement.

«  Si tu veux que je fasse tes devoirs, t'as qu'à me le demander, mais je rentrerais pas dans c'trou. »
«  Oh que si ! »

Ce qu'elle pouvait être bornée. Et complètement barrée aussi. Oui, Rhys aurait pu fuir, mais elle l'aurait traité de lâche pendant des semaines. Pourquoi ne voulait-elle pas tout simplement qu'il lui fasse ses devoirs comme en temps normal ? Et dire qu'il connaissait tout le programme de son année, rien que pour avoir une longueur d'avance sur elle. Elle l'empoigna par le col, visiblement sa technique de rester faire face et négocier n'était pas la bonne.

« Je... Je dirais tout à maman... »
« Mais arrête de te cacher derrière mère... T'as seize ans mon gars ! »

Et paf, elle le jeta en arrière. Le temps qu'il sorte sa baguette, il était trop tard. Il y avait bien une chose pour laquelle sa sœur était douée, c'était d'agir en vitesse. Et elle en perdit pas une seules secondes avant de l'enfermer vite fait bien fait dans un endroit qui lui était totalement inconnu. Il resta planté là, dans le noir pendant quelques instants. Et maintenant ? Elle voulait voir s'il allait se mettre à pleurer ? Elle pouvait toujours aller se faire voir, Rhys ne pleurait jamais.

Il était en larmes. Les Lumos à la chaîne, c'était insupportable, alors il avait arrêté. La dernière fois qu'il avait regardé sa montre, il avait comprit que cela faisait deux heures qu'il y était. Oh elle devait jubiler de son côté. Était-elle toujours là, derrière la porte ? Elle avait peut être appelé ses potes pour venir voir le spectacle, c'était tout elle ça. Il s'était assit en tailleurs, se séchant les joues de temps à autre. Bon, et maintenant ? Il n'avait pas osé avancer, sait-on jamais ce qui se trouvait ici. Après avoir joué à faire tenir sa baguette en équilibre sur ses doigts (activités très palpitante quand on était coincé seul et dans le noir depuis des heures), chantonné des airs de chansons moldus qu'il avait apprit avec sa mère (elle avait un faible pour les chansons moldus mais ne le criait pas sur tout les toits) Rhys se tournait vraiment les pouces. Les pleurs avaient un peu cessé, mais l'angoisse était toujours là. Et la lumière fût. Non, elle ne provenait pas de sa baguette, mais de celle de quelqu'un d'autre. Il passa une main sur ses yeux. Il y avait quelqu'un d'autre ici ! Il resta recroquevillé dans son coin. « Poppy si c'est toi et tes potes, je te jure que... » Que rien du tout en fait, il ne faisait absolument pas le poids.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rosario × Whomping Willow. (terminé)   Ven 6 Fév 2015 - 12:05

Poudlard, septième année de Rosario.
Ses pas résonnaient dans les couloirs de pierre de l'école tandis qu'il courrait. C'était une belle chose qu'il avait dérobé, un objet sans grande valeur mais qu'il saurait revendre au premier crétin venu. Ces derniers ne manquaient pas dans le château, ce qui était clairement une aubaine pour l'apprenti arnaqueur que Rosario se plaisait à être. Mais dans l'immédiat, il lui fallait surtout échapper au concierge qui déambulait dans le coin. Rosario revenait vers son dortoir, dans les cachots, très fier de lui, quand l'ombre du gardien s'était sournoisement glissée devant lui, lui faisant rapidement comprendre que rentrer se coucher ne serait pas une priorité pour l'instant. Alors le Serpentard était simplement parti en courant. Là, comme ça, dans la seconde. Il savait qu'il avait fait du bruit et que le concierge l'avait sans doute entendu, le prenant instantanément en chasse, et la partie qui venait de débuter... Disons que si Rosario connaissait le château comme sa poche, il en allait de même pour ce type qui y travaillait depuis des années. « Où es-tu, mon chaton, je sais que tu traînes quelque part ici... » La voix doucereuse, incroyablement proche, manqua d'arracher un hurlement au petit chenapan qui se rua dans l'ombre d'une statue. Il venait juste de disparaître derrière une sorcière de pierre accompagnée de son chien quand le concierge apparut, une lanterne à la main. Rosario retint une nouvelle flopée de jurons. « Je sais que tu es là... » Sans la menace d'être collé chaque samedi jusqu'à la fin de l'année, le Serpentard lui aurait bien répliqué que jouer le numéro du concierge flippant, ça allait bien avec les petits premières années et qu'arrivé un moment, il fallait songer à arrêter, mais il tint soigneusement sa langue.

Et puis l'idée du siècle. Ou du moins ce qui aurait pu le devenir s'il avait eu un peu plus de chance dans la vie. Alors qu'il se pressait contre la statue de la sorcière, sa main rencontra un caillou. Rapide réflexion, et le morceau de pierre s'envola soigneusement, décrivant un arc parfait... avant de cogner brutalement le sommet du crâne du gardien. Oups... « Je sais que tu es là, mon petit, et tu vas te retrouver avec tant d'heures de colle que tu finiras par crever sur place. » Toujours aimable, mais Rosario ne se laissa pas démonter. Comment dire que ce concierge, il le faisait tourner en bourrique depuis son arrivée il y a sept ans ? Un second caillou s'envola – son but premier n'était pas d'assommer le pauvre homme, c'est promis, c'était simplement une erreur de parcours comme il en arrive tant – et passa cette fois-ci bien au-dessus de la carrure imposante du concierge. Le fragment de roche rebondit contre un mur, à l'autre bout du couloir, et le gardien tourna vivement la tête avant de s'éloigner en trottinant. Sauvé. Plus ou moins. Quittant sa cachette de fortune, l'apprenti cambrioleur se glissa dans une cour intérieure du château pour gagner une autre aile. Il passa devant une succession de classes et trouva ce qu'il cherchait. Le passage secret n'était connu que de quelques élèves, ne figurait sur aucune carte de l'école et avait conservé une quantité astronomique d'objets planqués et autres bazars d'élèves. S'y glisser ne lui prit qu'une instant, tandis que la voix du concierge résonnait quelque part derrière lui, et il referma hâtivement l'entrée. D'un geste, il alluma sa baguette (sans doute le seul sortilège qu'il maîtrisa vraiment sans risquer de faire exploser l'école) et se retourna, s'adossant à la pierre de l'entrée. « Poppy si c'est toi et tes potes, je te jure que... » « AAAH. » Le hurlement lui avait échappé et il plaqua aussitôt les mains sur son visage, le cœur battant à tout rompre. « Putain mais t'es con toi ! Ça va pas la tête ? » Braquant le faisceau de sa baguette sur le visage du gars, il haussa les sourcils en avisant les restes de larmes sur ses joues. « Sérieusement... tu viens te planquer ici pour pleurer ? T'es quoi, une petite demoiselle en détresse ? » Trop... farfelu. « Attends, Poppy... Je la connais, c'est une conne de première à Serpentard ? » Sa baguette éclaira le blason bleu sur le devant de la robe du garçon. « Ah ouais dur, elle t'enferme souvent ici ? » Il ne faisait que bavarder, espérant que l'autre n'aurait pas l'idée de s'en aller ou quoi. « Y a le concierge dans le coin, on va passer par l'autre bout du passage et... Attends une seconde, tu fabriques quoi ici ? »

PS - Désolée pour le souligné, c'est pour le challenge RP mais ça fait très moche, je te l'accorde. T-T
Revenir en haut Aller en bas
ÉTOILE DU CENTAURE
avatar
Hiboux envoyés : 91
Célébrité : Colin Woodell
Crédits : lily


MessageSujet: Re: Rosario × Whomping Willow. (terminé)   Sam 7 Fév 2015 - 21:31

Whomping Willow

Rosario Δ Rhys


Il ne s'arrêtait donc jamais de causer lui ? La lumière qu'il projetait avec sa baguette lui cramait complètement les yeux aussi eu t-il le bon réflexe de s'abriter avec ses mains. C'était quoi le délire avec ces maudit chemins secrets ? C'était devenue la mode de s'y balader ? Encore un truc qu'il avait raté à force d'être sans arrête le nez dans ses bouquins ou dans le parc à rêvasser. Il se sentit pâlir lentement, d'abord parce que le gars avait l'air furax et ensuite parce que franchement il se sentait en bien mauvaise posture. Alors il évoqua sa sœur. Parce qu’évidement, tout le monde en sixième ou septième année Poppy. Comment ne pas la rater en même temps ? Il fallait dire qu'elle n'était pas super discrète avec sa bande de pote à rallonge. connaissait Conne. Il venait de l'insulter comme ça. Un immense sourire apparut sur son visage et il bondit hors de sa cachette, lui tendant la main, souriant comme jamais.

Rhys Peverell, de Serdaigle, enchanté ! - il passa une main sur ses joues – Poppy est ma grande sœur.

Il aurait pu faire comme tout les petits frères ou grands frères normaux, se lever, lui mettre un poing dans la figure pour avoir parlé aussi mal de sa sœur. Défendre son honneur. Mais la relation de Rhys/Poppy était tellement haineuse que non, il se sentait tout de suite mieux. Ce gars avait marqué un point.

Et non, c'était sa nouveauté du jour, je pense qu'elle voulait voir combien de temps je tiendrais là dedans. En temps normal j'lui fais ses devoirs, tout bêtement. Disons, qu'elle ne m'aime pas trop. Elle me trouve heu... Ben en fait je sais pas vraiment, c'est une bonne question.

Elle était jalouse en réalité. Jalouse que Rhys capte toute l'attention de leur mère, et pas elle. Bah, elle avait celle de leur père non ? Il la louait à tout ses amis, toute la famille... il disait que sa fille ferait une grande carrière, qu'elle était unique. Ah ça pour être unique en son genre, elle l'était. Quand on connaissait son passe temps favori. Mais Poppy voulait que ses deux parents soient derrière elle. D'où le soucis de Rhys qui faisait les frais des préférences de sa mère, et cela chaque jour. Certes, leur mère était plus proche de lui que d'elle, elle avait fait son choix très vite.

Et toi, pourquoi le concierge te course ? T'as volé un truc ? Ne le prend pas mal, mais t'as l'attitude d'un voleur. Fais gaffe, j'ai lu des tas de trucs là dessus, on y prend vite goût. M'enfin, si tu veux passer par là, allons y. De toute façon je suis bloqué donc... Tu connais les chemins ?

Bon, parce qu'il ne le connaissait pas se gars, et Rhys avait beau être le genre de personne à accorder sa confiance facilement, à sympathiser vite, s'il pouvait éviter de rester bloquer ici pour toujours...

Au fait, c'est quoi ton nom ?
© GASMASK


ART IS MORE VIOLENT THAN REALITY.
Le trépas vient tout guérir, mais ne bougeons d'où nous sommes. Plutôt souffrir que mourir, c'est la devise des hommes. Jean de La Fontaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rosario × Whomping Willow. (terminé)   Dim 8 Fév 2015 - 21:57

Poudlard, dans un passage secret.
Quelqu'un avait dû lui lancer un sortilège avant que Rosario n'arrive. Ce n'était pas possible d'être aussi bizarre naturellement sinon. Être aussi pâle, aussi... Aussi ça juste en voyant le Serpentard, ce n'était pas normal. Ok d'accord, le petit Daugherty avait une certaine réputation qui le précédait – il était de tous les bons coups, de toutes les parties, de toutes les arnaques, mais ça restait au stade de simple rumeur – mais il faisait rarement un tel effet aux gens qu'ils croisaient. Cela dit, il croisait relativement peu de gens de nuit dans le château, au fin fond d'un passage secret. Mais avant qu'il ait eu le temps de dire le mot « sortilège », un grand sourire se peignait déjà sur le visage du type qui lui tendit une main, brutalement rayonnant. Rosario la serra par simple réflexe, ne sachant pas vraiment comment se comporter devant cet hurluberlu de première. « T-ta grande sœur ? On t'a changé à la naissance, alors. Ou tu t'es mangé un sortilège quand tu était tout petit ? » Mmh oui, ça devait être ça. Impossible qu'un frère et une sœur se ressemblent aussi peu sinon. Poppy, c'était le genre de fille que tu ne retrouvais pas à pleurnicher au fond d'un trou. Sa voix ne tremblait pas, et d'ailleurs, personne n'aurait jamais eu l'idée de la bloquer quelque part. Pas sans craindre un bon sortilège en représailles le lendemain. Elle et ses amies étaient... terribles. « Ça doit être sacrément dur de l'avoir comme sœur. » Rosario écouta sagement la fin du court récit du Serdaigle, ses sourcils gagnant en hauteur à chaque phrase. Était-ce seulement possible d'être aussi... soumis envers une seule et même personne ? Poppy était le stéréotype même de la nana parfaite, qui réussissait en tout, qui n'échouait jamais dans ses sortilèges mais... À ce point-là ? « Euh mec, faut vraiment que tu apprennes à te défendre, hein ? C'est juste pas possible de vivre comme ça au quotidien. Et puis... Lui faire ses devoirs ? » Déjà que lui ne faisait même pas les siens, il n'imaginait pas l'enfer que ça devait être de devoir en plus rédiger les dissertations sur un sortilège ou autre devoirs de potion. « Enfin, si ça ne te dérange pas de vivre comme ça... »

Écoutant l'autre d'une oreille, Rosario scruta le passage secret, histoire d'éviter toute autre mauvaise surprise. Le Serdaigle lui avait fait la peur de sa vie et le petit voleur n'était pas certain de survivre à une nouvelle crise cardiaque. D'autant que son partenaire improvisé ne devait pas connaître de sortilège adéquate pour le sauver si jamais. « Hum moi ? Voler quelque chose ? Sympa de ta part de me traiter de voleur. Oublie pas que je peux très bien te ligoter – je connais un excellent sortilège pour ça - et te planter là. Combien de temps avant que quelqu'un d'autre ne passe par là ? » Improbable. Rosario avait davantage de chance de calciner le pauvre garçon que de réussir un sortilège pour le ligoter. Cela dit, il avait raison, Rosario avait pris goût au vol. Entrer en douceur, le cœur battant sous l'adrénaline, la peur d'être pris en flagrant délit... Les meilleures sensations du monde. « Non, il me poursuivait simplement parce que je me baladais hors de mon dortoir. On ne voit pas le ciel et j'aime bien aller regarder les étoiles. » Effectivement, depuis les cachots, on ne risquait pas de voir le ciel. Mais Rosario, s'il aimait bien regarder la voûte céleste à l'occasion, n'aurait pas pris la peine de risquer une heure de colle pour aller contempler trois astres perchés là-haut. « Bref, Rosario Daugherty, septième année dans la maison Serpentard. Maintenant bouges-toi, on va pas dormir ici – quoi que, tu avais l'air bien parti pour ça. » Balayant les profondeurs du passage du faisceau de sa baguette, il enjamba une pierre et s'engouffra dans le boyau sans hésiter. « T'inquiète pas, tu risques rien là-dedans. Ça descend mais on ne va pas se retrouver sous le Lac Noir ou quoi. Et aucun sortilège bizarre ne traîne dans le coin. » Effectivement, le passage descendait en pente douce, rendue glissante par des rochers humides. Se casser le cou... Rien de plus aisé ici, et personne ne viendrait chercher leur cadavre. Mais Rosario connaissait aussi l'endroit comme sa poche, aussi savait-il quel passage prendre, lesquels indiquer ou déconseiller à Rhys. La descente due durer une bonne demi-heure – on pouvait se demander où ils allaient dans ce tunnel creusé à même dans les murs et sous le château – mais finalement, le sol revint lentement à l'horizontale. Enfin, Rosario brisa le silence. « Derrière ce mur, il y a le parc du château. J'vais te montrer un truc génial. » En bon connaisseur du château, il avait envie de faire découvrir tout ça à un autre type... Et celui-là le méritait bien. Il poussa le rocher et l'obscurité du parc apparut devant eux. « C'est pas génial, ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
ÉTOILE DU CENTAURE
avatar
Hiboux envoyés : 91
Célébrité : Colin Woodell
Crédits : lily


MessageSujet: Re: Rosario × Whomping Willow. (terminé)   Lun 9 Fév 2015 - 12:12

Whomping Willow

Rosario Δ Rhys


Il avait plutôt l'air de connaître cet endroit, alors Rhys le suivi sans poser de questions. S'il fuyait souvent le concierge en même temps, ce n'était pas étonnant. Rosario, pour un prénom bizarre, c'était un prénom bizarre. Enfin il ne fit aucun commentaire dessus, quand on avait une sœur qui avait un prénom de peluche (oui Rhys avait toujours trouvé que Poppy faisait peluche, même si la fille en question était loin d'être douce et adorable) on ne faisait pas ce genre de commentaire. Il regarda le Serpentard pousser son rocher, il avait l'air drôlement enjoué pour un gars qui allait sûrement terminer en colle. Rhys inspira l'air frais et étira ses bras.

C'est génial !

Enfin de son point de vue, évidement, il venait de découvrir un nouveau truc à propos du château, un truc que sa grande sœur ne savait pas, il aurait enfin une longueur d'avance sur elle la prochaine fois.

Merci en tout cas, je sais pas combien de temps elle m'aurait laissé dans ce trou sinon…

Crac. Il fit un pas de trop, et regarda l'endroit où il venait de poser son pied et poussa un soupire de soulagement. Ce n'était qu'un vulgaire tas de bois. Enfin, pas vraiment. De plein jour, Rhys aurait tout de suite vu la gaffe qu'il venait de faire. Sauf que là, la luminosité n'était pas au top. En clair, il n'y voyait pas grand-chose et son handicap ne l'aidait pas beaucoup.

Qu'est ce que…

Une créature violette sortit alors d'un autre trou et bondit sur le petit sorcier qui se rua vers Rosario. Et puis une créature jaune fit son apparition, et une marronnasse (il en déduit donc que l'autre devait la voir rouge), une verte, une grise (donc bleu sûrement) et elle furent des dizaines et des dizaines.

Des… Des boursoufs ! - dit comme ça cela n'avait pas vraiment l'air effrayant – Des boursoufs en colère !

Et il eut raison, car ces créatures d'ordinaire si calme, leur sautaient dessus dans tout les sens, bourdonnant de plus belle. Leur petites dents les mordaient de plus en plus. Il avait du écraser un de leur terrier. Super, vraiment super. Et tandis que les petites boules colorés lui montaient dessus à lui et au vert et argent, il s'agitait dans tout les sens, dans l'espoir d'attraper sa baguette. Impossible, les créatures étaient malignes. Sans qu'il ne vit rien venir, il était recouvert de boursoufs, courant à l'aveugle. Il tenta un protego en vain. Sa baguette lui échappa des mains, une des créatures lui mordit l'index. Stupide boule violette qu'il envoya bouler d'un geste brusque. Oh, si sa sœur voyait ça, elle se régalerait. Ils étaient de plus en plus nombreux, il se sentait de plus en plus… Lourd. Et le pauvre gars qui l'avait sortit de là, oh il devait pas être mal lui aussi. Sans qu'ils ne s'en rendent compte, ils avaient avancé. D'abord dans 'espoir de reprendre leur baguette que les boursoufs avaient volé, et parce qu'en courant, les bestioles se décrochaient une à une. C'était un véritable arc en ciel qui les suivait dans le noir, dans le parc. Non, ça jamais. Il n'aurait jamais cru être un jour coursé par une bande de boursoufs en colère. Et puis, d'un coup, plus rien. Les boursoufs abandonnèrent les baguettes et firent demi tour aussitôt.

Putain !

Il ne jurait pas souvent uniquement en cas d'urgence. Ou de cas comme celui ci, ce qui arrivait assez rarement. Sa veste était en piteux état, et il était sûr que ces horreurs lui avait labouré les joues de leur minuscules dents. Pourquoi étaient-il tous partis maintenant ? Il avait dépassé leur frontière ou quoi ?

Ouf, on est sauvé !

Derrière lui, un bruit sourd se fit entendre. Et puis, quelque feuilles lui tombèrent dessus. Et une masse immense l'envoya bouler à une dizaine de mètre. Le souffle coupé, il s'écrasa au sol, complètement sonné. Il leva les yeux, assez tôt pour voir une nouvelle branche s'abattre sur lui, et pour l'éviter de justesse. Ils venaient de tomber sur le saule cogneur.
© GASMASK


ART IS MORE VIOLENT THAN REALITY.
Le trépas vient tout guérir, mais ne bougeons d'où nous sommes. Plutôt souffrir que mourir, c'est la devise des hommes. Jean de La Fontaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rosario × Whomping Willow. (terminé)   Dim 15 Fév 2015 - 11:56

Poudlard, dans le parc et la forêt.
Génial, génial, c'était une façon de parler. Rosario n'avait pas franchement prévu de passer le reste de la nuit en compagnie d'un parfait boulet qui restait planté sur place quand il se retrouvait coincé quelque part. Enfin, il fallait de tout pour faire un monde, non ? « Enfin tu sais, les passages secrets, on peut en sortir... Tu avais juste à pousser le rocher en sens inverse. » Cela dit, Rhys ne devait pas connaître toutes les subtilités des passages secrets de Poudlard. Mais tandis que le jeune voleur se lançait dans de savantes explications sur les mécanismes des passages, leur emplacement et leurs débouchés – certains disposaient de plusieurs boyaux – le Serdaigle fit le pas de trop. Évidemment. Des dizaines de boules colorées surgirent brusquement hors du trou que Rhys avait savamment écrasé et fondirent sur les deux sorciers dans une unité qui faisait peur à voir. Bientôt, Rosario se retrouva sur le dos, entraîné vers il ne savait quoi par une bande de... Boursoufs en colère. Visiblement, il avait enfin trouvé quelqu'un qui l'égalait parfaitement en terme de malchance : bon sang, quelles chances avaient-ils de rendre furax un troupeau de petites boules poilues et multicolores au beau milieu de la nuit ? Oui voilà, strictement aucune. Pourtant, ils l'avaient fait. Un Boursouf rouge sang lui mordit sauvagement le coude tandis que les autres le tiraient inexorablement vers... Vers ? Après une trentaine de secondes, Rosario parvint à reposer pieds à terre et s'enfuit en courant. Un Boursouf beige lui arracha sa baguette des mains. « Putain, ma lumière ! Rends-moi ma lumière ou je te fais frire, fondre, farcir... » Tout en courant, il poursuivit sa longue liste de plats cuisinés spécial Boursouf, semant de petites créatures derrière lui. « Rends-moi ma BAGUETTE. » Il bondit en avant, littéralement, et plaqua l'animal au sol. « Non mais je rêve ! » Tchac, l'autre le mordit, paf, il l'assomma. « MA baguette. » Et brutalement, les quelques uns qui étaient restés accrochés s'enfuirent en poussant de petits bourdonnements surexcités. « Waouh, je sais que je suis effrayant mais à ce point-là quand même... » Seul restait le Boursouf beige qu'il prit dans dans ses bras (le pauvre, abandonné par tous ses collègues).

Et puis son voisin s'envola, là, juste comme ça. Les yeux ronds, Rosario regarda une immense branche balayer le petit Serdaigle, l'expédiant à bien quinze mètres. « Oh bordel, ça v... » BAM. En moins de temps qu'il n'en faut pour dire Quidditch, le jeune voleur s'écrasa juste à côté de Rhys, à moitié assommé. « AAH ! » Une branche le manqua de peu, lui entaillant seulement la joue (ce qui était nettement préférable à l'option se faire écraser et réduire en bouillie). « COUUURS ! » Oh oui, courir très loin même. Rosario se redressa, trébucha, manqua de mourir une seconde fois, et parvint enfin à sprinter droit vers la première chose qui passait, soit la Forêt interdite. Il se saisit au passage du col de Rhys, le traînant à moitié derrière lui. « Bouge, cours ! » Fonce, pleure, fais quelque chose ! La forêt leur tendait les bras, douce protection autant contre l'arbre que contre les Boursoufs qui guettaient toujours. Les claquements de branches de l'arbre cédèrent bientôt la place au simple bourdonnement – très hargneux, le bourdonnement – de la meute de Boursoufs qui les avait repris en chasse. Pourtant, celle-ci se disperça après une dizaine de mètres dans la forêt. « LÀ, on est sauvé. » Pauvre cloche. Bref. Sauvé était un bien grand mot compte tenu de l'endroit quand lequel ils se trouvaient.
Revenir en haut Aller en bas
ÉTOILE DU CENTAURE
avatar
Hiboux envoyés : 91
Célébrité : Colin Woodell
Crédits : lily


MessageSujet: Re: Rosario × Whomping Willow. (terminé)   Lun 23 Fév 2015 - 9:47

Whomping Willow

Rosario Δ Rhys


Cet arbre était en fait un tueur. Voilà tout, c'était la seul explication que Rhys lui trouvait, sa seule excuse. Enfin, qui avait eu l'idée de planter, de créer une chose pareil aussi ? C'était complètement loufoque ! Débile aussi profondément débile. Une nouvelle branche (enfin branche, énorme massue de bois) s'abattit juste à côté de lui, lui arrachant un petit cri de stupeur. En pus de ça il savait viser. Un jour, il en ferait des bûches, il se le jura. Ni une, ni deux, il se lança derrière l'autre jeune sorcier – tout aussi paniqué, mais qui ne le serait pas dans une telle situation – sauta une des branches fines qui essaya de lui faucher les jambes. Un véritable concours olympique le truc. Trop sportif pour lui mais sur le coup il ne repensa pas à lui et à sa haine envers les sports en général. Il cru mourir en voyant les bestioles fluorescentes reprendre leur folle poursuite mais fut soulagé quand cer dernière finirent pas jeter l'éponge.

Il n'aurait pas qualifié la forêt de sauveuse, encore moins d'endroit sûr. Pour avoir lu des tonnes de livres dessus, et sur les créatures qu'elle renfermait, il préférait autant se faire cogner par un arbre complètement déjanté. Il s retourna, déjà il faisait plus sombre. Il attrapa sa baguette, lança un lumos. Non finalement, il ne valait mieux pas. Nox, et la lumière disparue. Le sombre, l'espace infini, la perte des repères, c'était ce qui effrayait le plus le jeune sorcier. Ici, avec ou sans lumière, c'était l'angoisse, la peur. Il ne pouvait pas avoir peur des araignées, des insectes étranges ou des dragons, comme tout le monde ? Un bruit se fit entendre, juste derrière eux. Un bébé acromantule. Dans sa petite toile en forme de dôme. Si elle était là, c'était que d'autre créature de son espèce, bien plus grosse, était dans le coin. Il n'avait pas vraiment peur des bestioles magique dans ce genre, voire pas du tout. Il adorait les étudier, sauf que là, il se rendait bien compte qu'il risquait sa vie s'il restait dans le coin. Hors de question, après l'attaque des boursoufs, de se faire attaquer par une meute d'araignée.

Bon, je te propose qu'on parte d'ici, et vite avant que sa maman rapplique.

Et une petite lueur se dessina à une dizaine de mètre. Une toute petite lueur, rassurante. Un Rhys parfaitement lucide aurait bel et bien comprit qu'il s'agissait d'une autre de ses créatures adorés type Pitiponk qui n'avait pour seul but de les manger tout cru, mais un Rhys hypnotisé et plus vraiment maître de lui... Il tira la manche de son compagnon et lui montra la lumière du doigt. La lueur semblait s'éloigner, il ne fallait pas qu'ils perdent une seule second ! « Andouille, ne la suit pas, ne la suit pas... » Mais Rhys n'écouta pas cette voix pourtant rassurante, peut la voix de sa raison.

J-Je crois qu'il nous montre le chemin...

Mauvais idée, une de plus, une de moins, ils n'étaient plus à ça près.
© GASMASK


ART IS MORE VIOLENT THAN REALITY.
Le trépas vient tout guérir, mais ne bougeons d'où nous sommes. Plutôt souffrir que mourir, c'est la devise des hommes. Jean de La Fontaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rosario × Whomping Willow. (terminé)   Lun 6 Avr 2015 - 21:20

Poudlard, dans la forêt interdite.
Même en plein jour, la Forêt Interdite restait sombre. En pleine nuit, le qualificatif de noire comme un four lui convenait bien mieux, le tout agrémenté par sinistre, froide, humide, feuillue et mystérieuse. Bienvenue à Poudlard, l'école de sorcellerie où un arbre dans la cour essaiera de vous réduire en miette, les passages secrets de vous enfermer à jamais, la forêt de vous dépecer, rôtir, cribler de flèches et autres joyeusetés, et où même certains cours pouvaient s'avérer mortels. Comme le quidditch. Le type qui avait inventé ce sport était juste fou, Rosario en aurait mis sa main à couper, et mettre en pratique pareille discipline dans un collège de magie pouvait juste aller faire un petit tour à l'asile lui aussi. Une minuscule araignée choisit cet instant précis de la réflexion du petit serpentard pour descendre juste sous son nez et s'agiter en tout sens. Avec un temps de retard, Rosario nota qu'il n'y avait pas une mais des centaines de minuscules araignées qui s'égosillaient l'air de rien juste au-dessus de leur tête. « Hum. Oui. On devrait... s'en aller d'ici. » Rhys n'avait pas vu la mer d'acromentules au-dessus d'eux et Rosario jugea plus sage de ne pas l'en informer. Une personne – lui – qui panique n'est déjà pas chose pratique en cas de problèmes, alors deux... « Suivre une lumière. » Curieusement, l'absurdité et la stupidité de ces mots ne l'effleurèrent pas. Savoir qu'il ne fallait pas suivre une lumière quand on se trouve au chaud et à l'abri en cours ou dans son dortoir était très loin de l'idée que l'on se faisait d'une petite boule de lumière chatoyante et rassurante quand on était perdu au milieu des bois après avoir frôler la mort. Et une petite lumière, quand une armée d'araignées vous descendait dessus, ça prenait de suite un charme certain. « Allons-y, peut-être qu'il y a des gens civilisés dans cette forêt finalement ? » C'était contraire à tous les morales d'histoires qu'il avait pu lire plus jeunes. Quand Sophie prenait le chemin droit et rempli de fruits, ceux-ci prenaient un goût affreux, tandis que le chemin repoussant l'aurait conduit à coup sûr vers le bonheur. Mais Sophie était paresseuse et Rosario était effrayé. « Vite avant qu'elle ne disparaisse ! »

Rosario battait des records de vitesse cette nuit-là. Il n'aurait pas cru pouvoir courir plus vite que lorsqu'il avait échappé au saule cogneur mais à présent, il volait quasiment littéralement au-dessus des racines qui jonchaient le sol. Il ne manqua de se ramasser qu'une seule fois. Ce ne fut que lorsque ses pieds s'engluèrent dans de la tourbe qu'il ne prit la peine de ralentir. « J'sais pas toi mais... » Je m'enfonce. C'était les deux mots qu'il aurait prononcé s'il n'avait pas aperçu l'espère de créature qui leur faisait face, dans l'eau de la rivière juste devant. « C'est quoi ce... ? » Jamais vu. Même en cours. Rosario en était certain. Reptilienne, écailleuse, la chose qui aurait vaguement pu ressembler à un crocodile les guettait depuis sa cachette aquatique, ses yeux ne manquant rien des mouvements des deux apprentis sorciers.
Revenir en haut Aller en bas
ÉTOILE DU CENTAURE
avatar
Hiboux envoyés : 91
Célébrité : Colin Woodell
Crédits : lily


MessageSujet: Re: Rosario × Whomping Willow. (terminé)   Mer 8 Avr 2015 - 13:31

Whomping Willow

Rosario Δ Rhys


Des gens civilisés, ça il n'en était pas certains. Il ne voyait pas les centaures comme des gens civilisés en tout cas. Non, ils étaient trop brutes et trop sauvage pour ça, parce que oui, on pouvait dire ce qu'on voulait, mais ces fous furieux pouvaient vous tirer dessus sans aucune raison valable. Mais Rosario avait l'air plutôt... Il n'aurait pas su dire quoi en fait, mais toujours était-il que Rhys suivit la lumière, l'air vaguement fasciné. Oh, il aurait sans doute s'inquiéter pour le fait que la forêt devenait de plus en plus sombre, perdait de sa verdeur aussi. Et aussi du fait qu'il savait pertinemment qu'il faisait une des plus grosse bêtises de sa vie. Il allait sans aucun doute tomber sur une colonie de créatures des bois voraces, qui ne penseraient qu'à le manger tout cru, lui et le septième année. Et pourtant il continuait, l'air sûr de lui jusqu'à que...

J'sais pas toi mais... 

Il leva les yeux vers Rosario. Puis son regard descendit, jusqu'à voir les pieds de ce derniers enfoncés. Il regarda les siens, légèrement indigné, et remarqua qu'il lui arrivait la même chose. Il essaya de lever son pied, en vain.

Qu'est ce que...

Il commença à vitupérer dans son coin, s'agiter dans tout les sens. Oui, c'était exactement ce qu'il ne fallait pas faire, mais sur le coup le jeune Peverell ne prit pas la peine de réfléchir. « C'est pas possible.... » La partie encore lucide de Rhys venait de refaire surface, et tentait visiblement de remettre de l'ordre dans toutes ses pensées. Alors il remarqua la créature qui venait de faire son apparition. Il la regarda, la fixa pendant quelques secondes. Bon sang, ils allaient mourir ici, seuls, comme des... Comme des idiots. Et la créature ouvrit la bouche et se mit à... Gémir ? Crier ? Vagir ? Son cri ressemblait à tout puis à rien, couinement de nouveau-né mixé avec un son plus rauque qui donnait la chaire de poule. Au loin il voyait la lumière s'éloigner, ainsi que son propriétaire. Diable, il s'était fait avoir comme un première année par une créature unijambiste que... Quelle honte. Et maintenant il était face à ça, cette chose visiblement pas très sympathique.

Je sais pas ce que c'est.

Pour une fois qu'il en débitait pas son cours sur la première créature magique qu'il voyait. Lui qui avait avalé tous les manuels les concernant. Ce machin devait être une invention d'un sorcier complètement fou. Il avait un air bovin (sans doute à cause de ses yeux aussi inexpressif que ceux d'une vache) mais le reste lui faisait penser à un crocodile. La chose repartit sous l'eau pendant une longue minute. Alors quoi, c'était tout ? Il avait pensé trop vite, elle refit surface à ses pieds (il était enfoncé jusqu'au genoux) et se remit à gémir, puis disparu à nouveau, recommença son manège une dizaine de fois. Et voilà, ils tombaient sur la seule créature versatile, complètement stupide de toute la forêt interdite.

Rosario... Comment on neutralise ce truc ?

Alors la créature se mit à parler. Pas leur langue, mais à parler quand même. Elle débita, avec la plus incroyable volubilité de langue, un monologue. Enfin un monologue, il n'en savait rien, mais visiblement elle attendait pas de réponse. On aurait pu penser qu'elle parlait grec, ce qui était assez étrange, au fond. Mais petit, sa mère le lui avait fait prendre quelque cours avec un professeur étranger (français, ou belge), et Rhys avait quelques restes.

Elle nous traite de vandales.

Ou de vaccination au choix,mais le premier mot était plus probable. Parce que oui, c'était la seule chose que Rhys avait réussis à capter. Comment pourquoi, excellente question. Ils devaient se bouger sérieusement, mais les solutions auxquels pensait Rhys n'étaient que de simple velléités. Il avait l'impression que bientôt, il allait être enfoncé jusqu'à la taille. Adieu monde cruel, adieu sœur détestable et mère aimante. Il n'aurait jamais cru finir comme ça, surtout qu'à présent, la créature était très près de lui.
© GASMASK


ART IS MORE VIOLENT THAN REALITY.
Le trépas vient tout guérir, mais ne bougeons d'où nous sommes. Plutôt souffrir que mourir, c'est la devise des hommes. Jean de La Fontaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rosario × Whomping Willow. (terminé)   Mer 8 Avr 2015 - 20:42

Poudlard, dans la forêt interdite.
Rosario avait la très ferme impression de jouer à 1-2-3 soleil. Ce qui en soit était déjà bien étrange. Leurs pieds étaient enfoncés dans la boue qui les aspirait avec une force légère mais implacable, leur interdisant toute fuite, tout mouvement. Le hurlement de l'animal, qui contenait à peu près tous les sons possibles et inimaginables, semblait ne jamais vouloir s'arrêter, et les yeux vides de la créature ne les lâchaient pas une seule seconde. Puis elle disparut. Rosario n'était pas exactement ce que l'on pouvait appeler un sorcier exemplaire : mauvais dans à peu près tout, élève médiocre et manquant d'application, il n'aurait su dire ce qu'était cette chose. En revanche, si la vie ne l'avait pas équipé d'un manuel intégré du parfait élève de Poudlard, elle l'avait cependant doté d'une alarme à dangers remarquablement efficace. Et cette dernière lui hurlait de courir à en perdre haleine, de faire demi-tour, de rentrer au dortoir des Serpentards et de ne plus mettre un seul pied dehors. La créature disparut brutalement sous l'eau, se glissant dans les profondeurs des marécages avec la discrétion d'un prédateur. Plus rien. Leur situation avait beau tendre vers le comique, il était difficile d'ignorer la tension qui régnait autour des deux compères, d'autant plus que la lumière et son sympathique propriétaire s'éloignaient, les abandonnant en la charmante compagnie de la créature reptilienne. Ainsi plongé dans l'obscurité, Rosario ne vit pas la chose émerger de la vase aux pieds – ou plutôt aux genoux – de son camarade. Non pire, il ne l'entendit que hurler de ce gémissement long, monotone et passablement effrayant. « Aucune idée, navré. » Navré, il l'était. Il n'aurait pas su s'occuper d'un botruc, alors de cette chose ? Le reptile émergea alors de la boue dans laquelle le petit sorcier continuait de s'enfoncer. Le hurlement reprit, insoutenable, mais l'animal se contentait de le fixer de son regard vide, sans le moindre geste agressif. C'est curieux, ça... Finalement, la chose se plaça à peu près entre deux, assez proche de Rosario pour qu'il la distingue dans l'obscurité, mais pas non plus juste à côté de lui. Et la créature parla. Son gémissement à faire froid dans le dos se mua en mots que le sorcier ne pouvait comprendre mais qui devaient bien avoir un sens. « Vandales... ? Comment tu sais ça ? » Peut-être bien qu'il n'était pas tombé sur un simplet, finalement ?

« Mais enfin crocodile, nous ne sommes pas des vandales. Nous nous sommes juste paumés. » Rosario doutait que le reptile ne le comprenne... Mais au claquement de mâchoire agacé de celui-ci, il changea. On croisait tous les jours des créature magiques douées de paroles et parfaitement capables de comprendre l'anglais ! Surtout avec un bel accent gallois. Mais passons, Rosario n'était plus exactement à ça près. « Bon, et sinon... Que comptes-tu faire de nous ? » Question vitale quand on était coincé dans la forêt interdite au beau milieu de la nuit en compagnie d'un prédateur affirmé. Le nouveau claquement de mâchoire ralluma instantanément l'alarme à danger de l'apprenti voleur. « Ah euh... Non. Pas d'accord. » D'un geste vif le serpentard tira sa baguette magique de sa poche et celle-ci agit toute seule, probablement par crainte d'être égarée ici, dans la tourbe. Une déflagration qui effraya tant le propriétaire de la baguette que sa cible s'épanouit et carbonisa net le crocodile qui retomba tel un beau gigot. « Euh... » Bon. Voilà. Ça c'était fait. « On vire ! » Oui oui, tant que la boue ne leur atteignait pas la taille, il restait un espoir de débarrasser les lieux et de rentrer. « Vite ! » Comme s'ils pouvaient aller plus vite ! L'énergumène numéro un se débattit et s'étira jusqu'à attraper une racine et tira. Centimètre par centimètre, Rosario sentait l'emprise de la boue le relâcher. « Courage Rhys ! » Oui, encore un peu, courage... Dans un affreux bruit de succion, le marais lâcha le voleur qui sauta sur une racine proche. « File-moi ta main ! »
Revenir en haut Aller en bas
ÉTOILE DU CENTAURE
avatar
Hiboux envoyés : 91
Célébrité : Colin Woodell
Crédits : lily


MessageSujet: Re: Rosario × Whomping Willow. (terminé)   Lun 11 Mai 2015 - 21:58

Whomping Willow

Rosario Δ Rhys


Je parle grec, enfin, un peu.

Il en fallait pas non plus lui demander de traduire un livre de grec ancien, Rhys le savait, il en était tout à fait incapable. Et il regarda Rosario tenter d'établir un dialogue entre eux et la créature étrange. Il lâcha un soupire discret et se plaqua une main au front. Ils étaient franchement bien partis. Allons bon. Peut-être que cette ignoble créature sortis tout droit de l'enfer (si si, il en était à présent persuadé) n'était pas seule ? Peut-être qu'elle ou il avait des petits qui... Qui n'attendait que son signal pour se jeter sur eux et les dévorer comme ça, dans la boue, alors qu'ils étaient dans l'incapacité totale de se défendre. Il frissonna rien que d'y penser et serra un peu plus les dents. La créature faisait claquer sa mâchoire au fur et à mesure que Rosario essayait de communiquer avec elle et Rhys en déduit que cela ne présentait rien de bon. Alors que Rhys cherchait un sort qui pourrait éventuellement paralyser l'animal sans toutefois le blesser, Rosario le prit de court. Et ne le surprit pas du tout. Pourquoi ? Parce que Rhys avait toujours u un don pour tomber sur des gens plus ou moins originaux, et que lui, il était dans le haut du panier. Rhys était incapable de savoir quel sort le jeune sorcier avait tenté de jeter. Parce qu'il en ressemblait à rien, parce qu'il n'avait pas ouvert la bouche parce que... C'était complètement insensé. Le nez du crocodile tomba et Rhys manqua de vomir tout les choux ) la crème qu'il s'était enfilé lors de son dernier repas. Sa première pensée fut « pauvre bête ! » et la deuxième « sauve qui peut ! ». Rosario l'encourageait, jamais Rhys ne s'était sentit aussi.. Important aux yeux de quelqu'un d'autre que sa mère. Il attrapa sa main et fit son maximum pour se hisser au plus vite hors de ce trou infecte et dangereux.

Fuyaaargh !

La bête sortait un peu de l'eau, et une de ses pattes attrapa la chaussure de Rhys qui fit un bond de terreur. Alors il attrapa Rosario par la main (au diable les convention et les bonnes tenues dans un moment pareil) et il prit les jambes à son coup. Il couru, comme jamais il n'avait encore couru. Il ne se serait jamais cru capable d'un tel sprint, comme quoi, il se surprenait lui même. Il termina sa course dans un clairière baigné par un halo de lumière et s'écroula dans l'herbe en lâchant son camarade.

Je... pense... qu'on... est... sauvé...

Il n'avait aucune idée de l'endroit où il se trouvait, il avait perdu un chaussure, mais il se sentait déjà plus en sécurité ici, que là-bas. Oh, sa sœur allait entendre parler de lui. Il dirait tout ce qu'elle lui avait fait subir à sa mère. Il lui dirait qu'un gentil Rosario était venu à sa rescousse. Peut-être croirait-elle alors que son fils c'était fait un nouvel ami ?
© GASMASK


ART IS MORE VIOLENT THAN REALITY.
Le trépas vient tout guérir, mais ne bougeons d'où nous sommes. Plutôt souffrir que mourir, c'est la devise des hommes. Jean de La Fontaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rosario × Whomping Willow. (terminé)   Jeu 21 Mai 2015 - 23:01

Poudlard, dans la forêt interdite.
Le type parlait Grec. Grec ! Personne ne parlait Grec dans l'entourage de Rosario. Grec ancien, du moins. Et encore moins couramment ! La langue était morte depuis des lustres et les sorciers se basaient davantage sur le Latin que sur ça. Quelle chance y avait-il pour que Rhys et lui tombent sur une créature s'exprimant en Grec ? À peu près aucune. Et pourtant c'était arrivé. Quelle chance alors pour que Rhys ne puisse lui répondre ? Ça frôlait le zéro. Et pourtant... Bordel, il l'avait fait ! Rosario agrippa Rhys quand celui-ci tenta tant bien que mal de s'extraire de l'eau boueuse et les deux prirent les jambes à leur cou, abandonnant au passage l'une des pompes du Serdaigles, pour mieux s'enfuir de cet abominable endroit. « Vite, vite, vite ! » Facile à dire pour Rosario qui possédait encore deux chaussures mais Rhys ne sembla pas en prendre ombrage.

Les deux sorciers piquèrent le sprint de leur vie, à une vitesse à en faire pâlir les coureurs de haut niveau, et détalèrent sans demander leur reste. La créature crocodilienne semblait bien avoir envie de les rattraper mais son agilité sur terre était loin de valoir sa rapidité une fois dans un milieu aquatique. La distancer n'était pas impossible et ils y parvinrent haut la main. Bientôt, leur course se fit moins rapide, leur souffle se raccourcit et ils s'arrêtèrent, hors d'haleine. « J'pense aussi qu'on sera tranquille maintenant. » La créature poilue qui avait élu domicile dans sa poche émergea soudain avec un petit couinement aigu. « Chut, reste caché. » Il l'aimait bien, ce petit Boursouf, il allait le garder s'il le pouvait. « Je crois qu'on est près de la lisière... Ça semble plus clair par là-bas. » Rosario montra un tâche très légèrement plus claire qui se dessinait devant eux. « Allons-y ! » Et effectivement, c'était bien la lisière de la forêt. « Cette fois-ci, je crois que c'est vraiment bon. » Ils traversèrent le parc de Poudlard en veillant à rester à distance de l'arbre assassin qu'ils avaient croisé plus tôt. Au moment de se séparer, Rosario asséna une bonne claque sur l'épaule du Serdaigle. « Bah dis donc, on s'ennuie pas avec toi ! » Ça non, ils étaient dans un état dégueulasse et ils avaient frôlé la mort plusieurs fois dans la même soirée. « Bye ! On se revoit bientôt ! » À présent, les dortoirs les attendaient, avec leur lit bien chaud.
Revenir en haut Aller en bas

MessageSujet: Re: Rosario × Whomping Willow. (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rosario × Whomping Willow. (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Whomping Willow
» Whomping Willow
» When Driver rhymes with Killer-PV Elena Willow (Terminé)
» L'après soirée {ft. Willow} [terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MARAUDERS' CALLING. :: Le monde :: Autres époques. :: Retourneur de temps.-